Publicité

Le télétravail en demi-groupe, meilleure stratégie pour enrayer la propagation d'un virus ?

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le télétravail en demi-groupe, meilleure stratégie pour enrayer la propagation d'un virus ?
L'étude analyse différentes stratégies pour limiter la propagation du virus dans le cadre du travail ou de l'école. © Malte Helmhold/Unsplash
Publicité

La ministre du Travail Elisabeth Borne l'a annoncé le 30 août sur BFM TV : le nombre minimal de jours de télétravail sera fixé par les entreprises elles-mêmes à partir du 1er septembre. Un nouveau protocole, qui doit être publié le mardi 31 août au soir, devrait permettre "à la direction de l'entreprise, en discussion avec les représentants des salariés, de définir les règles en matière de télétravail", indique Elisabeth Borne, citée par l'AFP. Par ailleurs, selon les chiffres de la Dares (Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques) publiés le 30 août, le télétravail devient moins fréquent, puisque seuls 14% des salariés concernés par le travail à distance ont télétravaillé tous les jours de la semaine.

Comment organiser les périodes de télétravail et de présence au bureau ? Faut-il privilégier des groupes séparés ? Des rotations quotidiennes ou hebdomadaires ? Après 18 mois de travail en temps de pandémie, le CNRS, associé à l'Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, l'ENS Lyon et l'INRIA (Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique) a publié le 26 août, dans la revue PLOS Computational Biology, une étude sur l'impact de plusieurs méthodes visant à freiner la propagation d'un virus dès l'apparition d'un premier cas en entreprise ou dans une école.

À lire aussi — La moitié des salariés souhaitent rester en télétravail pendant au moins un ou deux jours par semaine

Pour mener cette étude, les chercheurs ont étudié les données issues d'une entreprise, d'une école primaire et d'un lycée et ont étudié, par le biais de simulations, les conséquences de différentes stratégies pour enrayer la propagation d'une épidémie, afin d'évaluer "quel type de stratégie de télétravail hybride est la plus efficace".

La stratégie de rotation hebdomadaire plus efficace que l'alternance

La rotation implique "une présence continue", tandis que l'alternance "vise à maintenir la cohésion de la communauté", précise le CNRS. Ainsi, dans le cas d'une stratégie de rotation, le groupe est scindé en deux, puisque le groupe A est sur place tandis que le groupe B reste à la maison et inversement. Dans le cadre d'une stratégie d'alternance, c'est l'ensemble du groupe qui est présent ou absent en même temps.

Les résultats ont été classés "du meilleur au pire" : une rotation semaine par semaine, une rotation jour par jour, une alternance hebdomadaire, une alternance quotidienne. L'étude met tout de même en avant qu'en-dessous d'un certain seuil de reproduction, "les quatre stratégies contrôlent efficacement l'épidémie". Ces nouvelles données "offrent de nouveaux éléments pour orienter les décisions de santé publique liées au travail à distance, au bureau ou à l'école", indique le CNRS dans un communiqué.

À lire aussi — Les 10 meilleures villes du monde où télétravailler

Découvrir plus d'articles sur :