Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le 'traumatisme' du Covid-19 fait perdre leurs cheveux à certains patients guéris

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le 'traumatisme' du Covid-19 fait perdre leurs cheveux à certains patients guéris
© Getty Images

Plus de deux mois après avoir été testée positive au coronavirus, Peggy Goroly a remarqué qu'elle perdait des touffes de cheveux sous la douche. La perte de cheveux a commencé vers la deuxième semaine de juin, trois mois après l'apparition de ses symptômes. Résidente de Long Island (New York) âgée de 56 ans, Peggy Gorolyne ne se sent pas encore rétablie. Elle est malade depuis le 5 mars, avec des symptômes tels que fatigue, brouillard cérébral, palpitations cardiaques et essoufflement. Elle a du mal à monter les escaliers ou à se promener dans un supermarché sans être essoufflée.

La perte de ses cheveux, en plus de cela, révèle-t-elle à Business Insider US, est "assez traumatisante". Mais elle sait qu'elle n'est pas la seule. Peggy Goroly fait partie d'un groupe de soutien Facebook pour les patients du Covid-19. Les membres de ce groupe sont nombreux à donner des conseils sur leurs symptômes de longue durée. "J'y suis allée un jour et une personne avait posté : 'Est-ce que quelqu'un perd ses cheveux ?' Et les gens montraient des touffes de cheveux dans leur main", raconte Peggy Goroly. "Je sais donc que je ne suis pas folle maintenant."

Sa fille de 23 ans, qui a été testée positive au coronavirus en avril, a également commencé à perdre des cheveux. Les Centres de contrôle et de prévention des maladies américains (CDC) ne considèrent pas la perte de cheveux comme un symptôme du Covid-19, mais certains médecins ont remarqué ce problème chez leurs patients. "C'est généralement chez les personnes qui ont des cas assez graves que nous l'avons constaté", explique à Business Insider US le Dr Nate Favini, responsable médical de Forward, un cabinet de soins qui collecte des données sur les patients atteints de coronavirus dans tout le pays.

Le Dr Nate Favini explique que les patients atteints de coronavirus peuvent souffrir d'effluves télogènes, une maladie qui fait que les cheveux cessent de pousser et finissent par tomber, environ trois mois après un événement traumatisant. Alors qu'une personne en bonne santé perd en moyenne une centaine de cheveux par jour, les personnes atteintes d'effluve télogène peuvent en perdre environ trois fois plus.
"Lorsque le corps est dans une situation vraiment stressante, il détourne l'énergie de la pousse des cheveux vers des choses plus essentielles", explique Nate Favini. "Le stress peut être physique ou mental : une forte fièvre ou une dépression peuvent provoquer cela."

Cet état dure généralement six mois environ, les patients perdant jusqu'à la moitié de leurs cheveux ."Pour les autres causes d'effluves télogènes, nous disons généralement aux gens : 'dans trois à six mois, vous verrez une amélioration'", affirme le Dr Favini. Mais il remarque que les conseils habituels ne s'appliquent pas forcément aux patients atteints de coronavirus : "Avec le coronavirus, il y a toujours une mise en garde : nous ne comprenons pas encore très bien la maladie".

Les recherches suggèrent que les femmes dans la quarantaine et la cinquantaine sont plus susceptibles que d'autres groupes de développer un effluve télogène chronique. Mais là encore, les experts ne sont pas sûrs que cette tendance est applicable aux cas de coronavirus. "Il y a des gens qui semblent être vraiment très malades avec le coronavirus pendant de longues périodes. Si c'est le cas, il devient alors plus difficile de prédire quand vous aurez une repousse de cheveux", alerte Nate Favini.

La chute de cheveux de Peggy Goroly semble avoir ralenti récemment. Elle s'adapte au changement avec une nouvelle coupe de cheveux. "La patience est la chose la plus importante", conclut le Dr Favini. "La patience et donner à votre corps les bons soins pour qu'il puisse se rétablir."

Version originale : Aria Bendix/Business Insider

À lire aussi — Les algues des makis japonais pourraient être dangereuses pour la santé selon l'Anses

Découvrir plus d'articles sur :