Publicité

Le vaccin d'AstraZeneca dénigré au profit de celui de Pfizer, en France et ailleurs en Europe

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Une boîte contenant des flacons du vaccin Covid-19 d'AstraZeneca lors du lancement d'une campagne de vaccination en France, le 6 février. © ALAIN JOCARD/AFP via Getty Images
Publicité

Des personnes qui se font vacciner en France, au Royaume-Uni et en Allemagne compliqueraient la vaccination en insistant pour recevoir une injection particulière, selon de nombreuses publications. En Europe continentale, des acteurs de la santé signalent des rendez-vous non honorés et des centres de vaccination vides lorsque la dose d'AstraZeneca est proposée.

Cette résistance semble découler de données d'essais qui suggèrent que le vaccin d'AstraZeneca est moins efficace que celui de Pfizer, l'autre vaccin à être largement inoculé en Europe. Au Royaume-Uni, les retours sont plus mitigés, avec des rapports anecdotiques selon lesquels certaines personnes insistent sur le vaccin de Pfizer, tandis que d'autres font pression pour celui d'AstraZeneca...

À lire aussi — Covid-19 : 20,5 millions d'années de vie ont été perdues par rapport à l'espérance moyenne

Voici la situation pays par pays :

  • En France, la vaccination des travailleurs de la santé a été échelonnée après que plusieurs d'entre eux se sont déclarés malades en raison d'effets secondaires de type grippal. Le mois dernier, le président Emmanuel Macron a mis en doute l'efficacité du vaccin d'AstraZeneca.
  • En Allemagne, des centaines de milliers de doses d'AstraZeneca sont inutilisées, selon Yahoo ! News. Times of London rapporte que seulement 200 personnes se sont présentées à 3 800 rendez-vous quotidiens dans un centre de Berlin qui n'offre que le vaccin d'AstraZeneca.
  • Des responsables en Autriche et en Bulgarie ont également fait état de la résistance du public au vaccin d'AstraZeneca, a rapporté France24 le 18 février.
  • En Italie, les enseignants et la police ont exprimé des inquiétudes au sujet du vaccin d'AstraZeneca, selon le Wall Street Journal.
  • En Suède, deux régions ont temporairement suspendu le déploiement des vaccins AstraZeneca après qu'un quart des 400 membres du personnel hospitalier a signalé des effets secondaires légers.
  • Au Royaume-Uni, où siège AstraZeneca, la situation est plus compliquée. Selon le Washington Post, certains Britanniques annulent et reportent les rendez-vous de vaccination pour obtenir le vaccin Pfizer.

Des différences dans les données sur l'efficacité

Le Premier ministre britannique Boris Johnson lève le pouce en visitant un centre de vaccination dans le sud-est de Londres le 14 février.  Jeremy Selwyn-WPA Pool/Getty Images

Selon le Washington Post, cette stratégie des patients est basée sur des rumeurs à propos de tel centre de vaccination qui dispose de telle ou telle dose.

Au Royaume-Uni, le phénomène inverse se produit également : les gens insistent pour se faire vacciner par AstraZeneca parce que cette société, dont le siège est au Royaume-Uni, a développé son vaccin en collaboration avec l'université d'Oxford.

Un médecin anglais a déclaré à la BBC dimanche que, alors que ses collègues médecins ont une légère préférence pour le vaccin Pfizer, ses patients ont tendance à préférer le vaccin "fabriqué en Grande-Bretagne" d'Oxford/AstraZeneca.

La dynamique semble largement déterminée par les données issues des essais de phase 3 des deux vaccins.

L'efficacité du vaccin atteindrait entre 60 et 70 %

Comme l'a rapporté Insider en décembre, des questions ont été soulevées au sujet des essais d'AstraZeneca, lorsque la société a annoncé que le vaccin était efficace à 62 % après deux doses complètes, mais à 90 % après une demi-dose et une dose complète du vaccin.

A lire aussi — AstraZeneca admet que les meilleurs résultats de son vaccin sont dus à une 'heureuse' erreur de dosage

Les régulateurs britanniques estiment maintenant l'efficacité du vaccin à 70 %, selon le Washington Post, et l'Agence européenne des médicaments à 60 %. Par rapport à l'efficacité de 95 % du vaccin Pfizer, il est facile de croire que le vaccin d'AstraZeneca n'est pas aussi performant.

Cependant, Andrew Pollard, le scientifique en chef du développement du vaccin AstraZeneca, explique au Washington Post que les chiffres ne sont pas directement comparables : "À moins que vous ne meniez les essais [de Pfizer et d'AstraZeneca] en tête à tête, vous ne savez pas vraiment si un chiffre de 95 % dans un essai et de 62 % dans un autre essai signifie la même chose". Selon lui, les résultats d'un tel essai devraient être disponibles bientôt.

Les vaccins Pfizer et AstraZeneca "confèrent tous deux une très haute protection contre les maladies graves" et semblent "avoir un bon profil de sécurité", estime le Comité conjoint sur la vaccination et l'immunisation du Royaume-Uni, dont Andrew Pollard fait partie. Ce dernier a même assuré au Washington Post qu'il "utiliserait personnellement de n'importe quel vaccin proposé".

Version originale : Marianne Guenot/Insider

À lire aussi — Le coronavirus va être injecté à des jeunes en bonne santé pour les besoins d'une étude

Découvrir plus d'articles sur :