Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le vaccin Pfizer devrait prochainement être autorisé pour les enfants de 12 ans et plus aux États-Unis

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le vaccin Pfizer devrait prochainement être autorisé pour les enfants de 12 ans et plus aux États-Unis
Le vaccin Pfizer est actuellement l'un des plus efficaces contre le virus. © Marco Verch Professional/Flickr

Les États-Unis ont un temps d'avance sur la France dans la campagne de vaccination. Ils devraient en effet autoriser le vaccin de Pfizer-BioNTech contre le Covid-19 pour les enfants âgés de 12 ans et plus à partir de la semaine prochaine, ont rapporté lundi 3 mai des médias américains. Pfizer a demandé une autorisation d'utilisation d'urgence pour son vaccin à destination des enfants et adolescents âgés de 12 à 15 ans, selon la chaîne CNN, citant un responsable gouvernemental.

"L'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and drug administration, FDA) devra modifier sa réglementation sur l'autorisation d'utilisation d'urgence du vaccin, mais le processus devrait être simple", rapporte CNN. Le vaccin Pfizer est actuellement autorisé pour les personnes âgées de 16 ans et plus aux États-Unis.

Encore la moitié de la population à vacciner

L'extension de la vaccination aux adolescents pourrait ouvrir la campagne de vaccination américaine à des millions de personnes supplémentaires. Selon les données officielles, le taux de vaccination a atteint son pic autour du 11 avril outre-Atlantique, et bien que 55% des adultes aient désormais reçu une ou plusieurs doses, le chemin à parcourir pour atteindre l'immunité collective est encore long.

Mais un nouveau défi se pose aujourd'hui : vacciner l'autre moitié, qui hésite encore. Parmi les électeurs républicains, 29% déclarent qu'ils ne se feront jamais vacciner, contre 5% des démocrates et 9% des indépendants, selon une enquête récente de la Kaiser Family Foundation. Des sceptiques ou anti-vaccin, parfois complotistes, qui risquent de mettre à mal la lutte contre la pandémie.

À lire aussi — La vaccination sera ouverte à tous les adultes à partir du 15 juin prochain

Découvrir plus d'articles sur :