Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le variant 'triple mutant' découvert en Inde pourrait être beaucoup plus mortel et résister aux vaccins existants

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Des médecins s'occupent de patients malades du Covid-19 dans la salle de banquet Shehnai, temporairement convertie en salle d'isolement, alors que les cas de coronavirus se multiplient dans le pays, à New Delhi, en Inde. © Amarjeet Kumar Singh/Anadolu Agency via Getty Images

Alors que l'Inde est confrontée à sa deuxième grande vague de cas de Covid-19 et à un variant doublement muté du virus, elle doit maintenant faire face à une nouvelle menace — un variant triplement muté.

Les scientifiques ont trouvé deux variétés triple-mutantes dans des échantillons de patients de quatre États : Maharashtra, Delhi, Bengale occidental et Chhattisgarh. Les chercheurs du pays l'ont baptisée "souche du Bengale" et affirment qu'elle pourrait être encore plus infectieuse que le variant doublement mutant.

À lire aussi — Indien, brésilien, sud-africain... Ce qu'il faut savoir sur ces variants qui inquiètent les scientifiques

Comme ses cousins brésilien et sud-africain, le 'triple mutant' serait un variant d'échappement immunitaire

En effet, trois variants ont fusionné pour former un nouveau variant, peut-être plus mortel.

Le Times of India s'est entretenu avec Vinod Scaria, chercheur à l'Institut CSIR de génomique et de biologie intégrative en Inde, qui a déclaré que le triple mutant était également un "variant d'échappement immunitaire", une souche qui permet au virus de se fixer aux cellules humaines et de se cacher du système immunitaire.

Il a ajouté qu'elle pourrait avoir évolué à partir du variant à double mutation — qui, selon les experts, est probablement à l'origine de la récente flambée épidémique dans le pays.

Sreedhar Chinnaswamy, un chercheur de l'Institut national de génomique biomédicale en Inde, a déclaré au Times of India que le variant était également porteur de la mutation E484K, une caractéristique que l'on retrouve à la fois dans les variants sud-africain et brésilienn.

"En d'autres termes, il se peut que vous ne soyez pas à l'abri de cette variante, même si vous avez déjà été infecté par une autre souche, ou même si vous avez été vacciné", résume-t-il.

Cette nouvelle menace est inquiétante. Le système de santé indien a déjà atteint un point de rupture alors qu'il est aux prises avec la deuxième vague de cas de Covid. Dans tout le pays, les hôpitaux sont confrontés à une grave pénurie d'oxygène médical. Hier, six hôpitaux du pays auraient manqué d'oxygène alors que le pays était confronté à un afflux soudain de patients.

Les fournitures d'oxygène ont été détournées des chantiers navals et des aciéries. Pourtant, les hôpitaux restent débordés, et certaines familles désespérées en viennent même à voler des bouteilles d'oxygène dans les hôpitaux pour maintenir les membres de leur famille en vie.

L'Inde a enregistré un pic journalier de 314 835 cas de Covid jeudi 22 avril, mais ce record mondial a été battu en moins de 24 heures lorsque le pays a annoncé avoir enregistré 332 730 nouveaux cas et 2 263 décès vendredi. Le pays compte désormais plus de 16 millions de cas de Covid, ce qui le place en deuxième position derrière les États-Unis, qui ont enregistré 32 millions de cas.

Version originale : Cheryl Teh/Insider

À lire aussi — Voici comment gérer au mieux les effets secondaires après une vaccination contre le Covid-19

Découvrir plus d'articles sur :