Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le virus mortel qui sévit en Chine peut se propager d'homme à homme, ce qui augmente le risque d'une épidémie

Le virus mortel qui sévit en Chine peut se propager d'homme à homme, ce qui augmente le risque d'une épidémie
© Reuters

Le mystérieux coronavirus chinois peut se propager d'une personne à une autre, a annoncé ce lundi 20 janvier la plus haute autorité médicale chinoise. Les autorités chinoises et internationales s'efforcent de ralentir la propagation du "2019-nCoV", une maladie proche du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère). Celle-ci est plus connue sous le nom de "virus de Wuhan", car l'infection a pris naissance dans un marché de fruits de mer et de viande de cette métropole de 11 millions d'habitants, située au centre de la Chine. Les autorités ont d'abord cru que la maladie était en grande partie transmise de l'animal à l'Homme. La confirmation qu'elle peut se transmettre directement entre les personnes rend la menace encore plus grave et augmente le risque sanitaire pour les autres pays.

"Maintenant, nous pouvons dire avec certitude qu'il s'agit d'un phénomène de transmission d'homme à homme", a déclaré Zhong Nanshan, le scientifique que le gouvernement chinois a nommé pour diriger les efforts de lutte contre la maladie. Trois personnes à Wuhan étaient décédées de la maladie lundi, selon les autorités sanitaires locales. Le nombre total d'infections dans le pays a triplé au cours du week-end, pour atteindre au moins 218 personnes. Selon certaines estimations scientifiques, l'ampleur de la maladie pourrait être supérieur aux cas officiellement confirmés. Le virus, présente des symptômes de type pneumonie, notamment de la fièvre et des difficultés respiratoires. Il s'est déjà propagé à Pékin, Shanghai et Shenzhen, ainsi qu'en Corée du Sud, en Thaïlande et au Japon.

L'OMS convoque une réunion d'urgence ce mercredi 22 janvier

L'Organisation mondiale de la santé a déclaré qu'elle convoquera une réunion d'urgence mercredi pour déterminer le type de réponse internationale à apporter à l'épidémie. Neil Ferguson, expert en santé publique à l'Imperial College de Londres, a déclaré au New York Times que le danger posé par le virus dépend de son "efficacité" à se propager d'une personne à l'autre.

Si le processus de transmission est très efficace, il pourra se propager très rapidement sur une longue distance. S'il est relativement difficile pour le virus de se propager, il sera plus facile à contenir.

Contacté par Le Parisien, Arnaud Fontanet, virologue à l'institut Pasteur/Cnam, explique quant à lui que "les personnes décédées étaient toutes âgées et déjà malades, cela veut dire que le virus n'est pas très virulent". Néanmoins, "s'il mute, cela peut devenir embêtant".

On ne sait pas exactement combien de personnes ont été infectées par transmission humaine.

Des contrôles sanitaires accrus dans plusieurs aéroports chinois et américains

Il est à craindre que le rythme de l'infection s'intensifie alors que des centaines de millions de personnes voyagent en Chine et à l'étranger pour le Nouvel An lunaire, également connu sous le nom de Nouvel An chinois, cette semaine. Plus de personnes rentrent chez elles chaque année pour les fêtes du Nouvel An que pendant toute autre période de l'année.

Les autorités sanitaires de toute l'Asie intensifient leurs mesures pour repérer et contenir les personnes porteuses de la maladie, avec des médecins en combinaison antidéflagrante prenant la température des passagers avant que les avions puissent décoller de Wuhan et de divers aéroports, augmentant les contrôles sanitaires des personnes voyageant depuis la Chine.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains contrôlent les passagers en provenance de Chine dans les aéroports de New York, Los Angeles et San Francisco, tout comme les autorités sanitaires de Hong Kong, Singapour et Tokyo.

Selon Santé publique France, "la vigilance vient d'être déclenchée en France". Cependant d'après la direction générale de la santé (DGS), "l'OMS ne préconise pas à ce stade de restrictions des voyages ni la mise en place de procédures de dépistage".

Version originale : Eliza Relman / Business Insider US. Traduit de l'anglais par Mégan Bourdon.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :