Capture d'écran de la vidéo "4 trucs étonnants sur le maïs" de Chris Conte sur YouTube

Capture d'écran de la vidéo "4 trucs étonnants sur le maïs" de Chris Conte sur YouTube

Dans son dernier numéro, le magazine 01net décortique les revenus publicitaires des youtubeurs français.

Outre Norman et EnjoyPhoenix, 01net s'est intéressé à Poisson Fécond, un des youtubeurs français les plus suivis en ligne. Sa chaîne, où il poste en moyenne une nouvelle vidéo par semaine, compte plus d'un millions d'abonnés. 

Poisson Fécond, de son vrai nom Brice Conte-Ydier ou Chris Conte, y assume avoir accepté de faire une vidéo pour l'AGPM (L'Association Générale des Producteurs de Maïs) afin de faire la promotion "d'une manière décalée mais pertinente [d]es usages non alimentaires du maïs", comme le décrit leur contrat. 

Mais Chris Conte ne pouvait pas faire référence aux controverses sur la production de maïs OGM en France.

Dans la vidéo, le contrat avec l'AGPM n'est jamais mentionné. Seul un lien vers le site internet de l'association a été ajouté en légende sous la catégorie "infos et sources".

mmmh

Capture d'écran de la vidéo "4 trucs étonnants sur le maïs"

Le youtubeur a accepté de répondre à 01net magazine :

"D'une certaine façon, on peut dire que j'ai participé à une campagne de lobbying. J'ai effectivement éludé les références aux OGM, mais c'est la règle, lorsqu'un youtubeur réalise une opération avec une grande marque. Vous pouvez toujours décider d'aborder les points négatifs mais dans ce cas, vous devez vous attendre à toucher moins d'argent."

D'après le magazine, il aurait été rémunéré à hauteur de 10 000 euros. 

La force du lobby pro-OGM 

Chris Conte est un des rares youtubeurs qui parle régulièrement de ses revenus ; en août dernier, il avait notamment accepté de décortiquer son porte-monnaie pour la rubrique du même nom de Rue89

Mais au-delà de la somme versée — de nombreux youtubeurs sont rémunérés par des placements de produits ou des contenus sponsorisés — , c'est le thème de la vidéo qui dérange.

L'association AGPM est connue pour avoir tenté d'imposer en France la culture du maïs génétiquement modifié MON810, le "maïs vedette" de l'entreprise controversée Monsanto. Ces cultures sont pourtant interdites depuis une loi de 2014, car elles comportent des "risques indéniables", a précisé le ministère de l'Agriculture au Monde.fr.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le nouvelle console de Nintendo est mobile, mais elle n'est pas censée rivaliser avec votre iPhone

VIDEO: Cette invention devrait enfin résoudre ce problème que tout le monde déteste après une partie de beer pong