Leclerc, Danone, Auchan... Les marques qui affichent déjà le Nutri-Score sur leurs produits

Le label "Nutri-Score" apposé sur certains produits alimentaires. Patrick Pleul/picture alliance via Getty Images

Michel-Édouard Leclerc, le PDG d'E. Leclerc, vient de l'annoncer sur son blog : l'enseigne de grande distribution va généraliser le déploiement du Nutri-Score sur les produits de grandes marques vendus via son drive. D'ici fin novembre, 60% des produits vendus sur le drive Leclerc devraient afficher le Nutri-Score, que ce soit pour ses propres marques distributeur (Marque Repère, Bio Village, Éco +, etc.) ou pour les grandes marques. L'objectif est d'atteindre les 100% d'ici mars 2020. Leclerc avait déjà déployé depuis 2018 le Nutri-Score sur la totalité de ses produits de marque distributeur vendus sur le drive. Une refonte des emballages est également prévue d'ici fin 2020 pour garantir l'affichage du score sur les produits en magasin.

Les autres enseignes de la grande distribution ne sont pas en reste en terme d'engagement pour le développement du Nutri-Score. Auchan aurait déjà déployé cet affichage sur les emballages de plus de 1 100 produits de sa marque distributeur, plus de 5 000 pour les produits à commander via le drive, selon les informations du site Santé publique France. Intermarché affiche aussi le Nutri-Score sur l'emballage de près de 700 de ses produits en marque propre (Monique Ranou, Pâturages, Odyssée...). Casino vient également d'annoncer le déploiement du Nutri-Score sur 100% des produits de sa marque "Casino" d'ici fin 2021, soit sur plus de 3 000 références.

Carrefour, Danone, Fleury Michon ou encore Elior

Carrefour avait également annoncé en septembre dernier l'affichage du Nutri-Score d'ici 2022 sur les 7 000 références de ses produits de marque distributeur, que ce soit en magasin sur les emballages ou sur leur site de vente en ligne. Les autres enseignes, Système U et Monoprix, ou encore les hard discounters Aldi, Lidl ou Leader Price n'ont pour le moment pas pris position sur le sujet.

Du côté des industriels de l'agroalimentaire, ils seraient plus de 180 à s'être engagés dans la démarche selon le ministère chargé de la Santé. Danone, Nestlé, Findus, Fleury Michon, Materne ou encore Le Gaulois et Bigard ont décidé d'apposer le Nutri-Score sur leurs produits. C'est aussi le cas de Bonduelle, Andros, Jacquet, Panzani, Sodebo ou William Saurin. Autre secteur, la société de restauration collective Elior a annoncé ce jour vouloir afficher le Nutri-Score courant 2020 sur l'ensemble de ses recettes servies dans les cantines des écoles, entreprises, hôpitaux, maisons de retraite afin de pouvoir éclairer au mieux les choix de ses consommateurs. Un premier test en réel va être mis en place dans deux grandes entreprises pendant deux mois, selon le Parisien.

Le Nutri-Score présent 'que sur 5% des produits'

Mis en place à l'automne 2017 en France, le Nutri-Score est facultatif aujourd'hui et repose donc sur une démarche volontariste des industriels et des distributeurs. Basé sur cinq lettres (de A à E) et sur un code couleur variant du vert au rouge, il permet de donner un score de qualité nutritionnelle. Sur une portion de 100 grammes, il prend en compte la teneur en nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits et légumes) et en nutriments à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres, sel). Le Nutri-Score se calcule sur tous les aliments transformés à l'exception des thés, cafés, levures, herbes aromatiques. On peut aussi le retrouver sur les boissons, sauf les boissons alcoolisées.

Un tableau de l'association de consommateurs qui classe certains goûters pour enfant selon leur Nutri-Score calculé. Source : UFC-Que Choisir

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir dénonce dans un communiqué les progrès insuffisants dans la mise en place du Nutri-Score : il ne serait présent "que sur 5% des produits", selon eux. Elle précise également que "82% des consommateurs n'arrivent pas à lire le complexe tableau d'analyse nutritionnelle obligatoire".

L'UFC-Que Choisir alerte spécifiquement dans son document sur les aliments destinés aux enfants (céréales du petit-déjeuner, goûters...) : s'ils avaient le Nutri-Score sur leur emballages, la majorité de ces produits seraient notés C, D, voire E. Un vrai danger pour l'association, "avec près d'un enfant sur cinq touché par l'obésité ou le surpoids". Une pétition d'initiative citoyenne européenne a été lancée par l'UFC-Que Choisir et six associations de consommateurs en Europe pour essayer de rendre l'affichage du Nutri-Score obligatoire. Plus de 80 000 citoyens l'ont déjà signée sur un objectif d'un million.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Intermarché lance son 'Franco-Score' pour mieux indiquer l'origine géographique de ses produits

VIDÉO: Voici comment on crée des cris de dragon