Publicité

L'entreprise française Carmat a vendu pour la première fois un cœur artificiel en Italie

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'entreprise française Carmat a vendu pour la première fois un cœur artificiel en Italie
Un cœur artificiel total de l'entreprise Carmat a été pour la première fois implanté sur un patient en Italie. © Stephanie Lopez/Duke Health
Publicité

C'est une première. L'entreprise française Carmat, créée en 2008, a vendu un exemplaire de son cœur artificiel total : commercialisé sous la marque Aeson, il a été implanté sur un patient en Italie afin de servir de relais dans l'attente d'une greffe, une étape importante annoncée lundi 19 juillet par la medtech française. Cette implantation a été "réalisée par l’équipe du Dr Ciro Maiello, chirurgien cardiaque au centre hospitalier de Naples, l'un des centres bénéficiant de la plus grande expérience en matière de cœurs artificiels en Italie", affirme la société dans un communiqué.

Pour Carmat, qui a réalisé une augmentation de capital de 56 millions d’euros en mars 2021, cette implantation "marque la première vente réalisée (...) depuis sa création en 2008" et représente "une étape majeure, qui ouvre une nouvelle page du développement de la société". Ce cœur vise à offrir une alternative thérapeutique aux malades souffrant d'insuffisance cardiaque biventriculaire terminale.

À lire aussi — Le spécialiste français de l'assurance santé Alan réalise une nouvelle levée de fonds

Aucun cœur Aeson n'avait encore à ce jour été utilisé en dehors du cadre d'une étude clinique, a précisé une porte-parole à l'AFP, indiquant que le coût financier de l'opération, supérieur à 150 000 euros, a été pris en charge par "le système régional de santé", en attendant un remboursement national qui, en Italie, prend le relais "après plusieurs années d'utilisation".

Une étude clinique avec 10 patients aux États-Unis

Le 15 juillet, Carmat avait annoncé la première implantation humaine de son cœur artificiel aux États-Unis, dans le cadre d'une étude clinique réalisée au Duke University Hospital de Durham (Caroline du Nord), ce qui avait fait bondir le cours de l'action de 6,77% à 23,65 euros à la Bourse de Paris.

Dix patients éligibles à la transplantation doivent être recrutés dans cet essai américain, conformément au protocole d'étude approuvé par la FDA (Food and drug administration), et trois autres centres aux États-Unis sélectionnent actuellement les patients pour l'étude, a précisé Carmat la semaine dernière.

À lire aussi — Covid-19 : voici la liste des 13 pays où la vaccination est obligatoire

En décembre 2020, Carmat avait obtenu le marquage CE en Europe, ce qui lui avait donné le feu vert pour la commercialisation de son cœur artificiel en Europe, en tant que pont à la transplantation — c'est-à-dire en attendant une greffe, grâce à des résultats intermédiaires positifs de l'étude Pivot, qui a débuté en 2016 et est toujours en cours.

'73% des patients ont atteint les six mois de survie'

En novembre 2019, les résultats de l’étude portant sur les 11 premiers patients implantés avaient montré que "73% de ces patients ont atteint les six mois de survie avec la prothèse ou une transplantation cardiaque réussie" dans les six mois suivant l'implantation — ce qui était l'objectif primaire de l'étude.

Outre la France, ces implantations en Europe ont eu lieu au Danemark, en République tchèque et au Kazakhstan.

Entré en Bourse en 2010, Carmat, qui se targue d'avoir reçu 33 millions d'euros accordés par Bpifrance, somme la plus importante jamais octroyée à une jeune entreprise innovante par la banque publique d'investissement, espère annoncer d'autres commercialisations de son cœur artificiel en Europe d'ici la fin de l'année. L'entreprise vise plus particulièrement la France et l'Allemagne, qui représentent à elles deux 55% du marché des dispositifs d'assistance circulatoire mécanique (MCS) de l'UE.

À lire aussi — 13 variations génétiques peuvent vous rendre plus sensible au Covid-19

Découvrir plus d'articles sur :