Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Leroy Merlin, Castorama et Mr Bricolage assurent ne pas vendre de bois abattu illégalement

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Leroy Merlin, Castorama et Mr Bricolage assurent ne pas vendre de bois abattu illégalement
L'enquête de l'ONG Earthsight dénonce des coupes illégales de bois dans la taïga russe. © Unsplash/Tamara Menzi

Sept fois le Royal Albert Hall de Londres, soit 600 000 mètres cube de bois, et une valeur marchande supérieure à 870 millions d'euros. L'ONG Earthsight dénonce dans une longue enquête appelée "Taïga King" l'abattage illégal de bois dans la région de la taïga, à l'extrême est de la Russie. Un conglomérat de bois, le groupe BM, serait à l'origine de ce commerce frauduleux : son président, Alexander Pudovkin, a été arrêté en mars 2019. Accusé d'abus de pouvoir et faisant l'objet d'une enquête, il aurait notamment admis avoir versé des pots-de-vin en échange de concessions forestières de grande envergure dans l'Est de la Russie.

Si la majeure partie de ce bois coupé illégalement, essentiellement du mélèze, aurait pris le chemin de la Chine, environ 100 000 tonnes seraient entrées dans l'Union Européenne de manière frauduleuse. Le mélèze est essentiellement utilisé pour les bardages extérieurs de maison, ou encore pour la construction de yachts. Expédié de Saint-Pétersbourg, le bois russe aurait transité par le port de Kiel, en Allemagne, avant de rejoindre notamment l'Estonie et la France. Au nez et à la barbe des règles européennes en la matière qui interdisent depuis 2013 l'importation de bois d'origine suspecte, et qui obligent les importateurs à faire des contrôle rigoureux.

À lire aussi — Monoprix va déployer des 'stations-service' pour vélos devant ses magasins en centre-ville

L'importateur ISB France pointé du doigt par l'ONG, il se défend

Dans son enquête, l'ONG dénonce le rôle du groupe ISB France, le "plus gros client français" de l'exportateur BM selon elle. Earthsight pointe du doigt des manquements dans la vérification de la provenance du bois acheté par ses soins, alors que sur son site web, ISB France affirme "filtrer soigneusement nos fournisseurs et le bois qui arrive". Toujours selon l'ONG, ISB aurait en plus continué à s'approvisionner en mélèze russe frauduleux, même après que le scandale autour du groupe BM a éclaté fin 2018.

Contacté par Business Insider France, le groupe ISB France réfute ces accusations et assure n'avoir acheté aucun bois via le groupe russe BM depuis 2018. Si ISB ajoute qu'il ne "souhaite pas commenter cette enquête", il précise néanmoins : "Nous regrettons le discrédit jeté sur notre entreprise, nos clients, sur notre profession et tous les systèmes de certification qui garantissent une exploitation durable et responsable des forêts".

Interrogé plus spécifiquement sur ses relations avec le groupe russe incriminé par l'ONG, la direction d'ISB France confirme avoir acheté du mélèze de Sibérie à deux de ses filiales, Amur Forest et Aziya Export, mais respectivement en 2015 et en 2018, soit "avant que n'éclate le scandale de BM Groupe en 2019".

Leroy Merlin se défend de ces accusations

Le groupe ISB fournit du bois scié et des panneaux de bois aux grossistes industriels, mais aussi aux magasins de bricolage comme Mr Bricolage ou Castorama dans l'Hexagone. Son revêtement en mélèze se serait ainsi retrouvé en vente dans les magasins de Leroy Merlin, selon l'ONG, capture d'écran du site internet à l'appui. Contacté par Business Insider France, l'enseigne nous a affirmé qu'il n'y avait aucun doute sur l'origine de ses produits. "Tous nos approvisionnements en mélèze sont sûrs à 100%, dès 2018 nous sommes passés sur des filières certifiées FSC et PEFC", assure Gislain Ménard, directeur qualité de Leroy Merlin France.

"On est, en plus, sur de tous petits volumes, moins d'un camion de mélèze, c'est-à-dire 47 m3, est vendu chaque année dans tous nos magasins français". L'enseigne concède cependant que "si tous les certificats de conformité fournis par ISB ont l'air cohérents", "une collecte d'information est en cours jusqu'au 15 janvier pour vérifier" les données de leur fournisseur.

Des vérifications également en cours chez Mr Bricolage et Castorama

Même son de cloche du côté de l'enseigne Mr Bricolage, qui est encore plus catégorique. Joint par Business Insider France, le directeur commercial du groupe, Hervé Onfray, confirme que "ISB ne leur a vendu aucun produit à base de mélèze, uniquement des sapins du Nord et des pins". Il assure que le mélèze se vend assez mal en magasin de bricolage et que son groupe ne travaille pas cette catégorie de produits. "Même si je n'ai aucun élément qui me fait dire qu'ISB a mal fait son travail, nous avons diligenté un audit indépendant pour s'assurer de la légalité de tous les bois qu'on source chez eux", assure néanmoins Hervé Onfray.

L'enseigne Castorama se défend également de tout approvisionnement frauduleux : "l'importation de bois illégalement abattu n'est pas acceptable et nous prenons les conclusions du rapport de l’ONG Earthsight très sérieusement", affirme le groupe Kingfisher, propriétaire de l'enseigne, à Business Insider France. Indiquant avoir des critères très stricts en matière d'approvisionnement en bois et en papier", le groupe confirme avoir débuté "une enquête auprès du fournisseur entaché par les conclusions du rapport", à savoir ISB. Toujours selon Kingfisher, les premiers résultats de son enquête prouveraient que "100% des produits sont certifiés par le Conseil de Soutien de la Forêt, Forest Stewardship Council (FSC)". Mais il nuance : "en cas de violation, nous prendrons des mesures strictes".

Ikea pointé du doigt en juin dernier

Ce ne sont pas les premières enseignes a être montrées du doigt par Earthsight. L'ONG avait déjà épinglé Ikea en juin dernier, comme relevé par BFM, pour avoir utilisé dans la fabrication de ses meubles du bois de hêtre abattu illégalement en Ukraine, en dehors des périodes légales. Le géant suédois de l'ameublement avait indiqué dans un communiqué reconnaître que "l'abattage illégal reste un problème mondial très répandu" et travailler "de manière proactive pour mettre en œuvre des mesures visant à vérifier que nos fournisseurs respectent la légalité".

À lire aussi — Ikea arrête d'imprimer son célèbre catalogue

Découvrir plus d'articles sur :