Publicité

Les 10 missiles balistiques intercontinentaux avec la plus longue portée

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le missile balistique intercontinental russe RT-2PM2 "Topol-М", ici photographié en 2012, a une portée de plus de 10 000 kilomètres. © Vitaly V. Kuzmin/Wikimedia Commons
Publicité

Privilège d'une poignée d'États possédant la puissance et la technologie nécessaires pour les développer, les missiles balistiques intercontinentaux (ou intercontinental ballistic missile — ICBM) incarnent à eux seuls la dissuasion nucléaire. Pensés pour embarquer des ogives nucléaires, ils peuvent atteindre en quelques dizaines de minutes une cible située de l'autre côté du globe.

Tirés depuis un silo, un lanceur mobile ou un sous-marin, ils sont propulsés à très grande vitesse — souvent de l'ordre de plusieurs kilomètres par seconde — à une altitude suborbitale avant de retomber vers la cible. Durant cette descente, alimentée par la seule attraction terrestre, le missile peut libérer plusieurs ogives afin de frapper plusieurs endroits différents.

À lire aussi — Pourquoi la nouvelle classe de sous-marins russes inquiète la Marine américaine

En pleine guerre froide, l'Union soviétique avait pris l'ascendant sur les États-Unis en lançant avec succès le premier ICBM, baptisé R-7 Semiorka, le 21 août 1957. Washington avait rapidement suivi avec son SM-65 Atlas, quatre mois plus tard.

Aujourd'hui, les cinq membres du conseil de sécurité des Nations unies — Chine, États-Unis, Russie, France, Royaume-Uni — possèdent des missiles balistiques intercontinentaux d'une portée supérieure à 5 500 kilomètres. De nombreuses nations, telles que l'Inde, Israël ou l'Arabie saoudite tentent de développer des missiles de longue portée afin de s'asseoir à la table des grandes puissances. Mais, ces dernières années, l'acteur le plus menaçant est sans conteste la Corée du Nord. Le régime de Pyongyang se démène depuis des décennies pour mettre au point une arme capable de menacer son ennemi héréditaire, les États-Unis.

En juillet 2017, le pays a pris la communauté internationale de court en réussissant à lancer un ICBM. Quelques mois plus tard seulement, le régime communiste a réalisé un tir d'essai avec le Hwasong-15, un ICBM d'une portée de 13 000 kilomètres.

Voici les 10 missiles balistiques intercontinentaux avec la plus longue portée, d'après les données issues de la plateforme Missile Threat, conçue par le Center for Strategic and International Studies :

10. M51.2 (France) — 8 000 kilomètres de portée

Capacité : six têtes nucléaires de 500 kg chacune

Vitesse : Mach 15 (ou quinze fois la vitesse du son)

Dimensions et poids : 13 m de long ; 2,35 m de diamètre ; 53 tonnes

Lancement : sous-marin

Année de déploiement : 2015

Coût unitaire : 120 M€

Propulsion à propergol solide

9. RT-2PM2 'Topol-M' (Russie) — 10 500 kilomètres

Un Topol-M est tiré depuis le cosmodrome de Plesetsk, à 800 kilomètres au nord de Moscou, le 16 janvier 2017. Ministry of Defence of the Russian Federation/Wikimedia Commons

Capacité : unique ogive nucléaire de 1 200 kg

Vitesse : Mach 22

Dimensions et poids : 21,9 m de long ; 2,35 m de diamètre ; 47 tonnes

Lancement : silo, lanceur mobile

Année de déploiement : 1997

Coût unitaire : NC

Propulsion à propergol solide

8. Dong Feng-31A (Chine) — 11 700 kilomètres

Un ICBM chinois DF-31A, photographié à Pékin le 3 septembre 2015. IceUnshattered/Wikimedia Commons

Capacité : trois têtes nucléaires nucléaires d'une puissance de 20, 90 ou 150 kt

Vitesse : jusqu'à 8 km/s

Dimensions et poids : 18,4 m de long ; 2 m de diamètre ; 63 tonnes

Lancement : lanceur mobile

Année de déploiement : 2007

Coût unitaire : 14 millions de dollars (environ 11,5 millions d'euros)

Propulsion à propergol solide

7. Trident II D-5 (États-Unis et Royaume-Uni) — 12 000 kilomètres

Un ICBM Trident II est lancé depuis le sous-marin américain USS West Virginia lors d'un exercice, le 2 juin 2014. U.S. Navy/Wikimedia Commons

Capacité : douze têtes nucléaires pour un poids cumulé de 2 800 kg

Vitesse : Mach 24

Dimensions et poids : 13,4 m de long ; 2,11 m de diamètre ; 59 tonnes

Lancement : sous-marin

Année de déploiement : 1990

Coût unitaire : 30,9 millions de dollars (environ 25,3 millions d'euros)

Propulsion à propergol solide

À lire aussi — Voici les 10 pays qui ont commandé le plus d'armes à la France en 2020

6. RS-24 'Yars' (Russie) — 12 000 kilomètres

Un missile RS-24, photographié à Moscou le 9 mai 2015 durant la parade militaire célébrant les 70 ans de la victoire sur l'Allemagne nazie. Соколрус/Wikimedia Commons

Capacité : trois têtes nucléaires pour un poids cumulé de 1 200 kg

Vitesse : Mach 20

Dimensions et poids : 22,5 m de long ; 2 m de diamètre ; 49 tonnes

Lancement : silo, lanceur mobile

Année de déploiement : 2010

Coût unitaire : 20 millions de dollars (environ 16,4 millions d'euros)

Propulsion à propergol solide

5. Minuteman III (États-Unis) — 13 000 kilomètres

Un Minuteman III est tiré depuis un silo durant un essai sur la base Vandenberg de l'US Air Force, en Californie, le 25 février 2012. United States Air Force/Wikimedia Commons

Capacité : ogive thermonucléaire W78

Vitesse : Mach 23

Dimensions et poids : 18,2 m de long ; 1,85 m de diamètre ; 34 tonnes

Lancement : silo

Année de déploiement : 1970

Coût unitaire : 7 millions de dollars (environ 5,7 millions d'euros)

Propulsion à propergol solide

À lire aussi — Une frégate française intercepte une cible supersonique volant à plus de 3 000 km/h

4. Hwasong-15 (Corée du Nord) — 13 000 kilomètres

Un Hwasong-16, successeur du 15, est dévoilé par le régime nord-coréen lors du défilé célébrant les 75 ans du parti communiste coréen, le 10 octobre 2020. Wikimedia Commons

Capacité : charge nucléaire de 1 000 kg

Vitesse : NC

Dimensions et poids : 22,5 m de long ; 2 m de diamètre ; 72 tonnes

Lancement : lanceur mobile

Premier test : 2017

Coût unitaire : NC

Propulsion à propergol liquide

3. Dong Feng-5 (Chine) — 13 000 kilomètres

Un DF-5 est exhibé lors d'une parade militaire à Pékin, le 3 septembre 2015. Wikimedia Commons

Capacité : une seule tête nucléaire allant jusqu'à 3 900 kg

Vitesse : Mach 22

Dimensions et poids : 32,6 m de long ; 3,35 m de diamètre ; 183 tonnes

Lancement : silo

Année de déploiement : 1981

Coût unitaire : NC

Propulsion à propergol liquide

2. Dong Feng-41 (Chine) — 15 000 km

Capacité : ogive nucléaire simple allant jusqu'à une puissance d'une mégatonne ou dix unités de 20, 90 ou 150 kt

Vitesse : Mach 25

Dimensions et poids : 21 m de long ; 2,25 m de diamètre ; 80 tonnes

Lancement : silo, lanceur mobile

Année de déploiement : 2017

Coût unitaire : 20 millions de dollars (environ 16,4 millions d'euros)

Propulsion à propergol solide

1. R-36M (Russie) — 16 000 kilomètres

Un R-36M photographié le 4 juin 2012. Vadim Tolbatov/Wikimedia Commons

Capacité : de une à dix têtes nucléaires d'une puissance de 550 à 750 kilotonnes chacune

Vitesse : 7,9 km/s

Dimensions et poids : 36,6 m de long ; 3 m de diamètre ; 191 tonnes

Lancement : silo

Année de déploiement : 1988

Coût unitaire : NC

Propulsion à propergol liquide

À lire aussi — Un drone tueur a 'attaqué' une cible humaine sans en avoir reçu l'ordre, selon l'ONU

Découvrir plus d'articles sur :