Publicité

Les 10 pires aspects de la vie en van dont on ne parle pas assez

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les 10 pires aspects de la vie en van dont on ne parle pas assez
Il y a des avantages mais aussi des inconvénients à vivre dans un van © Karla Margeson
Publicité

Construire, voyager, et même vivre dans des vans pendant des années a changé ma vie. Il y a tout juste six ans, j'étais assise sous des lampes fluorescentes dans un bureau aux murs couleur crème, faisant défiler Instagram entre deux réunions, enviant les photos que je voyais : des jeunes hommes et des jeunes femmes à l'apparence saine dans des endroits lointains et magnifiques.

Ils se tenaient triomphants sur le toit d'un van à côté du massif des Tetons, ils étaient perchés entre des portes coulissantes ouvertes le long du Grand Canyon, ils étaient allongés dans leur lit et regardaient à travers des portes arrière ouvertes vers la côte californienne - c'étaient les "van lifers" d'Instagram, une tendance qui a gagné en popularité dans les années qui ont suivi, et qui est montée en flèche depuis le début de la pandémie de coronavirus. Je me souviens avec tendresse de ces attentes, ayant maintenant voyagé, travaillé, construit et même vécue dans des camping-cars pendant des années. J'étais naïve.

À lire aussi — Une experte du camping vous donne 16 conseils pour vous lancer dans l'aventure

Le plus fou, c'est que chaque belle image que vous voyez est vraie. Les années où j'ai vécu à plein temps dans mon van, j'ai dormi sous la Voie lactée plus de nuits que je ne peux en compter. J'ai passé un Noël avec des amis lointains qui se sont réunis à Joshua Tree pour escalader des rochers. Les cafés du matin et les vues sur les montagnes sont devenus tout à fait courants. J'ai était aux toilettes en regardant des vues que la plupart des gens ne voient que dans les magazines.

Cependant lorsqu'il s'agit du tableau peint par les hashtags et les réseaux sociaux, sachez que l'image est loin d'être complète.

Voici 10 des principaux inconvénients de la vie en van dont personne ne parle :

La vie en van, c’est surtout du camping

Les gens n'imaginent pas ce que c'est que de faire des corvées de camping tous les jours. Aussi beau que soit votre véhicule, aucun van ne fonctionne comme une maison traditionnelle. Les tâches comme cuisiner, faire la vaisselle, se nettoyer et garder l'endroit bien rangé sont toutes un peu plus fastidieuses, prennent du temps et, souvent, ne semblent jamais complètes.

Tout est toujours sale

Voyager avec un chien rendra le van encore plus sale Karla Margeson

Oubliez la proximité de l'extérieur - emménagez dans un van et l'extérieur vient à vous. Si vous empruntez une belle route de terre, tout ce que vous possédez sera recouvert de poussière. Si vous passez une nuit sous les conifères, des aiguilles de pin se retrouveront dans votre van. Et s'il pleut (surtout si vous avez un chien), tout sera couvert de boue. Sans point d'ancrage pour le grand nettoyage d'après-voyage, la saleté peut être un peu plus anxiogène que vous ne le pensez.

À lire aussi — 20 astuces à connaître avant de faire un road trip en camping-car

Le climat est beaucoup plus extrême

Le van subit des intempéries fréquemment Karla Margeson

Quand on est tout le temps dehors, le temps peut sembler plus oppressant. Une journée ensoleillée peut rapidement donner à un van l'impression d'être un four. Une tempête glaciale rendra mes doigts trop froids pour taper efficacement, même si mon chauffage fonctionne toute la journée. Un hiver à Portland, dans l'Oregon, l'humidité qui régnait dans mon van (même avec le chauffage et une bonne ventilation) a fait rouiller tous les outils que je possédais.

Vous recevrez votre courrier trop tard

Je pensais vraiment que j'étais préparé à cette éventualité. J'avais une boîte aux lettres privée chez Pony Express, j'ai choisi de ne pas recevoir tous les courriers physiques dont je connaissais l'existence, et pourtant, une pile m'attendait lorsque je suis rentrée dans la région de Seattle après plusieurs mois d'absence.

Il y aura toujours une entreprise, une agence ou une urgence qui nécessitera du courrier, et il peut être difficile de l'obtenir sur la route. J'ai même reçu une lettre du fisc m'indiquant que j'avais fait l'objet d'un audit, et j'ai raté la date limite pour y répondre.

Prendre soin de sa santé est difficile

Karla Margeson

En tant que nomade vivant avec une sclérose en plaques, la maladie de Hashimoto et quelques autres affections moins graves, il peut être difficile de trouver des médicaments et des rendez-vous. Même avec des renouvellements à 90 jours des ordonnances nécessaires et des pharmacies présentes dans tout le pays, j'ai rencontré un nombre surprenant de complications pour avoir accès aux médicaments dont j'ai besoin.

À lire aussi — 6 choses à savoir avant de faire sa première croisière de luxe

La fois où je me suis retrouvée aux urgences avec une hernie discale paralysant ma jambe droite, j'ai fait l'erreur de mentionner que je vivais dans un van. J'espérais que cela motiverait mon prestataire et l'aiderait à comprendre mon besoin urgent de mobilité, mais au lieu de cela, on m'a remis des brochures sur la sobriété et les refuges alors qu'on aurait dû passer ce temps à me faire passer une IRM.

Prendre soin d'un animal de compagnie peut devenir délicat

Ce n'est pas seulement mes soins de santé qui sont devenus plus compliqués. Lorsque j'ai pris un chiot à Phoenix, j'ai été choquée de constater que les soins vétérinaires étaient étonnamment difficiles à organiser sur la route. Par exemple, commencer les vaccins en Arizona et terminer par les rappels en Oregon a tout compliqué.

Les changements de lieux mettent à mal votre système nerveux

Un sentiment de malaise apparaît avec les changements de lieux Karla Margeson

J'ai inventé l'expression "taxe sur le système nerveux" pour décrire le petit sentiment de malaise qui m'accompagnait si souvent sur la route. Notre psychisme aime la familiarité et associe la prévisibilité à la "sécurité". Aussi beaux, aventureux et merveilleux que puissent être les changements de paysages, de climats, de compagnons et même de places de stationnement, cela reste une taxe sur notre système nerveux.

À lire aussi — Les 10 villes aux États-Unis où les Français envisagent de partir pour les vacances

La rareté est toujours présente

De l'ampérage utilisé pour faire fonctionner les lumières au nombre de gallons d'eau nécessaires pour faire la vaisselle, lorsque vous vivez dans un van, vos ressources sont beaucoup plus limitées. Disposer d'une quantité suffisante de tout ce dont vous avez besoin pour atteindre les objectifs les plus importants de votre journée implique de vivre dans un état constant de surveillance de la consommation et de gestion des ressources.

Les pannes sont plus coûteuses que les réparations

Lorsque le van est en réparation il faut trouver un autre lieu où dormir Karla Margeson

En voyageant dans une Volkswagen vintage, je savais que les pannes faisaient partie du jeu. Dans mon monde de la mécanique, elles font souvent partie du plaisir.

Cependant je n'avais pas pensé que lorsque j'avais besoin de l'aide d'un mécanicien, je lui confiais également ma maison. La plupart des ateliers ne sont pas enclins à accueillir des résidents, alors le covoiturage et la location d'urgence font souvent partie de la facture finale.

Garder des amis sur le long terme est difficile

Garder contact avec ses amis est compliqué Karla Margeson

La vie sur la route est pleine d'inconnus fascinants, d'amis de la nuit et même de compagnons saisonniers. Les liens sont profonds et riches, mais toujours éphémères. J'ai développé un désir romantique pour des relations qui soient aussi profondes que celles de la route, mais qui ne se terminent pas toujours aussi rapidement.

Version originale : Karla Margeson / Insider

À lire aussi — Les 10 villes où partir pour mêler télétravail et vacances

Découvrir plus d'articles sur :