Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les 10 plus gros porte-avions du monde

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Annoncé en décembre 2020, le porte-avion de nouvelle génération (PANG) de la marine française devrait prendre la relève du "Charles de Gaulle" en 2038. © Naval Group

Véritables bases aériennes flottantes, les porte-avions sont des symboles de pouvoir et de dissuasion pour les marines les plus puissantes. Souvent au centre des stratégies navales, ils confèrent une capacité de projection inégalée, partout sur le globe.

À l'instar des sous-marins, les premiers porte-aéronefs ont été développés au début du siècle dernier. Dans son ouvrage "L'Aviation Militaire", publié en 1909, l'inventeur français Clément Ader estime qu'un "bateau porte-avions devient indispensable". "Ces navires seront construits selon un plan très différent de celui qui est actuellement utilisé. Tout d'abord, le pont sera débarrassé de tous les obstacles. Il sera plat, aussi large que possible sans compromettre les lignes nautiques de la coque, et il ressemblera à un terrain d'atterrissage", imaginait alors l'ingénieur.

À lire aussi — Les 10 plus gros sous-marins du monde

Sa proposition attire rapidement l'attention de la marine américaine, qui s'empresse alors de réaliser un essai grandeur nature. Le 14 novembre 1910, l'aviateur américain Eugene Burton Ely parvient à faire décoller son aéronef depuis une piste de fortune bricolée sur le pont d'un croiseur américain. Il sera suivi par le pilote britannique Edwin Harris Dunning qui devient, le 2 août 1917, le premier aviateur à réussir à faire atterrir un avion sur un porte-aéronef en marche.

Au fil du temps, les stratèges militaires saisissent rapidement le potentiel des porte-avions. Des exemplaires sont ainsi développés — principalement par les marines britannique, américaine, française et japonaise — souvent à partir d'anciens croiseurs. C'est à partir de la Seconde Guerre mondiale que les porte-avions deviennent des éléments centraux lors des batailles navales, mais également des cibles de choix pour les sous-marins.

On dénombre aujourd'hui 44 porte-aéronefs en circulation — en intégrant les porte-hélicoptères — déployés par seulement 14 marines à l'international. À eux seuls, les États-Unis possèdent pas moins de 11 porte-avions à propulsion nucléaire ; de loin la plus importante flotte de la planète. La superficie cumulée des ponts des bâtiments américains est plus de deux fois supérieure à celle de tous les autres porte-avions réunis.

À lire aussi — L'armée américaine veut placer des panneaux solaires dans l'espace pour alimenter ses bases en énergie

Voici les dix plus gros porte-avions de la planète :

10. Cavour (Italie) — 27 900 tonnes à pleine charge

Le "Cavour", photographié près de Naples, le 9 juin 2010. Armando Mancini/Wikimedia Commons

Mis en service en 2009, le Cavour est un porte-avion de type STOVL (Short Take-off Vertical Landing — Avion à décollage court et atterrissage vertical). Il est équipé pour accueillir 22 aéronefs capables, donc, de décoller sur une piste courte et d'atterrir de manière verticale. Long de 244 mètres, il peut accueillir près de 800 marins et personnels d'aviation. Le navire amiral de la flotte italienne est le deuxième plus grand bâtiment de guerre d'Europe, après le Charles de Gaulle.

9. Charles de Gaulle (France) — 42 500 tonnes

Le porte-avion "Charles de Gaulle", photographié en compagnie d'un sous-marin australien durant un exercice dans le Golfe du Bengale, le 20 mai 2019. Jim Ong/Wikimedia Commons

Fierté nationale, le Charles de Gaulle est le seul et unique porte-avion de la marine française. Ce bâtiment de 261 mètres de long est surtout le seul porte-aéronefs à propulsion nucléaire fabriqué hors des États-Unis. Lancé en 2001, le Charles de Gaulle a coûté environ 3,5 milliards d'euros à l'armée française. Le porte-avions français partage avec ses équivalents américains le système CATOBAR : les avions décollent à grande vitesse grâce à une catapulte tandis que leur atterrissage est assuré par des câbles, appelés brins d'arrêt.

Le bâtiment peut embarquer jusqu'à 2 000 membres d'équipage et 40 avions de chasse. Le 8 décembre 2020, Emmanuel Macron a officialisé le projet de porte-avions de nouvelle génération (PANG), amené à remplacer le Charles de Gaulle, qui arrivera en fin de vie en 2038. Long de 300 mètres, il sera, avec 75 000 tonnes, une fois et demi plus lourd que son prédécesseur. La construction du PANG, confiée à l'armateur Naval Group, est prévue pour débuter en 2025.

8. INS Vikramaditya (Inde) — 45 000 tonnes

La porte-avion de fabrication soviétique INS Vikramaditya, photographié le 8 janvier 2014. Indian Navy/Wikimedia Commons

L'INS Vikramaditya est, avec 284 mètres, le plus gros bâtiment en service de la marine indienne. Ce porte-avions s'appelait dans une autre vie l'Amiral Gorshkov, lors de son lancement par l'Union soviétique en 1987. Il est passé sous pavillon indien en 2004.

Son pont, qui peut accueillir 36 aéronefs, est de type STOBAR : l'extrémité du pont est en forme de tremplin pour faciliter le décollage des avions, dont l'élan est assuré par leurs seuls moteurs. L'atterrissage est lui assuré par des brins d'arrêt similaires au système CATOBAR.

À lire aussi — Laser anti-missile, fusil intelligent... 5 innovations technologiques portées par l'armée israélienne

7. Liaoning (Chine) — 58 000 tonnes

Le porte-aéronefs chinois "Liaoning" photographié non loin de Taïwan, le 20 avril 2018. Japan Ministry of Defense/Wikimedia Commons

À l'origine construit — et inachevé — par la marine soviétique, le Liaoning a été racheté à l'Ukraine par la République populaire de Chine en 1998. Après un chantier reconstruction, ce porte-avions de catégorie STOBAR est mis en service en 2017. D'une longueur de 304 mètres, le Liaoning peut accueillir une cinquantaine d'avions et d'hélicoptères.

6. Classe Queen Elizabeth (Royaume-Uni) — 65 000 tonnes

Le HMS "Queen Elizabeth" dans les eaux de la base navale de Portsmouth durant ses essais en mer, le 16 août 2017. Brian Burnell/Wikimedia Commons

La classe Queen Elizabeth de la Royal Navy est composée de deux porte-avions de nouvelle génération, lancés en 2017 : le HMS Queen Elizabeth et le HMS Prince of Wales. Longs d'environ 280 mètres, ces bâtiments peuvent accueillir jusqu'à 70 avions. Les deux vaisseaux de type STOVL ont coûté un peu plus de 6 milliards de livres (près de 7 milliards d'euros) à la couronne britannique.

5. Amiral Kouznetsov (Russie) — 66 600 tonnes

Le porte-avion russe "Amiral Kouznetsov", photographié au sud de l'Italie le 10 décembre 1991. Paul A. Vise/Wikimedia Commons

Opérationnel depuis 1995, l'Amiral Kouznetsov est le seul porte-avions de la flotte russe encore en activité. Ce bâtiment de type STOBAR dispose d'un pont de 302 mètres, capable d'accueillir 24 avions et hélicoptères. Près de 2 000 marins et aviateurs peuvent y séjourner.

À lire aussi — Des bombardiers chinois ont simulé une attaque contre un porte-avions de la marine américaine

4. Shandong (Chine) — 70 000 tonnes

Le "Shandong", premier porte-avion fabriqué par la Chine, photographié le 17 juin 2019. Tyg728/Wikimedia Commons

Construit sur le modèle du Liaoning, le Shandong est le premier porte-avions fabriqué par la Chine. Également de catégorie STOBAR, il mesure 315 mètres pour un poids de 70 000 tonnes. 36 avions peuvent prendre place à son bord.

3. USS Ronald Reagan (États-Unis) — 88 000 tonnes

L'USS Ronald Reagan, photographié en compagnie d'un destroyer américain dans l'océan Pacifique, le 9 février 2007.  Chief Mass Communication Specialist Spike Call/Wikimedia Commons

L'USS Ronald Reagan fait partie de l'armada de onze porte-avions à propulsion nucléaire que compte les États-Unis. Le chantier de ce bâtiment de type CATOBAR a duré sept ans, entre 1994 et 2001. Il finalement été mis en service en 2003. Long de plus de 330 mètres, il peut accueillir plus de 5 500 marins et effectifs aériens. Affilié depuis 2015 à la base navale de Yokosuka, au Japon, il embarque 77 avions de chasse.

À lire aussi — Drone solaire, missile anti-sous-marin... 5 innovations technologiques portées par l'armée indienne

2. USS George H. W. Bush (États-Unis) — 98 000 tonnes

L'USS "George H. W. Bush", dernier-né de la classe Nimitz, durant des essais dans l'océan Atlantique le 7 juin 2009. Demetrius L. Patton, U.S. Navy/ Wikimedia Commons

Dernier-né de la classe Nimitz, l'USS George H. W. Bush est un bâtiment similaire à l'USS Ronald Reagan. Opérationnel depuis 2009, il a coûté 6,2 milliards de dollars (environ 5,1 milliards d'euros) et peut accueillir environ 6 000 membres d'équipage — qui peuvent disposer, pour l'anecdote, de 423 toilettes.

Jusqu'à 90 avions peuvent prendre place sur son pont de 330 mètres.

1. USS Gerald R. Ford (États-Unis) — 112 000 tonnes

Le dernier porte-avions américain photographié lors de sa mise à l'eau à Newport (Virginie), le 8 avril 2017. U.S. Navy photo by 2nd Class Ridge Leoni/Wikimedia Commons

Enfin, la palme du plus gros porte-avions du monde revient à l'USS Gerald R. Ford, mis en service en 2020. Ce navire à propulsion nucléaire est le premier de la classe éponyme — qui en comptera quatre autres — amenée à progressivement remplacer la classe Nimitz. Long de 332 mètres, il peut accueillir un peu plus de 4 500 membres d'équipages. Ses deux réacteurs nucléaires lui permettent d'atteindre une vitesse moyenne de 55 km/h.

L'USS Gerald R. Ford, le premier à être équipé de catapultes électromagnétiques, est de loin le porte-avions le plus cher de l'histoire : pas moins de 13,3 milliards de dollars (environ 10,9 milliards d'euros) ont été nécessaires à sa construction.

À lire aussi — Voici à quoi ressemble un champ de bataille avec les nouvelles lunettes de vision nocturne de l'armée américaine

Découvrir plus d'articles sur :