Publicité

Les 10 plus gros sous-marins du monde

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Le sous-marin Le Terrible est l'un des quatre sous-marin nucléaires lanceurs d'engins français. Il fait partie de la classe Le Triomphant, qui compte parmi les plus gros sous-marins de la planète. © Wmeinhart/Wikimedia Commons
Publicité

Déployés à partir de la Grande Guerre puis largement utilisés lors de la Seconde Guerre mondiale, les sous-marins occupent une place particulière dans les conflits. De petits submersibles utilisés pour des missions d'infiltration près des côtes ennemies, les armées sont passées à de véritables mastodontes à propulsion nucléaire. Aujourd'hui, les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) sont avant tout utilisés pour des missions de dissuasion.

Équipés de missiles balistiques à charge nucléaire, ils peuvent organiser la riposte nucléaire si le pays concerné est attaqué. La France, qui compte quatre SNLE, maintient en permanence l'un de ses submersibles en mission, quelque part dans les eaux du globe, prêt à déclencher le feu nucléaire sur ordre du président de la République.

À lire aussi — Les 10 plus gros porte-avions du monde

Ces géants des mers, souvent plus longs qu'un terrain de football, peuvent tirer en plongée des missiles équipés de plusieurs têtes nucléaires, dont chacune a une puissance équivalente à sept fois celle d'Hiroshima. C'est le cas des missiles mer-sol balistiques chargés à bord des SNLE français, les M51. D'une portée de 9 000 à 10 000 kilomètres, leur coût de fabrication d'élève à 120 millions d'euros pièce pour une durée de vie estimée à trente ans.

Les SNLE en circulation sont répartis entre une poignée de nations : France, Chine, États-Unis, Inde, Russie et Royaume-Uni. Précision importante : les deux rivaux de la guerre froide se partagent près des trois-quarts de la flotte mondiale de SNLE. Ils sont aujourd'hui 40 en circulation.

Voici les dix plus longs sous-marins de la planète :

10. Classe Le Triomphant (France) — 138 mètres

Le sous-marin "Le Terrible", photographié dans le port de Cherbourg (Manche), le 21 mars 2008. Judith White/Bloomberg via Getty Images

Le sous-marin Le Terrible est le plus récent des quatre SNLE de la classe Le Triomphant que compte la France. Il a été mis en service en septembre 2010.

9. Classe Vanguard (Royaume-Uni) — 149 mètres

Le SNLE HMS "Vanguard" arrive à proximité de la base navale de Faslane, en Écosse, le 29 novembre 2010. . CPOA(Phot) Tam McDonald/MOD/Wikimedia Commons

À l'instar de la France, le Royaume-Uni compte quatre SNLE, composant une classe baptisée Vanguard. Le plus récent, HMS Vengeance, est entré en service en novembre 1999. Chaque SNLE britannique embarque 40 têtes nucléaires.

À lire aussi — L'armée américaine veut placer des panneaux solaires dans l'espace pour alimenter ses bases en énergie

8. Classe Dreadnought (Royaume-Uni) — 153 mètres

Représentation d'artiste du projet Dreadnought. Royal Navy/Wikimedia Commons

Le ministère de la Défense britannique a prévu d'investir pas moins de 31 milliards de livres (environ 35 milliards d'euros) pour développer une flotte de SNLE de nouvelle génération. La classe Deadnought, officiellement annoncée en 2016, est censée prendre la relève de Vanguard, dont les sous-marins datent des années 1990. Le premier des quatre nouveaux submersibles doit entrer en service en 2028. Le HMS Dreadnought pèsera 17 000 tonnes et sera équipé d'un "nouvel éclairage innovant qui permettra à l'équipage de simuler la nuit et le jour", explique BAE Systems, l'entreprise chargée du chantier.

7. K-44 Riazan (Russie) — 155 mètres

Un submersible de la classe Delta III, photographié dans la mer Baltique en 1997.  National Archives at College Park/Wikimedia Commons

Le K-44 Riazan, de la classe Delta III, a été mis en service par la Russie en janvier 1982. Pesant un peu plus de 13 000 tonnes en plongée, il peut accueillir 130 membres d'équipage.

6. Classe Delta IV (Russie) — 167 mètres

Le SNLE russe S-18 "Karelia" de la classe Delta IV, photographié le 1er janvier 1994. US Gov, Public domain/ Wikimedia Commons

Mis en service entre 1984 et 1990, les sept sous-marins de la classe Delta IV pèsent chacun un peu plus de 18 000 tonnes. Ils peuvent évoluer entre 320 et 400 mètres de profondeur. Les submersibles embarquent des missiles RSM-54 Makeyev, qui ont une portée maximale de 8 300 kilomètres.

À lire aussi — La Russie teste une arme capable de déclencher des tsunamis radioactifs au large des côtes américaines

5. Classe Boreï (Russie) 170 mètres

Le SNLE Iouri Dolgorouki, photographié en mer Blanche le 28 juillet 2010. Schekinov Alexey Victorovich/Wikimedia Commons

Avec quatre submersibles, la classe Boreï représente la deuxième flotte russe de SNLE, après la classe Delta. Ces sous-marins ont été les premiers construits par la Russie après la chute de l'Union soviétique. Lancés entre 2008 et 2017, ils sont répartis entre la mer de Barents et l'océan Pacifique. Ils atteignent 24 000 tonnes en plongée et peuvent évoluer jusqu'à 480 mètres de profondeur.

4. Classe Ohio (États-Unis) — 170 mètres

L'USS Louisiana, ici photographié à proximité de la base navale de Kitsap, dans l'État de Washington, le 12 octobre 2005. U.S. Navy photo by Mr. Brian Nokell/Wikimedia Commons

La classe Ohio représentait, à son lancement en 1981, les plus gros sous-marins jamais construits par les États-Unis. 14 submersibles composent aujourd'hui cette classe ; le dernier-né l'USS Louisiana, a été mis en service en septembre 1997. Chacun d'entre eux embarquent 24 missiles mer-sol balistiques à tête nucléaire Trident, d'une portée de 7 400 kilomètres.

3. Classe Columbia (États-Unis) — 171 mètres

Illustration d'artiste d'un SNLE de la future classe Columbia. U.S. Navy illustration/Wikimedia Commons

À l'instar des Britanniques, les États-Unis prévoient également de remplacer leurs sous-marins Ohio, qui arrivent en fin de vie. La classe Columbia sera composée de 12 SNLE pesant chacun près de 21 000 tonnes en plongée. La construction du premier submersible doit débuter cette année, avec une mise en service prévue pour 2031.

À lire aussi — Au Mali, l'armée française déploie ses premiers 'robots-mules' en opération extérieure

2. TK-208 Dimitri Donskoï (Russie) — 174 mètres

Le SNLE Dimitri Donskoï, photographié en 2018 dans la base navale de Severomorsk, dans le nord-ouest de la Russie. Sergey Fedyunin-Mil.ru/Wikimedia Commons

Le monstre des mers Dimitri Donskoï est le dernier représentant de la classe Typhoon, qui a compté six submersibles. En service depuis la fin décembre 1981, ce SNLE de près de 27 000 tonnes en plongée peut compter sur une puissance de 100 000 chevaux. Il peut embarquer jusqu'à 160 hommes sur une période de 120 jours dans les profondeurs.

1. K-329 Belgorod (Russie) — 184 mètres

Le K-329 Belgorod n'est pas un SNLE mais un croiseur sous-marin nucléaire, qui peut également embarquer six torpilles nucléaires Poseidon. Lors de sa mise en service, qui devrait avoir lieu cette année, il deviendra officiellement le plus long sous-marin du monde avec 184 mètres. Il se révèle plus long de dix mètres que son lointain cousin, le Dimitri Donskoï, même si ce dernier est plus large.

En construction depuis 1992, il pourra passer jusqu'à quatre mois dans les profondeurs des océans.

À lire aussi — Voici à quoi ressemble un champ de bataille avec les nouvelles lunettes de vision nocturne de l'armée américaine

Découvrir plus d'articles sur :