Publicité

Les 11 puissances possédant le plus de sous-marins dans le monde

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le sous-marin nucléaire britannique HMS Vanguard approche de la base navale de Faslane, en Écosse, en 2010. © Tam McDonald, MOD/Wikimedia Commons
Publicité

La crise diplomatique qui a éclaté à la mi-septembre entre la France et l'alliance AUKUS (réunissant l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis) l'a bien démontré : les sous-marins sont loin d'être des instruments de figuration en matière géostratégique. Pour faire contrepoids à la menace chinoise dans la région indo-pacifique, l'Australie a préféré se tourner vers des sous-marins américains à propulsion nucléaire — plus furtifs et pouvant rester immergés plus longtemps —, tirant dans le même temps un trait sur les douze submersibles à propulsion conventionnelle promis depuis 2016 par la France et Naval Group, pour 8 milliards d'euros.

L'industriel français pourra se consoler avec un autre mégacontrat : la réalisation des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins français de troisième génération (SNLE 3G). Prévus pour remplacer progressivement les quatre SNLE actuels à l'horizon 2035, ils pourront naviguer, pour certains jusqu'en 2090. "Plus performants, plus silencieux, plus furtifs", promet Florence Parly, la ministre des Armées, ils pèseront pas moins de 15 000 tonnes pour 140 mètres de long.

À lire aussi — Pourquoi l'Australie a choisi des sous-marins nucléaires américains plutôt que les français

À titre de comparaison, le dernier-né des sous-marins nucléaires d'attaque (SNA — à propulsion nucléaire mais non équipé de missiles balistiques), le Suffren, est trois fois moins lourd. C'est un dérivé de ce submersible qui aurait dû être livré à Canberra, en douze exemplaires, dans le cadre du programme Barracuda.

Le coût du programme SNLE 3G, qui devrait se poursuivre au moins jusqu'en 2050, reste classifié. Les six submersibles de la classe Suffren devraient à eux seuls coûter plus de 9 milliards d'euros — et ils seront moins poussés que les futurs SNLE.

Mais les SNA et SNLE, dont le développement n'est maîtrisé que par une poignée de puissances, ne représentent qu'une partie de la flotte globale de sous-marins.

Voici les onze puissances possédant le plus de sous-marins dans le monde — les sous-marins de poche ne sont pas inclus dans ces données, publiées notamment par l'ONG Nuclear Threat Initiative :

8. France, Grèce et Royaume-Uni ex aequo — 11 sous-marins

Le SNLE français Le Terrible photographié en rade de Brest en août 2008. Wmeinhart/Wikimedia Commons

La Marine nationale opère actuellement quatre SNLE et 6 SNA ; mais le Suffren, qui sera admis au service actif d'ici quelques mois, a été inclus dans le décompte.

À lire aussi — Les nouveaux sous-marins britanniques et américains sont équipés de périscopes totalement différents

7. Turquie — 12

Un submersible turc de la classe Preveze photographié aux larges des côtes italiennes lors d'un exercice de l'OTAN, en 2005. U.S. Navy photo by Chief Journalist Dave Fliesen/Wikimedia Commons

6. Corée du Sud et Inde ex aequo — 16

Le ROKS Ahn Jungguen, photographié en octobre 2015. 대한민국 국군 Republic of Korea Armed Forces/Wikimedia Commons

5. Japon — 20

Un sous-marin japonais de classe Sōryū, photographié en octobre 2020. Wikimedia Commons

À lire aussi — Les performances des nouveaux sous-marins russes inquiètent des hauts gradés de l'armée américaine

4. Russie — 58

Le SNLE K-114 Toula de la marine russe Vadim Savitsky, Mil.ru/Wikimedia Commons

3. Corée du Nord — 62

Un sous-marin chinois de classe Romeo, de conception soviétique, également en service dans la marine nord-coréenne. Wikimedia Commons

Les vingt sous-marins de poche nord-coréens n'ont ici pas été inclus ; il reste important de souligner que les estimations de la flotte nord-coréenne varient de 71 à plus de 80, en considérant tous les submersibles. Malgré leur nombre, les sous-marins nord-coréens sont, dans leur grande majorité, bien loin des standards technologiques établis par les principales puissances navales du globe.

À lire aussi — Voici les sous-marins russes qui remplaceront les lanceurs de missiles balistiques de l'ère soviétique

2. Chine — 66

Le Jin de Type 094, photographié en 2014. Wikimedia Commons

1. États-Unis — 69

L'USS Virginia au large du Connecticut, en juillet 2004. U.S. Navy/Wikimedia Commons

À lire aussi — Les 10 plus gros sous-marins du monde

Découvrir plus d'articles sur :