Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les 10 secteurs qui offrent les meilleurs salaires aux cadres en France


© Flickr/WOCinTech Chat

Après deux années d'affilée de hausse, la rémunération des cadres s'est globalement stabilisée en 2019. Le salaire médian brut, comprenant les parts fixe et variable, s'est ainsi établi à 50 000 euros annuels, selon le Baromètre 2020 de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), dévoilé le 1er septembre. Ce qui signifie que la moitié des cadres a gagné plus que ce montant l'an dernier, quand l'autre moitié a gagné moins. En revanche, les services, premier secteur employeur de cadres, affichent encore une progression des rémunérations, de 2,1% entre 2018 et 2019, précise l'étude réalisée sur la base des réponses en ligne de 16 000 cadres du privé.

Mais la pandémie de Covid-19 risque d'entraîner un coup d'arrêt. "La crise économique a d'ores et déjà un impact visible sur l'emploi des cadres mais elle aura aussi certainement un impact sur leurs rémunérations", prévient le directeur général de l'Apec, Gilles Gateau, cité dans un communiqué. La part variable devrait notamment baisser, "affectant en particulier les cadres commerciaux et ceux des grandes entreprises", selon le baromètre. De même pour l'intéressement et la participation. Alors que les cadres affichant moins de cinq ans d'expérience ont particulièrement profité des augmentations de salaire ces dernières années, ils pourraient souffrir en premier lieu de la crise aujourd'hui.

À lire aussi — Les femmes ont encore une rémunération inférieure de 28,5% en moyenne à celle des hommes dans le privé

En 2019, 62% des cadres de moins de 30 ans avaient bénéficié d'une hausse de leur rémunération, contre 38% des plus de 50 ans. Les jeunes cadres risquent à présent de voir leur début de carrière plombé par les difficultés que traversent les entreprises. La mobilité externe, permettant souvent d'obtenir une augmentation en changeant de boîte, est aussi grandement freinée. Le tout sans parler du chômage, "s'accompagnant parfois d'une baisse de la rémunération", souligne l'étude. Les secteurs en grande souffrance, comme l'aérien, devraient aussi se montrer moins généreux dans les années à venir.

Par ailleurs, l'écart de rémunérations entre les femmes et les hommes cadres persiste, même si le salaire médian des femmes a progressé de 2,2% en 2019, à 46 000 euros annuels, tandis que celui des hommes est resté stable, à 52 000 euros. À profil identique, les hommes gagnent encore 8% de plus que les femmes. Le risque est que cet écart perdure avec la crise. "Dans ce contexte, les entreprises devront être vigilantes à ne pas ralentir le rythme — encore trop lent — de réduction des inégalités salariales entre femmes et hommes", souligne Gilles Gateau.

D'une indutrie à l'autre, les écarts de rémunération peuvent aussi être importants. Voici les 10 secteurs qui affichent une rémunération brute annuelle médiane d'au moins 53 000 euros, selon le baromètre 2020 de l'Apec :

Banques et assurances — 53 000 €

REUTERS/Gonzalo Fuentes

Automobile, aéronautique et autres matériels de transport — 53 650 €

REUTERS/Tatyana Makeyeva

Immobilier — 53 900 €

Sourisdesvilles/Wikimedia Commons

Energies, eau — 54 000 €

REUTERS/Regis Duvignau

Meuble, textile et autres industries manufacturières — 55 000 €

Pixabay/terimakasih0

Équipements électriques et électroniques — 55 000 €

Wikimedia Commons/Cristian Bortes

Télécommunications — 55 000 €

REUTERS/Stefano Rellandini

Bois, papier, imprimerie — 55 000 €

Pixabay

Chimie, caoutchouc, plastique — 56 000 €

YouTube/Siemens

Industrie pharmaceutique — 60 000 €

Sanofi

À lire aussi — La rémunération d'Alain Weil fait grincer des dents chez Altice

Découvrir plus d'articles sur :