Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les 15 projets tech les plus fous qui ne verront jamais le jour

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les 15 projets tech les plus fous qui ne verront jamais le jour
X, le laboratoire d'innovations de Google, avait mis au point un prototype d'éolienne volante avant d'abandonner le projet. © X/Makani

La personne qui a inventé le dicton "la seule limite est votre imagination" ne devait pas travailler dans la tech. Car si les idées d'innovations sont nombreuses à fuser dans la Silicon Valley et autres incubateurs, celles qui deviennent réalité le sont beaucoup moins. Premier problème : les concepts futuristes se heurtent souvent à la science et aux lois de la physique, et ne peuvent pas toujours passer du projet au concret, malgré les moyens techniques de plus en plus développés qui existent.

Et même lorsque ces projets sont techniquement réalisables, la décision de passer du prototype à la production dépend de réalités financières et réglementaires : le produit est-il commercialisable pour le grand public ? La demande sera-t-elle suffisante pour qu'il soit rentable ? Son utilisation est-elle autorisée ? Est-ce sans danger ? Autant de questions qui poussent bien souvent les entreprises à mettre au placard leurs projets, pour en tester un autre, ainsi va le progrès.

À lire aussi — Ces brevets déposés par Amazon laissent imaginer à quoi ressemblera la livraison dans le futur

Alphabet, la maison-mère de Google, est le spécialiste des projets avortés. Mais il ne faut pas forcément y voir la preuve d'un échec : si autant d'idées sont abandonnées, c'est simplement qu'elles sont nombreuses à émerger de sa filiale X — anciennement Google X Lab —, un laboratoire à innovations futuristes.

Voici 15 projets tech complètement fous qui ont été abandonnés en cours de route et ne verront jamais le jour.

15. Loon, les ballons de Google pour amener Internet dans des endroits reculés

Flickr/iLighter/CC

Loon était un des projets les plus aboutis de X, le laboratoire d'Alphabet. Il s'agissait d'un programme pour fournir une connexion internet sans fil dans des zones mal desservies, grâce à des ballons volant dans la stratosphère. Les ballons avaient été testés lors de catastrophes naturelles — en 2017 à Porto Rico suite à l'ouragan Maria et en 2019 au Pérou après un tremblement de terre — et avaient même commencé à fournir une connexion Internet commerciale aux habitants d'une région montagneuse du Kenya.

Il y a quelques jours, le 22 janvier, Alphabet a annoncé mettre fin au projet Loon, faute d'une viabilité commerciale. Astro Teller, qui dirige les projets de X, a expliqué que "malheureusement, malgré les réalisations techniques révolutionnaires de l'équipe au cours des neuf dernières années (...) la route vers une viabilité commerciale s'est avérée beaucoup plus longue et risquée que prévu".

14. Pop.Up Next, le projet de taxi volant d'Audi avec Airbus

Audi

Les voitures volantes ont toujours fait rêver, et Audi avait bien décidé de les sortir de la science-fiction en produisant de vrais taxis volants. Le constructeur automobile s'était associé au constructeur aérien Airbus pour concevoir un prototype composé d'une voiture électrique légère et d'un module aérien, qui pouvait se fixer sur le toit de la voiture pour la faire décoller. L'Audi Pop.Up Next avait été présentée lors du salon de l'automobile à Genève de 2018.

Mais en octobre 2019, Audi a stoppé le projet, expliquant qu'"il faudra encore beaucoup de temps avant qu’un taxi aérien, qui ne nécessite pas que les passagers aient à changer de véhicule, soit produit en série. Dans le cas du Pop.Up, nous cherchions à développer une solution trop complexe."

13. Projet Ara : le smartphone en kit façon Lego de Google

Google/Motorola

Face à l'obsolescence programmée et la durée de vie de plus en plus courte de nos smartphones, Google et Motorola avaient imaginé un téléphone modulaire, composé d'une structure de base et de différents composants à choisir et changer indépendamment les uns des autres. Ce smartphone façon Lego devait au départ être commercialisé en 2015, et l'engouement semblait au rendez-vous. Plusieurs employés de l'équipe de développement se servaient même déjà du prototype.

Mais Google a revendu Motorola en 2014, et même si l'entreprise a conservé le projet Ara, ce dernier a pris du retard. En septembre 2016, Reuters rapporte que Google abandonne le projet et ne commercialisera finalement pas le smartphone modulaire.

12. Aquila, le satellite Internet sous forme de drone solaire de Facebook

The internet provides information, opportunity and human connection, yet less than half the world has access. We’re proud to announce the successful first test flight of Aquila, the solar airplane we designed to bring internet access to people living in remote locations. This innovative plane has the wingspan of an airliner but weighs less than a small car and flies on roughly the power of three blow dryers — incredible!

Posted by Facebook App on Thursday, July 21, 2016

Comme Google avec ses ballons Loon, Facebook avait l'ambition d'apporter une connexion Internet aux régions qui n'en disposent pas encore. Pour accéder aux endroits les plus reculés et difficiles d'accès, là où l'implantation d'antenne-relais classiques est impossible, l'entreprise de Mark Zuckerberg avait parié sur un immense drone solaire, aussi large qu'un Boeing 737. Pour concevoir et construire le prototype, Facebook avait acheté Ascenta en 2014, une entreprise britannique spécialisée dans les avions solaires.

Après deux vols d'essai assez réussis, Facebook a décidé d'arrêter le développement en interne d'Aquila, l'autonomie des drones n'étant pas suffisante pour assurer des vols longue durée.

11. Le projet d'ascenseur spatial de Google X

Pixabay

Parmi les projets fous imaginés dans le laboratoire Google X, le plus futuriste reste peut-être celui de construire un ascenseur pour aller dans l'espace. L'idée n'était pas nouvelle, elle date même du IXe siècle. Mais une équipe de Google X y a très sérieusement réfléchi, comme l'avait rapporté Fast Company en 2014.

Cependant, leurs recherches ont montré que pour qu'un tel ascenseur puisse être construit, il faudrait un matériau "au moins cent fois plus résistant que l'acier le plus solide dont nous disposons". L'idée est donc restée de l'ordre de l'imaginaire pour Google X. Mais quelques années plus tard, en 2018, une entreprise — Obayashi Corp — a mis en orbite son propre ascenseur spatial dans le cadre d'un test. Le rêve pourrait un jour devenir réalité.

10. Quayside, la smartcity de Google à Toronto

Sidewalk Toronto

Encore un autre projet avorté par Google X, alors qu'il était pourtant bien avancé. La smart city d'Alphabet devait permettre la modernisation de Quayside, une friche industrielle en périphérie de Toronto, au bord du lac Ontario. Le projet de smart city était porté par Sidewalk Labs, la filiale d'Alphabet spécialisée dans l'urbanisation. Le projet débuté en 2017 promettait de moderniser les docks pour en faire un quartier éco-responsable, durable et connecté par les nouvelles technologies.

C'est le Covid-19 qui aura eu raison de la smart city, dont la construction avait pourtant débuté. Le 7 mai 2020, Daniel L. Doctoroff, le PDF de Sidewalk Labs, a annoncé renoncer à Quayside : "Alors qu'une incertitude économique sans précédent s'est installée dans le monde entier et sur le marché immobilier de Toronto, il est devenu trop difficile de rendre le projet de 12 acres [environ 5 hectares, ndlt] financièrement viable sans sacrifier des éléments essentiels du plan que nous avions élaboré avec Waterfront Toronto pour construire une communauté véritablement inclusive et durable."

9. AirPower, le tapis de charge sans fil Apple

David Paul Morris/Bloomberg/Getty Images

La tendance est à la recharge sans fil, et Apple y travaille depuis plusieurs années déjà. En 2017, lors d'une keynote, le géant de la tech avait annoncé le futur lancement d'Air Power, un tapis capable de recharger sans fil plusieurs appareils en même temps. Apple avait même présenté les visuels du prototype.

Mais les défis techniques ont dû être plus durs à relever que prévus car, en mars 2019, Apple a annulé le projet, expliquant que l'AirPower n'atteignait pas les "standards élevés" de l'entreprise malgré ses efforts.

8. Le projet d'hoverboard de Google X

Universal Pictures/Retour vers le futur

Les ingénieurs du laboratoire Google X avaient planché sur un hoverboard comme celui de Marty dans le film culte "Retour vers le futur". Pour faire voler le skate au-dessus du sol, ils avaient notamment envisagé d'utiliser des aimants, mais à cause de leur polarité, le hoverboard n'était pas stable et se retournait sur lui-même.

En 2014, Google X Lab a décidé de laisser tomber le projet, plutôt que de tester d'autres matériaux, car cela aurait coûté trop cher.

5. Un jetpack construit par Google X

James Bond 007/Youtube

Autre moyen de locomotion futuriste envisagé par le laboratoire de Google : le jetpack, ou réacteur dorsal. Mais Astro Teller — qui dirige Google X — a tué les espoirs de voir un jour un jetpack commercialisé par l'entreprise.

Lors d'une conférence à New York en 2014, il avait expliqué que Google X avait réellement travaillé sur un concept de jetpack assez sécurisé. Le problème ne venait pas de son danger, mais de sa pollution, atmosphérique et sonore : "Il consommerait tellement qu'il utiliserait près d'un gallon d'essence pour avancer d'un quart de mile [soit plus de 9 litres au kilomètre] et il serait aussi bruyant qu'une moto." Les équipes de Google X ont donc laissé tomber l'idée, d'autant plus que la planche volante aurait été difficilement utilisable par le grand public.

6. LOL, le flux de gifs, memes et vidéos drôles à destination des ados de Facebook

TechCrunch

En janvier 2019, Facebook a testé d'attirer les ados, qui lui préfèrent d'autres réseaux sociaux, avec un nouveau flux alimenté de vidéos drôles, de GIFs et de memes. Baptisé "LOL", ce fil d'actualité a été testé par une centaine de lycéens en version bêta, comme l'avait rapporté TechCrunch à l'époque, non sans se moquer des efforts de Facebook pour séduire la génération Z.

Mais le test ne s'est pas montré concluant auprès des adolescents puisque Facebook y a mis fin quelques semaines après.

5. Makani, le projet d'éoliennes volantes de Google X

X Company/Makani

En 2013, Google X a racheté Makani, une start up fondée par des kite-surfers pour développer de l'énergie grâce à des voiles et au vent. Avec les financements du laboratoire d'Alphabet est né le projet de créer une éolienne volante. Plusieurs tests ont été réalisés, et le prototype le plus abouti pouvait générer 600 kilowatts.

Mais à la fin 2019, Alphabet s'est séparé de Makani, le projet prenant plus de temps que prévu pour pouvoir être commercialisé.

4. IllumiRoom, le projecteur de Microsoft pour des jeux sur Xbox immersifs

Les fans de jeux vidéo auraient adoré voir ce produit dans les rayons. Microsoft avait mis au point IllumiRoom, une sorte de rétroprojecteur pour XboxOne, afin d'immerger le joueur dans le décor de son jeu préféré. Le produit avait même été présenté au célèbre Consumer Electronics Show de Las Vegas en 2013.

Mais Microsoft et Xbox ont rapidement arrêté le projet en cours de route, le produit n'étant pas commercialisable à un prix accessible au grand public. Depuis, les lunettes de réalité augmentée et virtuelle permettent de plonger dans les jeux vidéo de façon encore plus réaliste.

3. Les lunettes Google Glass

Antonio Zugaldia/Wikimedia Commons

C'est sûrement le projet abandonné le plus célèbre du laboratoire de Google. Au début des années 2010, tout le monde ne parlait que d'elles, les Google Glass. Ces lunettes connectées du futur, équipées d'un micro et d'un écouteur, d'une caméra, d'un mini écran et même d'un pavé tactile, permettaient de superposer une image à la réalité et devaient révolutionner le monde de la tech. Mais elles ont également été vivement critiquées par rapport au non-respect de la vie privée qu'implique un tel dispositif de surveillance embarqué.

Google a quand même tenté de les commercialiser, mais le succès n'était pas au rendez-vous, et les Google Glass coûtaient très cher à produire. En 2014, Google abandonne donc le projet de vendre les Google Glass à monsieur et madame tout le monde pour remplacer les smartphones. Le géant de la tech n'a cependant pas complètement enterré son produit puisque des nouvelles Google Glass à destination des professionnels sont sorties en 2020.

2. Air Umbrella, un parapluie invisible financé sur Kickstarter

air umbrella-b/Kickstarter

En 2014, un projet de parapluie invisible, qui protègerait de la pluie en créant un bouclier d'air, avait réussi à collecter plus de 100 000 dollars (82 000 euros environ) sur la plateforme de financement participatif Kickstarter. Baptisé Air Umbrella, il avait même attiré l'attention de médias importants aux États-Unis comme Bloomberg et USA Today.

Mais les créateurs chinois derrière le concept n'ont jamais commercialisé le parapluie. Pendant 14 mois, ils n'ont pas donné de nouvelles aux personnes ayant financé le projet. En décembre 2015, ils ont fini par avancer que le parapluie pouvait entraîner "des problèmes de sécurité mortels" et qu'ils ne pouvaient donc pas le vendre, promettant de rembourser les donateurs.

1. Les lentilles intelligentes de Verily (Alphabet) pour les personnes diabétiques

Verily

Verily — la filiale santé d'Alphabet (maison-mère de Google) — et le groupe pharmaceutique Novartis ont travaillé pendant plusieurs années sur un projet de lentilles de contact connectées, qui permettraient aux personnes diabétiques de mesurer leur glycémie en temps réel. L'objectif était de leur éviter d'avoir à prendre cette mesure plusieurs fois par jour en se piquant le doigt.

Mais leurs recherches n'ont pas abouti : le taux de glucose mesuré dans l'œil était trop imprécis par rapport à celui mesuré dans le sang. En novembre 2018, Verily a annoncé dans un communiqué de presse l'abandon du projet de lentilles connectées.

À lire aussi — 8 'voitures volantes' qui s'apprêtent à faire décoller le marché de la mobilité urbaine

Découvrir plus d'articles sur :