Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les 17 femmes les plus célèbres de l'histoire de la Nasa

Les 17 femmes les plus célèbres de l'histoire de la Nasa
Jessica Meir et Christina Koch posent pour une photo dans la Station spatiale internationale (ISS). © NASA/AP

Jessica Meir et Christina Koch ont effectué en octobre 2019 la première sortie dans l'espace entièrement féminine de l'histoire de la NASA. Les femmes ont joué un rôle crucial dans l'avancement de l'exploration spatiale tout au long des 61 années d'existence de la Nasa, qu'il s'agisse d'effectuer des calculs, d'envoyer des astronautes sur la lune ou de se lancer elles-mêmes dans l'espace en tant que spécialistes et commandantes de mission.

Ainsi, Katherine Johnson a calculé les trajectoires du premier homme dans l'espace et du vol d'Apollo 11 vers la lune. C'est également une femme, Peggy Whitson, qui détient le record américain du plus grand nombre de jours passés dans l'espace, soit 665 jours. Voici 17 femmes qui sont devenues célèbres pour leurs contributions aux mission spatiales :

Kitty O'Brien Joyner

Kitty O'Brien Joyner travaillant sur une turbine en 1952.  NACA - archives de la NASA/Wikimedia Commons/Public Domain

Kitty O'Brien Joyner a été la première femme à obtenir un diplôme d'ingénieur de l'Université de Virginie, aux Etats-Unis, après avoir gagné un procès contre l'école d'ingénieurs, qui était exclusivement masculine. Elle a rejoint la Naca (National Advisory Committee for Aeronautics, qui est devenu plus tard la Nasa) en 1939 et en a été la première femme ingénieur, travaillant sur les turbines dans les souffleries et faisant des recherches sur le vol supersonique. Elle a pris sa retraite de la Nasa en 1971.

Katherine Johnson

Nasa/Wikimedia Commons/Public Domain

Katherine Johnson a commencé à travailler comme "ordinateur humain" à la Naca en 1953. Elle a calculé les trajectoires d'Alan Shepard, le premier homme dans l'espace, et de John Glenn, qui a demandé à Katherine Johnson de vérifier personnellement les résultats de l'ordinateur. Elle a également calculé la trajectoire du vol d'Apollo 11 vers la lune en 1969.

Katherine Johnson a reçu la médaille présidentielle de la liberté américaine (Presidential Medal of Freedom) en 2015, en hommage à ses réalisations qui ont ouvert la voie à l'égalité des sexes et des races en tant que femme noire dans les Stem (ou Stim : science, technologie, ingénierie et mathématiques). On la retrouve sous les traits de l'actrice Taraji P. Henson dans le film "Les figures de l'ombre", de 2016.

Dorothy Vaughan

Dorothy Vaughan à la Naca, qui est devenue plus tard la Nasa.  NASA/Wikimedia Commons/Public Domain

Dorothy Vaughan a été la première responsable afro-américaine de la Nasa, travaillant à la tête de l'unité de calcul de la Naca de 1949 à 1958. Elle a dirigé des femmes connues sous le nom de "West Computers", qui analysaient les données pour les ingénieurs aérospatiaux de la Naca.

Elle était également mathématicienne et experte en FORTRAN, un langage de programmation pour le calcul numérique et scientifique. Elle a pris sa retraite de la Nasa en 1971. Elle a été représentée par Octavia Spencer dans "Les figures de l'ombre".

Mary Jackson

Mary Jackson au travail.  NASA Langley Research Center/Wikimedia Commons/Public Domain

Mary Jackson était un "ordinateur humain" dans l'unité informatique de la zone ouest, avant de travailler avec des ingénieurs sur le tunnel de pression supersonique de la Naca, qui soufflait des vents deux fois plus rapides que le son.

Elle a obtenu une permission spéciale pour suivre des cours de mathématiques et de physique de niveau supérieur à l'Université de Virginie, dispensés au lycée de Hampton, alors séparé, afin de devenir ingénieur. En 1958, elle a été promue de mathématicienne à première femme noire ingénieur de la Nasa.

Vingt ans et des dizaines d'articles plus tard, elle est devenue la responsable du programme fédéral pour les femmes du centre de recherche de Langley, dirigeant les efforts pour embaucher et promouvoir plus de femmes à la Nasa. Elle a pris sa retraite en 1985.

Nancy Roman

Nancy Roman était connue comme la "mère de Hubble". NASA/Wikimedia Commons/Public Domain

Nancy Roman a rejoint la Nasa en 1958, et en a été la première astronome en chef. Elle était connue comme la "mère de Hubble" pour son travail visant à donner vie à l'ambition d'un télescope spatial. Elle a pris sa retraite de la Nasa en 1969. L'entreprise Lego l'a incluse dans sa série "Women of NASA" en 2017.

Anna Lee Fisher

Anna Lee Fisher en 1979. NASA/Wikimedia Commons/Public Domain

Anna Lee Fisher était enceinte lorsque la Nasa lui a annoncé qu'elle voulait l'envoyer dans l'espace. "Je n'allais pas dire non", a-t-elle déclaré au Washington Post.

Après avoir donné naissance à sa fille et terminé 14 mois d'entraînement intensif, Anna Lee Fisher est allée dans l'espace pour une mission de sept jours et 23 heures à bord de la navette Discovery, en 1984. Elle a été la première mère à aller dans l'espace.

Après que l'explosion de Challenger a fait échouer le programme de la navette de la Nasa, elle a pris un congé et est revenue en 1996, en tant que cheffe de la branche station spatiale. Elle a pris sa retraite en 2017.

Sally Ride

Sally monte à bord de la navette spatiale Challenger en 1983.  NASA

Sally Ride rêvait d'être une joueuse de tennis professionnelle lorsqu'elle était jeune. Au lieu de cela, elle a été la première femme américaine à se lancer dans l'espace. Elle a volé sur Challenger à deux reprises, une fois en 1983 et une autre en 1984, et a enquêté sur l'explosion de la navette spatiale en 1986.

Après avoir été astronaute, elle a enseigné la physique à l'université de Californie, à San Diego, a écrit des livres pour enfants et a fondé une association à but non lucratif appelée Sally Ride Science.

Judith Resnik

La spécialiste de mission Judith A Resnik envoie un message à son père depuis le bord de la navette Discovery en 1984.  NASA/Space Frontiers/Getty Images

Judith Resnik a été la première personne juive et la deuxième femme américaine à voyager dans l'espace, après Sally Ride. Elle a été spécialiste de mission en 1984 à bord de la navette spatiale Discovery, et s'est spécialisée dans le fonctionnement de son bras mécanique.

Elle est l'un des sept membres d'équipage qui sont morts lorsque la navette spatiale Challenger a explosé quelques secondes après le décollage de ce qui aurait été son deuxième vol spatial, en 1986.

Christa McAuliffe

Christa McAuliffe s'entraînant sur un avion "zéro gravité" surnommé "la comète du vomi".  NASA/Wikimedia Commons/Public Domain

Christa McAuliffe était enseignante au lycée Concord, dans le New Hampshire (Etats-Unis). Elle a été sélectionnée pour participer au programme "Teacher in Space" de la Nasa afin de susciter l'intérêt des élèves pour les mathématiques, les sciences et les voyages dans l'espace. Elle était censée être la première enseignante dans l'espace.

Malheureusement, Christa McAuliffe n'est jamais arrivée en orbite. Elle est morte dans l'explosion de la navette spatiale Challenger en 1986.

Kathryn Sullivan

Kathryn Sullivan utilisant des jumelles pour voir la Terre en 1984. NASA/Wikimedia Commons/Public Domain

Première femme américaine à avoir marché dans l'espace, Kathryn Sullivan a passé plus de 532 heures en orbite lorsqu'elle était astronaute à la Nasa. Elle est allée dans l'espace pour la première fois en 1984 et a effectué une marche spatiale de 3,5 heures. Elle y est revenue en 1990 pour déployer le télescope spatial Hubble, et en 1992 pour mener des expériences en tant que commandant de la charge utile de l'Atmospheric Laboratory for Applications and Science (Laboratoire atmosphérique pour les applications et la science).

Mae Jemison

Le portrait officiel de Mae Jemison par la Nasa.  Wikimedia Commons

Mae Jemison a été la première femme afro-américaine à aller dans l'espace. Elle a été spécialiste de mission sur Endeavor en 1992, réalisant des expériences de recherche sur les cellules osseuses au cours d'un vol d'une semaine.

Elle a ensuite fondé le Jemison Group, une société de conseil en technologie, et a dirigé le programme de vaisseau spatial centenaire (100-Year Starship) mis en place par la Defense Advanced Research Projects Agency (Darpa, agence du département de la Défense des États-Unis chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire) afin de favoriser les voyages dans l'espace au-delà du système solaire.

Ellen Ochoa

Le portrait officiel d'Ellen Ochoa par la Nasa.  NASA/Wikimedia Commons/Public Domain

Ellen Ochoa a été la première femme hispanique astronaute de la Nasa. Elle était la spécialiste de mission à bord de Discovery en 1993, et est allée dans l'espace trois autres fois : en 1994, 1999 et 2002. Elle est ensuite devenue directrice du Centre spatial Johnson (centre de la Nasa affecté aux missions spatiales habitées). En 2018, elle quitte la Nasa pour devenir vice-présidente du National Science Board (organe exécutif d'une agence indépendante américaine, la National Science Foundation).

Eileen M. Collins

Eileen M. Collins sur l'ISS.  NASA/Wikimedia Commons/Public Domain

Eileen M. Collins est devenue la première femme pilote de navette de la Nasa lors d'une mission en 1995, et la première femme commandant de navette en 1999. Elle est également allée dans l'espace en 1997 pour ravitailler la station spatiale russe Mir.

Kalpana Chawla

Le portrait officiel de Kalpana Chawla par la Nasa. NASA/Wikimedia Commons/Public Domain

Kalpana Chawla a été la première femme indienne dans l'espace. Elle a travaillé comme spécialiste de mission et opératrice de bras robotique en 1996, et est retournée dans l'espace en 1997 et 2003, le tout à bord de la navette spatiale Columbia.

Elle est morte tragiquement en 2003 lorsque la navette Columbia s'est brisée lors de sa rentrée dans l'atmosphère terrestre. Elle a passé au total 30 jours, 14 heures et 54 minutes dans l'espace.

Peggy Whitson

Peggy Whitson sur l'ISS.  NASA via AP

Peggy Whitson a commencé comme chercheuse à la Nasa dans les années 1980, et est devenue astronaute, visitant la Station spatiale internationale pour la première fois en 2002. Elle détient le record américain du plus grand nombre de jours passés dans l'espace, soit 665 jours, et a été la première femme à commander la Station spatiale internationale à deux reprises.

Jessica Meir et Christina Koch

Jessica Meir (à gauche) et Christina Koch sur la station spatiale internationale.  NASA/AP

Les astronautes Jessica Meir et Christina Koch ont effectué en octobre 2019 la première sortie spatiale entièrement féminine de l'histoire de la Nasa. Elles ont remplacé un chargeur de batterie défectueux sur la Station spatiale internationale.

C'était la quatrième sortie dans l'espace de Christina Koch et la première de Jessica Meir. La sortie historique entièrement féminine était initialement prévue pour mars 2019, avec Christina Koch et une autre astronaute, Anne McClain. Mais la Nasa a été contrainte d'annuler la sortie parce qu'elle n'avait pas assez de combinaisons spatiales à la bonne taille pour les femmes.

Version originale : Talia Lakritz/ Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :