Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les 4 astronautes de la mission de la NASA et SpaceX ont rejoint la Station spatiale internationale

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Le vaisseau spatial Crew Dragon amarré à la Station spatiale internationale alors que l'astronaute de la NASA Kate Rubins effectue les procédures d'ouverture des écoutilles, le 16 novembre 2020. © NASA TV

Dans la nuit de lundi 16 à mardi 17 novembre, quatre astronautes sont arrivés sur la Station spatiale internationale à bord du vaisseau spatial Crew Dragon de SpaceX, pour un séjour d'une durée record en orbite. Cette mission commerciale financée par la Nasa, appelée Crew-1, marque le premier vol spatial humain "opérationnel" de SpaceX, la société spatiale d'Elon Musk fondée en 2002. Elle fait suite à la mission Demo-2, le premier lancement humain de SpaceX, qui a décollé en mai et est revenu sur Terre en août.

Les astronautes de la mission Crew-1 — Victor Glover, Mike Hopkins et Shannon Walker de la NASA, et Soichi Noguchi de l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale — ont décollé du Centre spatial Kennedy, en Floride, dans la nuit de dimanche à lundi, au sommet d'une fusée Falcon 9. Les astronautes ont passé la majeure partie de la nuit à s'installer dans Resilience — le nom qu'ils ont donné à leur capsule Crew Dragon — tout en aidant SpaceX à résoudre les problèmes de propergol et de chauffage de la cabine.

Une fusée Falcon 9 construite par SpaceX décolle du complexe de lancement 39-A, transportant quatre astronautes à bord du vaisseau spatial Crew Dragon "Resilience", le 15 novembre 2020, au Centre spatial Kennedy à Cape Canaveral, en Floride.  Joel Kowsky/NASA

Lundi, le vaisseau spatial a actionné plusieurs fois ses propulseurs pour rattraper l'ISS, et a commencé à s'amarrer au laboratoire de la taille d'un terrain de football vers 2 heures du matin, heure de Paris. Resilience a passé une heure à manœuvrer à environ 400 mètres devant l'installation, puis une autre heure à avancer prudemment — et automatiquement — pendant que les astronautes regardaient les données de vol.

"Ils n'ont pas à appuyer sur des boutons ni à actionner des propulseurs, le Crew Dragon fait tout cela tout seul — il est complètement autonome", se réjouissait Leah Cheshier, spécialiste des communications de la NASA, lors d'une émission en direct lundi soir.

Le vaisseau s'est rattaché doucement et a enclenché le mécanisme de verrouillage à 5h du matin, heure de Paris, ancrant doucement les astronautes à leur nouvelle demeure.

Les astronautes surveillent Resilience alors que le vaisseau spatial s'amarre de façon autonome à la Station spatiale internationale le 16 novembre 2020. NASA/SpaceX

"Résilience, SpaceX. La séquence d'arrimage est terminée. Bienvenue sur l'ISS", a dit un contrôleur de mission SpaceX à l'équipage, alors que les crochets du grappin fixaient fermement leur vaisseau vers 5h13.

"Excellent travail, en plein dans le mille", a répondu Mike Hopkins, le commandant de la mission. "SpaceX et la NASA, félicitations : c'est une nouvelle ère de vols opérationnels vers la Station Spatiale Internationale depuis la Floride."

'C'était un voyage incroyable'

Après deux heures de pressurisation, de vérification des fuites et d'ouverture de toutes les écoutilles, l'équipage a finalement flotté dans l'ISS à 7h02 du matin. L'astronaute de la NASA Kate Rubins et les cosmonautes Sergey Ryzhikov et Sergey Kud-Sverchkov les ont accueillis à bras ouverts.

L'astronaute de la NASA Kate Rubins saluent Mike Hopkins et Victor Glover alors qu'ils traversent l'écoutille du Crew Dragon pour rejoindre la Station spatiale internationale, le 17 novembre 2020. NASA/SpaceX

"C'était un voyage incroyable. Je ne peux pas vous dire à quel point nous étions excités lorsque la fusée a décollé de la plate-forme, et les 27 dernières heures [en orbite] se sont déroulées sans encombre", raconte Mike Hopkins. Le vaisseau spatial a semblé fonctionner comme la NASA et SpaceX l'espéraient, une fois qu'ils ont résolu les premiers contretemps avec le chauffage de la capsule.

"Après avoir quelques soucis peu après le lancement hier, le véhicule est arrivé à la station aujourd'hui avec une fonctionnalité totale, sans aucun problème", a déclaré Ven Feng, directeur adjoint du programme commercial de la NASA, qui a financé le développement du vaisseau spatial, lors d'un point de presse après l'amarrage. "Dragon est en pleine forme."

Resilience et ses passagers ont pour objectif de passer les six prochains mois dans l'espace. Si tout se passe bien, Crew-1 devrait devenir le plus long vol spatial humain jamais lancé depuis le sol américain, battant un record établi il y a plus de 45 ans.

En élargissant l'équipage de l'ISS, les personnes à bord ne devront plus consacrer autant de temps à l'entretien, ce qui permettra à la NASA de mener davantage de recherches scientifiques qu'auparavant.

"Je ne peux pas vous dire à quel point c'était formidable de vous voir tous passer par l'écoutille", a déclaré Kathy Lueders, administratrice associée de la NASA pour l'exploration et les opérations humaines, à l'équipage une fois à bord de l'ISS. "Nous attendons beaucoup de vous, beaucoup de bon travail là-haut."

Un coup de pouce commercial à la station spatiale après 20 ans en orbite

La station spatiale internationale (ISS).  NASA

Depuis que les États-Unis ont retiré leurs navettes spatiales en 2011, la NASA devait acheter des sièges pour ses astronautes à bord des vaisseaux russes Soyouz pour se rendre à l'ISS et en revenir.

Pour aider à combler ce fossé, la NASA a lancé il y a dix ans le programme Commercial Crew Program : un concours destiné à inciter les entreprises privées à développer de nouveaux vaisseaux spatiaux. Ce programme d'environ 8 milliards de dollars (6,7 milliards d'euros) a conduit SpaceX à développer Crew Dragon, et Boeing à mettre au point son Starliner CST-100 (dont le premier équipage pourrait voler fin 2021).

La NASA a financé la création du Crew Dragon avec environ 3 milliards de dollars (2,5 milliards d'euros), et les ingénieurs de SpaceX l'ont conçu, construit et testé selon les exigences rigoureuses du gouvernement américain. Les dirigeants de l'Agence ont finalement certifié le système pour un vol régulier la semaine dernière — en grande partie grâce au succès du vol Demo-2, qui a transporté les astronautes de la NASA Bob Behnken et Doug Hurley vers et depuis la station spatiale.

"C'est l'aboutissement d'années de travail et d'efforts de la part de nombreuses personnes, et de beaucoup de temps, et nous avons construit ce que j'appellerais l'un des lanceurs et engins spatiaux les plus sûrs jamais construits", a déclaré Benji Reed, directeur de la gestion des missions de l'équipage SpaceX, lors d'un point de presse avant le lancement de Crew-1.

Les astronautes (de gauche à droite) Shannon Walker, Victor Glover et Mike Hopkins de la NASA, et Soichi Noguchi de la JAXA, portent des combinaisons spatiales SpaceX en route vers le Complexe de lancement 39A lors d'une répétition générale le 12 novembre, avant le lancement de la mission Crew-1 depuis le Centre spatial Kennedy, en Floride.  Joel Kowsky/NASA

Crew-1 est le premier des six voyages aller-retour que la NASA a achetés à SpaceX, et il marque le début officiel d'une ère de vols commerciaux dans l'espace. Le véhicule n'est pas réservé aux astronautes professionnels : les astronautes privés pourront également se rendre dans l'espace dans les années à venir.

Par exemple, Tom Cruise et le réalisateur Doug Liman prévoient de se rendre à l'ISS en 2021 à bord d'un vaisseau spatial Crew Dragon pour y tourner un film. Space Hero, une émission de télé-réalité, prévoit également de faire venir un concurrent sur l'installation en 2023. Une société appelée Axiom Space prévoit de passer un contrat avec SpaceX pour les billets.

Mais le plus important pour la NASA est l'élargissement de l'équipage de la station spatiale. L'ISS offre un environnement sans gravité sans égal pour effectuer des recherches qui ne peuvent pas être menées sur Terre. Cependant, les expériences scientifiques sont difficiles à réaliser lorsque seuls quelques membres de l'équipage sont à bord de l'ISS, car ils sont souvent mobilisés par le nettoyage et l'entretien réguliers de la station. Parfois, leur temps est également consacré à la recherche de fuites et à la réparation des toilettes.

Maintenant que SpaceX cherche à maintenir une présence continue en orbite avec Crew Dragon, la station spatiale peut être dotée d'un personnel complet — et la NASA peut rentabiliser son investissement de 100 milliards de dollars (84 milliards d'euros) dans l'installation.

Crew-1 vise à alimenter diverses recherches, notamment l'étude de la réaction du corps à la consommation de certains aliments en microgravité et les effets des vols spatiaux sur le cerveau des astronautes. L'équipage fera également des expériences avec des puces de tissus, de la culture de plantes et participera même à la conception d'une nouvelle combinaison spatiale conçue pour la Lune et Mars.

"Nous sommes prêts pour les six mois de travail qui nous attendent à bord de la station spatiale internationale, et nous serons prêts pour le retour", affirmait Mike Hopkins lors d'un briefing avant le vol.

Version originale : Dave Mosher, Morgan McFall-Johnsen/Business Insider US

A lire aussi — SpaceX est sur le point de lancer sa mission la plus ambitieuse à ce jour, voici ce qu'il faut en attendre

Découvrir plus d'articles sur :