Les 40 startups françaises choisies par le gouvernement pour être choyées et en faire des étendards de la French Tech

Cityscoot et ses cooters en libre-service fait partie des 40 entreprisesf rançaises "les plus prometteuses" et bénéficieront d'un accompagnement particulier. Cityscoot.

Comme attendu, Emmanuel Macron a annoncé mardi la mobilisation par des investisseurs de quelque cinq milliards d'euros sur trois ans afin de favoriser l'émergence de startups françaises. "La bataille des capitaux, elle est essentielle. Si on veut gagner la bataille, on doit réussir à lever plus vite plus fort plus de capitaux", a déclaré le chef de l'Etat à l'occasion du "France Digitale Day" réunissant à l'Elysée des dirigeants de startups et des investisseurs français et internationaux. Pour l'Elysée, l'objectif consiste à avoir une dizaine de fonds d'environ un milliard d'euros à l'horizon 2022 afin de satisfaire les besoins en capitaux de ce secteur en France.

Le gouvernement doit également dévoiler mercredi 18 septembre la liste des 40 entreprises technologiques prometteuses qui seront réunies dans le "Next 40" — sorte de CAC 40 des startups — et qui auront droit, à ce titre, à une plus grande visibilité et à un programme d'accompagnement public plus poussé. A l'heure actuelle, la France revendique sept licornes — nom désignant des entreprises non cotées valorisées plus d'un milliard de dollars — dont Meero, Doctolib, Deezer ou encore Blablacar. Le gouvernement espère franchir la barre des 20 d'ici 2025. 

A lire aussi — Un Google français pourra exister si les 120 plus grandes entreprises du pays acquièrent 'au moins 1 startup par an'

Cet indice devrait évoluer dans le temps. Ces 40 premières sociétés ont été choisies selon plusieurs critères : une valorisation supérieure au milliard d'euros ; avoir effectué l'une des plus importantes levées de fonds des trois dernières années ; ou avoir un chiffre d'affaires supérieur à 5 millions d'euros lors de son dernier exercice et une croissance annuelle supérieure à 30 % lors des trois exercices précédents.

Euronext créé un indice dédiée aux PME de la tech cotées à Paris

Parallèlement à cette communication gouvernementale, Euronext a annoncé mercredi la création, avec la Caisse des dépôts (CDC), d'un indice dédié aux PME techs cotées à Paris, baptisé Euronext Tech Croissance. Cet indice, précise Euronext dans un communiqué, "est composé de valeurs à fort potentiel, dont la liquidité est supérieure à 10.000 euros par jour, avec une capitalisation boursière comprise entre 25 millions et 1 milliard d'euros".

La CDC, ajoute Euronext, a également "décidé d’investir via sa filiale de gestion dédiée aux petites et moyennes entreprises cotées, CDC Croissance, 100 millions d'euros dès le mois de juillet dans les petites valeurs de la Tech cotées sur Euronext Paris et dont la capitalisation est inférieure à 1 milliard d'euros".

Voici les 40 startups françaises choisies par le Gouvernement selon Les Echos :

  • Alan — assurance santé,
  • Believe — distribution de musique en ligne pour les artistes indépendants et labels,
  • Bioserenity — solutions médicales connectées,
  • BlaBlaCar — covoiturage,
  • Back Market —  place de marché de produits technologiques reconditionnés,
  • Blade Shadow — cloud gaming
  • Cityscoot — scooters en libre-service,
  • Content Square — analyse prédictive du comportement client,
  • Deezer — plateforme de streaming audio,
  • Devialet — concepteur de technologies audio haut de gamme,
  • Doctolib — plateforme de rendez-vous médicaux,
  • Evaneos —  plateforme de voyages sur-mesure,
  • Finalcad  — logiciel de gestion de constructions BTP,
  • Frichti — plateforme de livraison de repas,
  • Home Exchange — plateforme d'échanges de maisons,
  • HR Path — solutions RH dédiée aux entreprises,
  • iAdvize — marketing digital,
  • Ivalua — éditrice de logiciels de gestion des achats,
  • Job Teaser — plateforme de recrutement en ligne de jeunes talents,
  • Klaxoon — suite d'applications qui facilitent la collaboration lors de réunions,
  • Ledger — sécurisation des crypto-monnaies et de la technologie blockchain,
  • Mano Mano — place de marché pour produits de bricolage,
  • Meero — plateforme de mise en relation entre photographes et clients professionnels,
  • Mirakl — éditeur de logiciel pour les places de marché en ligne, 
  • October (anciennement Lendix) — solutions de prêts aux TPE et PME,
  • OpenClassrooms — plateforme de cours en ligne,
  • OVH — hébergeur de sites internet, 
  • Payfit — plateforme de gestion de la paie et des RH,
  • Recommerce — plateforme e-commerce de produits technologiques reconditionnés,
  • Sendinblue — éditeur de logiciel marketing relationnel en ligne (Saas) pour les PME, artisans, e-commerçants et associations,
  • Shift Technology — plateforme Saas pour détecter les fraudes à l'assurance,
  • Sigfox — prestataire  de services IoT (objets connectés),
  • Talentsoft — éditeur de logiciel RH dans le cloud
  • Vade Secure — spécialiste de la sécurisation des courriers électroniques,
  • Veepee (anciennement Vente-privée) — site e-commerce,
  • Vestiaire Collective —site de vente de vêtements et d’accessoires de luxe et de mode d'occasion entre particuliers,
  • Voodoo — éditeur de jeux sur mobile,
  • Wynd — plateforme omnicanal de gestion des points de ventes,
  • Ynsect —  élevage et transformation d'insectes en ingrédients à destination des animaux domestiques et d'élevage,
  • Younited Credit — plateforme de prêts aux particuliers.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 11 investisseurs français nous ont dit quelles étaient les 19 startups tech en France à suivre impérativement en 2019 — et dans lesquelles ils n'ont pas forcément investi

VIDEO: Voici quelques astuces pour iPhone que vous ignoriez