Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les annonces de la Banque centrale européenne font sombrer la Bourse de Paris


La Bourse de Paris a ouvert en forte baisse ce jeudi 12 mars, le CAC 40 plongeant jusqu'à plus de 6% dans la matinée. Mais la chute des cours s'est encore accélérée en début d'après-midi, juste après les annonces — très attendues par les marchés — de la Banque centrale européenne (BCE). Des mesures de soutien à l'économie face à la tempête du coronarivus étaient espérées. La BCE en a effectivement prises plusieurs, mais elles restent en-deçà des attentes. Surtout, l'institution a choisi de ne pas modifier ses taux directeurs, contrairement à ce qu'avaient anticipé les analystes.

Cette décision contraste avec les baisses importantes de taux annoncées par les autres banques centrales, notamment la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque d'Angleterre, qui n'ont pas attendu leurs réunions habituelles pour soutenir l'économie et rassurer les marchés. Résultat, le CAC 40 dégringole jusqu'à plus de 10% à 15h, à 4 138,71 points, alors qu'il s'affichait encore à plus de 6 000 points il y a trois semaines.

L'indice phare de la Bourse de Paris enregistre finalement la pire séance de son histoire, clôturant sur un plongeon de 12,28%, et enchaînant au passage une sixième journée de suite dans le rouge. Il avait déjà dévissé de 8,39% lundi, après un repli de 4,14% vendredi. À ce rythme, le CAC 40 pourrait vite passer sous les 4 000 points, pour retomber à son niveau d'été 2013.

'Considérable aggravation des perspectives de croissance'

Les propos de la présidente de la BCE, Christine Lagarde, ne sont pas de nature à rassurer. Pendant sa conférence de presse, l'euro a d'ailleurs perdu plus de 1% face au dollar. L'institution de Francfort constate une "considérable aggravation des perspectives de croissance à court terme" en zone euro, en raison de l'impact de l'épidémie de coronavirus, a-t-elle déclaré. L'épidémie affecte les chaînes d'approvisionnement, "perturbant les plans de production dans le secteur manufacturier", et "les mesures nécessaires de confinement" bouleversent encore plus largement l'activité, a insisté l'ancienne patronne du FMI, rapporte l'AFP.

Si elle a décidé de ne pas toucher à ses taux, la BCE a toutefois annoncé plusieurs mesures ce jeudi. Elle va notamment alléger les obligations des banques en matière de capital, les fonds propres qu'elles peuvent utiliser en cas de pertes. Les établissements bancaires pourront aussi se financer à un taux avantageux si elle prêtent de l'argent aux entreprises les plus affectées par le coronavirus, notamment les PME. "On attend des banques qu'elles utilisent les effets positifs de ces mesures pour soutenir l'économie et non pour augmenter les distributions de dividendes ou les rémunérations variables", met en garde la BCE.

Réponses insuffisantes pour rassurer les marchés

L'institution a en outre annoncé qu'elle achèterait pour 120 milliards d'euros de dettes supplémentaires d'ici la fin de l'année, ciblant en particulier la dette "du secteur privé". Une mesure qui renforce son programme de rachats d'actifs (titres de dettes) publics et privés relancé en novembre, d'un montant de 20 milliards d'euros par mois.

Ces diverses décisions visent notamment à éviter une vague de faillites. Mais Christine Lagarde attend surtout une action de grande envergure des Etats pour soutenir l'économie réelle. Elle a dénoncé jeudi "la complaisance et la lenteur" des gouvernements "en particulier en zone euro" face au coronavirus. "J'espère fortement que lors de la réunion de l'Eurogroupe lundi", il y aura "une avancée décisive et déterminée" vers "cette réponse budgétaire ambitieuse et collective que nous avons réclamée", a-t-elle ajouté, selon l'AFP.

À lire aussi — La chute du pétrole va faire baisser les prix à la pompe, mais aura aussi de lourdes conséquences sur l'économie

En attendant, les Bourses européennes continuent de chuter. Outre le CAC 40, le Dax de la Bourse de Francfort plonge de 12,24%, à la clôture des marchés, et le FTSE MIB de la place de Milan dévisse de 16,62%.

Découvrir plus d'articles sur :