Une signalisation taxi à Paris. Wikimedia Commons

Une signalisation taxi à Paris. Wikimedia Commons

Les conditions de travail entre un chauffeur de taxi ou de VTC (véhicule de transport avec chauffeur) varient. Mais il y a un point en particulier qui différencie les deux, lorsqu'il s'agit de ceux qui travaillent dans la capitale.

Depuis 1938, les taxis parisiens disposent d'un horodateur, qui comptabilise le temps de travail et affiche l'heure de fin de service du conducteur.

"La durée maximale d’utilisation du taxi est fixée à 11 heures pour une sortie journalière", précise l'article 10 de l'arrêté de 2014 de la préfecture de police de Paris.

Sur ce temps, il faut compter deux coupures obligatoire de 30 minutes au minimum.

A l'inverse, le temps de travail d'un conducteur de VTC n'est pas limité: il peut techniquement travailler autant qu'il le souhaite.

Le ministère du travail conseille néanmoins — lorsqu'il s'agit du temps de travail dans le secteur privé — de ne pas dépasser les 10 heures de travail par jour.

Il arrive qu'un chauffeur de VTC fasse beaucoup plus d'heures. Interviewé par Europe 1 le 15 décembre dernier, un conducteur pour Uber affirmait avoir travaillé "82 heures" en une semaine, pour la somme de 1200 euros.

Paris est la seule ville en France où les horaires de travail sont limités, a rappelé Rue89. Les 18.000 taxis parisiens représentent près de 28% de la totalité des taxis en France (soit 60.000). 

Cela ne signifie pas forcément que les chauffeurs de VTC ont la possibilité de gagner plus d'argent que les taxis. Contactée par Business Insider France, l'Union nationale des taxis (UNT) estime que "pour la plupart des chauffeurs, qu’ils soient taxi ou VTC, les revenus évoqués avoisinent le SMIC, voire moins."

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L’affaire Cahuzac a contribué à la ‘République exemplaire’ de François Hollande, selon ces observateurs de la corruption politique

VIDEO: Se battre lors d'un match de hockey sur glace est autorisé aux Etats-Unis— voici pourquoi