Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les créateurs de contenus d'OnlyFans pourraient gagner moins d'argent à l'avenir

Les créateurs de contenus d'OnlyFans pourraient gagner moins d'argent à l'avenir
Capture de l'écran d'accueil du site OnlyFans. © 2020 OnlyFans

Il y a du nouveau chez OnlyFans. Le réseau social présenté dans la presse française comme l'"Instagram du porno" a confirmé à The Verge, ce mardi 1er septembre, avoir changer les règles de monétisation sur sa plateforme. D'abord en abaissant les plafonds. Le montant maximum d'un message privé payant (ou PPV, Pay-per-view) s'élevait auparavant à 200$, il est désormais plafonné à 100$. Le prix maximum des pourboires est également fixé à 100$, pour les quatre premiers mois d'activité d'un créateur de contenus sur le site, après quoi il passe à 200$ (ce qui était déjà le cas avant). Mais c'est le prix des messages à la carte, pour les contenus ne nécessitant pas d'abonnement, que s'opère le changement le plus drastique. Comptez 50$ maximum contre 200$ auparavant.

Dans le même temps, OnlyFans prévoit d'allonger la période de paiement en attente dans 14 pays. Les créateurs de contenus attendre 21 jours avant de recevoir leur paiement, contre 7 jours auparavant. Des changement qui affecteront nécessairement les revenus des créateurs de contenus sur la plateforme. OnlyFans, qui perçoit une commission de 20% sur chaque transaction, affirme que ces changements reflètent un "processus évolutif" et visent à "assurer la protection des paiements tant pour les créateurs de contenu que pour les utilisateurs". La plateforme a également démenti tout lien entre ces nouvelles modalités de paiement et le récent scandale lié à l'actrice Bella Thorne. "Nous pouvons confirmer que les modifications des limites de transaction ne sont basées sur aucun utilisateur en particulier", a déclaré un porte-parole d'OnlyFans à The Verge, la semaine dernière.

L'affaire Bella Thorne

Le 20 août dernier, l'ex-star de Disney débarquait sur le réseau social, réussissant l'exploit d'engranger 1 millions de dollars d'abonnements en une seule journée. Mais c'est pour une toute autre raison que l'actrice s'est attiré les foudres de sa communauté et des créateurs de contenus professionnels sur la plateforme. Bella Thorne a proposé à ses followers de payer 200$ pour des photos d'elle nue... alors qu'elle ne l'était pas. Une publicité mensongère qui n'a pas manqué d'alimenter les rumeurs imputant à l'actrice la responsabilité des nouveaux changements de rémunération sur la plateforme.

En début de semaine, celle-ci a présenté ses excuses sur Twitter, expliquant avoir voulu militer contre la stigmatisation des travailleurs du sexe. "Supprimer les stigmates qui se cachent derrière le sexe, le travail du sexe et la négativité qui entoure le mot SEXE lui-même en y associant un visage familier. C'est ce que j'essayais de faire, pour attirer plus de nouveaux visages sur le site et ainsi créer plus de revenus pour les créateurs de contenus", a-t-elle écrit.

Après s'être excusée d'avoir rejoint la plateforme et potentiellement heurté les personnes comptant sur le service pour gagner leur vie, elle a annoncé qu'elle rencontrerait personnellement les responsables d'OnlyFans pour en savoir plus sur les nouvelles restrictions.

Lancé en 2016 au Royaume-Uni par l'entreprise Fenix International Limited (FIL), OnlyFans se décrit comme "un site d'abonnement qui permet aux créateurs de contenu de monétiser leur influence". Depuis son lancement, l'image du site a été intimement liée au travail du sexe et à la nudité (que la plateforme, contrairement à Instagram, ne condamne pas). Durant la pandémie OnlyFans a gagné en popularité lorsque des artistes très connus, comme Cardi B, ont rejoint la plateforme.

A lire aussi —On vous dit tout sur OnlyFans, le réseau social qui révolutionne le porno chez les jeunes

Découvrir plus d'articles sur :