Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les déclarations les plus marquantes du débat entre Benoît Hamon et Manuel Valls

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les déclarations les plus marquantes du débat entre Benoît Hamon et Manuel Valls
© REUTERS/Bertrand Guay

Benoît Hamon et Manuel Valls se sont affrontés pour le seul débat télévisé de l'entre-deux-tours de la primaire de la gauche, ce mercredi 25 janvier.

Le deuxième tour de la primaire, qui décidera de celui qui remportera l'investiture du PS à la présidentielle de 2017, se tient ce dimanche 29 janvier.

Lors du débat, Benoît Hamon et Manuel Valls ont échangé sur de nombreux sujets dont le travail, la laïcité, l'environnement, la sécurité ou encore leur positionnement par rapport à Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron.

Nous avons compilé les moments forts :

REUTERS/Bertrand Guay

La révolution numérique est une bonne nouvelle si elle permet à la France de produire tout ce dont elle a besoin avec moins de travail humain. — Benoît Hamon

Le travail ne va pas diminuer, il va prendre d'autres formes. On le voit avec l'émergence de l'entrepreneuriat individuel. Notre responsabilité est d'accompagner ces changements et de créer les conditions d'une sécurité sociale professionnelle. — Manuel Valls

La raréfaction du travail a commencé. Il vaut mieux anticiper cette transition. Je ne baisse pas la durée légale du travail mais j'encourage la réduction du temps de travail sans perte de pouvoir d'achat. — Benoît Hamon

Le revenu universel est un message d'abdication. L'idée de distribuer la même somme à chacun, au-delà du coût, s'éloigne de l'idée même que j'ai du travail. — Manuel Valls

Je propose que le premier étage du revenu universel soit réservé aux 18-25 ans sans condition de ressources: c'est un coût de 45 milliards d'euros. Je le finance comment? Par un transfert de richesses. Le revenu universel est l'équivalent d'un nouveau pilier de la sécurité sociale. — Benoît Hamon

REUTERS/Bertrand Guay

Je suis le candidat de la feuille de paye. Et je ne veux pas que Benoît Hamon soit le candidat de la feuille d'impôt. Le revenu universel ouvre la porte à une remise en cause de notre système de protection sociale. — Manuel Valls

Le tournant qui doit être pris en France est celui de la prévention et de la santé environnementale. Je souhaite un grand plan sport santé pour généraliser une culture de l'activité physique. — Benoît Hamon

Il ne s'agit pas seulement de faire rêver mais aussi d'être crédible. Nous avons engagé la baisse des impôts pour les classes moyennes. Je veux qu'on continue sur cette trajectoire. — Manuel Valls

Il faut en finir avec le dogme avec les 3% de déficit public et il faut en finir avec l'austérité. Je ne vends pas du rêve, je propose de la justice. — Benoît Hamon

REUTERS/Bertrand Guay

Nous devons protéger nos compatriotes de confession musulmane qui sont aujourd'hui sous la pression de l'islam politique. — Manuel Valls

La loi de 1905 est une loi de liberté. Elle permet de croire et de ne pas croire et que ceux qui croient et ne croient pas vivent ensemble. Là où une femme décide librement de porter le foulard islamique, elle est libre de le faire et je veux lui assurer cette liberté. — Benoît Hamon

Ma laïcité c'est celle de Caroline Fourest, d'Eliabeth Badinter, de celles qui se sont battues pour la crèche Babylou, car derrière il y a le problème de l'émancipation de la femme.— Manuel Valls

Ce que je veux, c'est que dans ce pays il n'y ait plus un juif, un musulman, une femme, un homosexuel, qui ait à baisser la tête. Je veux un corps d'inspecteurs qui demain vérifie qu'un logement ne soit pas réservé qu'aux personnes de la bonne couleur, que dans une entreprise, les emplois ne soient pas réservés à certains profils ou que tel espace n'est pas interdit aux femmes. — Benoît Hamon

REUTERS/Bertrand Guay

Sous ce quinquennat, il y a eu la loi de transition énergétique, la loi sur la biodiversité, et nous devons continuer dans ce sens car je pense que la santé environnementale doit être une priorité. — Manuel Valls

Le bilan du gouvernement va dans le bon sens sur ce thème, mais on a pas été assez loin sur les produits phytosanitaires. — Benoît Hamon

Nous avons besoin de frontières claires. Il faut davantage de contrôles. Il faut savoir où commence l'Europe et où elles s'achève. — Manuel Valls

Je voudrais mettre en place l'équivalent du formulaire ESTA (un formulaire détaillé qui évalue le potentiel de dangerosité d'une personne qui pénètre sur le territoire) en France. — Benoît Hamon

L'effort national pour la défense doit être augmenté à 2% du PIB mais l'effort européen aussi. — Manuel Valls

Je trouve inacceptable que l'effort de guerre consenti par la France soit intégré dans le calcul des déficits publics de la France. Il faut dans ce domaine comme dans celui de la transition énergétique que les ces dépenses soient exclues du calcul des déficits. — Benoît Hamon

Un président n'est pas là pour montrer ses muscles. Dans les propos de Donald Trump, il y a les risques d'une dislocation de ce qu'est l'Alliance atlantique. La priorité est de répondre à la nécessite d'une construction européenne de la défense. — Manuel Valls

REUTERS/Bertrand Guay

Si nous devons saisir l'opportunité du désengagement possible des États-Unis, il faut faire en sorte que les pays européens soient moins indépendants par la création d'un Traité énergétique européen qui doit nous permettre de nous reposer sur nos capacités. — Benoît Hamon

Sur la révolution numérique, je me sens plus proche d'Emmanuel Macron. Sur la planification écologique, je suis plus proche de Jean-Luc Mélenchon. Je me pose comme architecte et artisan du rassemblement de la gauche. — Benoît Hamon

Je veux d'abord rassembler ceux qui assument les responsabilités. Mais il faut aussi parler à tous les électeurs qui ne veulent pas se retrouver devant le choix entre la droite et l'extrême droite. Soyons exigeants pour l'avenir mais soyons aussi fiers de ce qu'on a fait depuis 2012. — Manuel Valls

REUTERS/Bertrand Guay