Hillary Clinton le 7 novembre 2016 © REUTERS/Brian Snyder

Hillary Clinton le 7 novembre 2016 © REUTERS/Brian Snyder

En cette veille d'élection présidentielle aux Etats-Unis, Hillary Clinton se maintient légèrement devant Donald Trump dans les principaux sondages américains.

Malgré l'enquête lancée puis refermée par le FBI dans "l'affaire des emails" d'Hillary Clinton quand elle était secrétaire d'Etat, le baromètre RealClearPolitics (RCP) lui donne deux points d'avance sur Donald Trump. Soit un peu plus que la moyenne qu'elle obtenait à la même date la semaine dernière.

Un sondage de NBC/SurveyMonkey diffusé ce lundi 7 novembre donnait Clinton gagnante avec six points de plus que Trump, tandis que Fox News lui donnait quatre points de plus que son adversaire. Un sondage ABC/Washington Post publié ce week-end lui donnait une avance de  5 points. 

Les premières estimations des votes anticipés donnaient aussi des signaux positifs en faveur de Clinton.

Alors que le vote des Afro-américains reste faible dans des Etats clé, il semblerait que les votes de la communauté hispanique — traditionnellement en faveur des candidats démocrates — aient doublé en Floride par rapport à 2012.

De plus, dans le Nevada, les voix pour les Démocrates après les premiers votes anticipés dépassent largement les Républicains — ce qui a poussé les Républicains à investir massivement à la dernière minute pour tenter de regagner cet Etat.

Certains observateurs ont estimé que l'affaire du FBI n'a pas eu d'impact sur le soutien à Clinton. 

"Structurellement, l'état de cette course est plutôt stable", a confié à Business Insider US Matt McDermott, un analyste de centre-gauche de l'organisation Whitman Insight Strategies. 

"On mise sur un écart entre 3 et 6 points pour Clinton. Sa position est quasiment imbattable dans les 'swing states'. Bien que les sondages classiques aient été extrêmement volatiles, ceux qui ont eu lieu sur internet — dans les deux camps — ont été très stables tout au long de la course présidentielle."

Il a ajouté:

"Il n'y a rien pour prouver que Trump va réussir à surmonter les éléments négatifs accumulés au cours de sa campagne. Il est toujours peu apprécié par 3/5 électeurs. Le principal problème de Trump reste le fait qu'une majorité des électeurs considèrent qu'il n'est pas fait pour être président, qu'il n'a ni le tempérament ni les qualités nécessaires."

Dans cette dernière ligne droite, Trump s'est majoritairement déplacé dans les Etats à tendance centre-gauche — Michigan, Winsconsin, Minnesota — pour tenter de les faire tourner en sa faveur.

Combinée avec des victoires dans les 'swing states' comme la Floride, l'Ohio ou la Caroline du nord, une victoire dans un état traditionnellement de gauche comme le Michigan pourrait aider Trump a gagner les 270 députés nécessaires pour accéder à la Maison Blanche.

Version originale : Maxwell Tani / Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : On a testé Hype, la nouvelle appli des créateurs de Vine — voilà comment elle pourrait battre Periscope et Facebook Live

Voici pourquoi les parcs d'attraction Disney coûtent si cher