Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les dinosaures ont bien été tués par un astéroïde et non par des éruptions volcaniques


Illustration d'un astéroïde de dix kilomètres de large entrant dans l'atmosphère terrestre sous le regard des dinosaures, dont un T. rex. © Getty Images

Une nouvelle étude publiée lundi 29 juin 2020 dans la revue PNAS pourrait mettre un terme à une question fondamentale qui obsède de nombreux paléontologistes à travers le monde : quelle a été la cause principale de l'extinction des dinosaures sur Terre il y a plus de 66 millions d'années ? L'impact d'un astéroïde géant près de la ville actuelle de Chicxulub sur la péninsule Yucatan du Mexique, l'activité volcanique intense de la région du Deccan en Inde ou bien la combinaison des deux ? Cette nouvelle publication affirme que c'est bien l'impact de l'astéroïde géant et non le volcanisme qui aurait causé l'extinction des dinosaures à la fin du Crétacé.

"Lorsque nous avons examiné les différents scénarios, soit pour que les deux choses se produisent ensemble, soit pour qu'elles soient complètement séparées, nous avons vu que l'astéroïde est [le] seul [événement] qui peut complètement éradiquer les habitats qui peuvent convenir aux dinosaures", a déclaré au Guardian le Dr Alfio Alessandro Chiarenza, auteur principal de l'étude de l'University College de Londres. Les chercheurs sont arrivés à cette conclusion en modélisant les conséquences écologiques de chaque scénario, et plus précisément, l'impact de chaque événement sur les habitats dans lesquels les dinosaures vivaient, que ce soient les tyrannosaures ou bien les ankylosaures.

Dans leur étude, les chercheurs ont écrit : "Les modèles d'impact d'astéroïdes génèrent un hiver froid prolongé qui supprime les habitats potentiels des dinosaures dans le monde. Inversement, la puissance à long terme du volcanisme du Deccan (réchauffement induit par le dioxyde de carbone) entraîne une meilleure adéquation de l'habitat. Le volcanisme à court terme (refroidissement par aérosols) permet toujours une habitabilité équatoriale. Ces résultats confirment que l'impact des astéroïdes est le principal facteur de l'extinction des dinosaures non aviaires."

"Même si les éruptions volcaniques n'avaient pas eu lieu, l'extinction se serait produite de toute façon, car l'événement [ndlr : l'impact d'astéroïde] était suffisamment grave pour éradiquer les habitats des dinosaures dans le monde entier", a indiqué Alessandro Chiarenza. Une autre conclusion issue de cette étude est à retenir, car elle peut être surprenante : les chercheurs ont estimé que les pulsations du réchauffement résultant du dioxyde de carbone libéré par les volcans de la région du Deccan pourraient avoir réduit le refroidissement provoqué par l'impact des astéroïdes et aider des formes de vie à se rétablir, même si cela n'aurait rien changé pour le sort des dinosaures.

Une énergie équivalente à environ 40 000 arsenaux nucléaires américains

"Il semble que des études ont été récemment menées sur ce même sujet montrant que certaines pulsations de réchauffement, en particulier après l'impact, semblent avoir stimulé d'une manière ou d'une autre le rétablissement de la vie, en particulier de la vie végétale, mais aussi [conduit à] l'augmentation de la taille des mammifères et de la diversité", a commenté l'auteur principal de l'étude. Ce dernier prédit toutefois que le débat astéroïde/volcans n'est pas clos pour autant, car les défenseurs de la théorie du volcanisme vont probablement revenir à la charge.

L'impact de l'astéroïde — dit l'évènement de Chicxulub — a libéré une énergie équivalente à environ 40 000 arsenaux nucléaires américains en l'espace de quelques secondes, déclenchant une suite d'évènements terrifiants : tempêtes de feu à l'échelle mondiale, vents de la force d'ouragans sur des milliers de kilomètres, gigantesques tsunamis, glissements de terrain ou encore tremblements de terre sur toute la planète.

Par ailleurs, on sait que certaines espèces aujourd'hui éteintes auraient pu survivre à tout cela, s'il n'y avait pas eu un autre événement bien plus mortel : le refroidissement de la planète, dû notamment aux milliards et milliards de tonnes de particules éjectées dans l'atmosphère qui ont bloqué l'énergie solaire pendant des années. Environ 75 % des espèces terrestres — et notamment les dinosaures — ont péri, ouvrant une nouvelle ère, celle des mammifères.

A lire aussi — Des fossiles révèlent de nouveaux détails sur les minutes qui ont suivi l'impact de l'astéroïde qui a mis fin au règne des dinosaures

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :