Voici une transcription de la vidéo.

Est-ce vraiment possible ? Est-ce qu’un baiser peut réellement tuer ? Les loups géants ne sont pas réels, n'est-ce pas ? Comme des millions de gens dans le monde, je suis une grande fan de "Game of Thrones". Marcheurs Blancs, cavaliers à dos de dragons, rebondissements de l'intrigue et politique, la totale. Mais je ne suis pas qu'une fan. Je suis aussi une rédactrice scientifique. Alors que la moitié de mon cerveau rêve de se lier d'amitié avec un loup, l'autre moitié se demande s'il est vraiment possible d'écraser le crâne de quelqu'un avec vos propres mains.

Est-ce juste une série télé ? Oui. Est-ce une série télé fantastique ? Aussi. Est-ce que je vais quand même l'analyser ? Oh que oui.

Laissons ça de côté. Je sais pertinemment qu'il y a de la magie dans "Game of Thrones". Quand vous parlez de dragons cracheurs de feu et d'arbres qui donnent des visions, la science ne vous mène pas loin. Pourtant, vous pouvez trouver de la vraie science, et ce même dans certains des éléments les plus fantastiques de la série. Prenons, par exemple, la Longue Nuit.

La vieille Nan : Garde ta peur pour la Longue Nuit, quand le soleil se cache pendant des années et que les enfants naissent, vivent et meurent dans l'obscurité.

Narrateur : Dans la série, Vieille Nan parle à Bran d’un hiver qui a duré une génération.

La vieille Nan : Les rois mouraient de froid dans leurs châteaux, comme les bergers dans leurs huttes.

Narrateur : Et avec tout ce qu'elle dit sur les Marcheurs Blancs et les araignées de glace géantes, l'histoire semble farfelue. Mais il s'avère que cette “longue nuit” pourrait arriver dans notre monde. D’ailleurs, c'est déjà arrivé.

Il y a vingt mille ans, une couche de glace de centaines de mètres d'épaisseur recouvrait la majeure partie du Canada et certaines parties des États-Unis. 25 % de la masse terrestre était recouverte de glace toute l'année. C'est plus du double de ce que nous connaissons aujourd'hui. Le monde était plus froid de 5 degrés Celsius qu'à l'époque moderne, atteignant dans certaines régions 22 degrés Celsius de moins qu'aujourd'hui. Ce froid n'a pas été provoqué par les Marcheurs Blancs.

En fait, cela faisait partie d'un cycle régulier du climat de la Terre, une ère glaciaire. Plus précisément, une partie extra-froide d'une ère glaciaire où les couches de glace glissaient depuis les pôles. C'est peut-être dû au fait que la partie supérieure de l'hémisphère nord reçoit moins de lumière solaire en raison d'une série de facteurs, comme l'oscillation de la planète sur son axe et la façon dont son orbite autour du Soleil change de forme. Et la dernière fois que c'est arrivé, la calotte glaciaire est descendue jusqu'à New York, à l'est.

Alors que Manhattan a été enterré, des parties de Brooklyn et du Queens ont été laissées à découvert. D'une certaine façon, les quartiers périphériques de New York sont comme Winterfell. Nous avons même un mur, une crête de 60 mètres de haut surplombant les quartiers périphériques. Comme l'a dit Maester Aemon...

Maester Aemon : Les Starks ont finalement raison. L'hiver approche.

Narrateur : Mais alors, est-ce qu’une autre période glaciaire serait en approche ? Eh bien, nous sommes au milieu de ce qu'on appelle une période interglaciaire. C'est une période chaude où la calotte glaciaire est en recul, et quelque part dans les dizaines de milliers d'années, la période glaciaire reviendra, apportant la glace avec elle. Donc, oui, l'hiver arrive. Ça arrivera un jour. Mais assez de pessimisme. Parlons des chiots.

Brillamment intelligent et infailliblement loyal, qui ne voudrait pas d'un loup géant, ou de six ? Mais malheureusement, Nymeria, Ghost et Grey Wind sont aussi mythiques que Drogon, Rhaegal et Viserion. Cela dit, des “loups terribles”, comme on dit en anglais, ont vraiment parcouru la Terre, rôdant en Amérique il y a entre 125 000 et 10 000 ans. Ils chassaient en meute, et abattaient des proies aussi grosses qu'un élan de 300 kilogrammes. Ça vous dit quelque chose ?

Ned Stark : Il n'y a pas de pumas dans ces bois.

Narrateur : Mais contrairement aux mascottes des Starks, ces chiens n'ont jamais atteint la taille d'un petit cheval. Ne vous méprenez pas. Ils étaient quand même énormes. Ils étaient environ deux tiers plus grands que les loups gris d'aujourd'hui. Et pendant que les humains et les canis dirus vivaient dans la même aire de répartition au même endroit, ils n'étaient probablement pas aussi proches que Bran et Summer. Les canis dirus, voyez-vous, ne sont en aucun cas les ancêtres du chien d'aujourd'hui.

Nos Yorkies et nos corgis sont plus proches des loups gris que de ces loups redoutables. Et selon des recherches récentes, les chiens sont apparus pour la première fois il y a environ 20 000 à 40 000 ans, quelque part en Asie et au Moyen-Orient. Les relations entre chiens et humains se sont donc tissées sur un continent différent de celui où erraient les canis dirus. Si les loups géants sont parfaits pour combattre des assassins armés de couteaux, ils sont moins utiles si votre ennemi décide d'utiliser du poison. Joffrey, Olenna, tous les Frey. Le poison a fait tomber beaucoup de personnages, surtout Joffrey. Et le poison le plus effrayant s'appelle le Long Adieu.

Tyene Sand : Il faut du temps pour agir, mais si une seule goutte entre en contact avec la  peau : la mort.

Narrateur : Et il s'avère qu'il existe un vrai équivalent dans la vie réelle au Long Adieu : le venin de serpent.

Steve Trim : Le venin des vipères des pyramides, une espèce africaine et asiatique, cause l'épistaxis, ou ce qu’on connaît comme le saignement de nez. Il affaiblit les capillaires et les vaisseaux sanguins, et fait que notre sang commence à couler.

Narrateur : C'est Steve Trim, un biologiste moléculaire spécialisé dans les venins. Non seulement il est un grand fan de "Game of Thrones", mais il s'y connaît un peu en poison, et il a remarqué quelque chose de très intéressant sur le Long Adieu, car un autre serpent appelé vipère de sable produit aussi le venin qui aurait le même effet. Et qui utilise le Long Adieu ? C'est exact, Ellaria Sand (sable en anglais), alias amante de la Vipère Rouge et mère de certaines “vipères des sables”. Coïncidence ? Je ne pense pas.

Mais même si le venin de vipère peut expliquer les effets du Long Adieu, il ne peut pas expliquer la tactique de tuer avec un baiser.

Steve : Ce qui est intéressant avec le venin de la vipère des pyramides, c'est qu'il ne va pas entrer dans le corps par un baiser. Ce venin ne peut pas, du moins que l’on sache, passer à travers la peau.

Narrateur : Et ce n'est qu'un des problèmes.

Steve : Avec un baiser, vous ne couvrez qu’une très petite surface de contact, quelques centimètres carrés tout au plus, donc vous avez besoin de quelque chose d'assez puissant pour avoir un effet sur cette petite surface.

Narrateur : Donc pour que ça marche, il faut un poison comme le Novichok, qui est si puissant qu'il suffit de l'inhaler pour en mourir. Mais le Novichok ne cause pas d'hémorragie interne comme on le voit dans la série. On dirait que le Long Adieu est un élément de fantasy. Quoi qu'il en soit, ce poison n'est pas une façon amusante de s'en aller. Mais ça n'a pas l'air aussi horrible que d’être tué par La Montagne.

La Montagne : Elia Martell. Je l'ai tuée....

Narrateur : Après tout, qui veut se faire écraser la tête comme une canette de soda ?

La Montagne : ...comme ça !

Narrateur : Heureusement, c'est une menace dont vous n'avez pas à vous inquiéter, car il s'avère que c'est impossible. Vous voyez, le crâne humain adulte est vraiment résistant. A poids égal, c'est plus fort que l'acier ou le béton, et si vous serrez le crâne d'un adulte, il faudrait exercer environ 1 000 livres (450 kilogrammes) de force pour le briser. C'est à peu près deux fois plus de force que ce qu’un homme aussi fort que la Montagne peut exercer.

Maintenant, il est concevable qu'il puisse démolir les yeux de son adversaire, comme il le fait ici, puisque le tissu mou et moelleux est bien plus vulnérable que le crâne dur. Mais ça ne ferait pas exploser la tête d'Oberyn comme cela. Dans l'ensemble, toute cette situation n'a aucun sens.

C'est vrai. Les loups géants et les hivers éternels sont plus réalistes que cette scène de combat qui ne contient aucune magie. En fin de compte, "Game of Thrones" fait du bon travail quand il s'agit de réalisme, du moins en ce qui concerne la magie. Et même si ses performances les plus banales peuvent être farfelues, je vais quand même profiter de chaque minute. Après tout, je suis peut-être un écrivain scientifique, mais je suis toujours fan.

Produit par : David Anderson and Shira Polan

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les personnages de 'Game Of Thrones' qui ont survécu aux 8 saisons