Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les enfants et le coronavirus en 4 questions-réponses avant la rentrée

Les enfants et le coronavirus en 4 questions-réponses avant la rentrée
La reprise de l'école soulève beaucoup de questions quant au lien entre le coronavirus et les enfants. © Getty Images

Les cahiers sont achetés, les crayons taillés et les cartables prêts : mardi 1er septembre, c'est déjà la rentrée en France. Après une fin d'année scolaire et un été pas comme les autres, les enfants sont sur le point de retourner sur les bancs de l'école, de la maternelle au lycée. Et élèves comme enseignants vont devoir cohabiter avec un camarade de classe quelque peu embêtant : le coronavirus. Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a communiqué le protocole sanitaire à appliquer dans les établissements scolaires et a déclaré vouloir que cette rentrée soit "la plus normale possible".

Mais malgré les directives du gouvernement, de nombreux parents s'inquiètent du retour à la collectivité pour leur enfant alors que la pandémie de Covid-19 n'est pas encore passée, et que le nombre de cas s'est mis à augmenter à la fin de l'été. Face à ce nouveau coronavirus dont on ne sait pas encore tout, les enfants réservent aussi leur part de mystère, et d'interrogations. S'ils semblent moins touchés par la maladie, sont-ils pour autant moins contagieux ? Et quels effets le retour à l'école va-t-il avoir sur l'épidémie ? En cette veille de rentrée, on fait le point en quatre questions-réponses.

Les enfants sont-ils moins infectés que les adultes ?

Ashton Bingham/Unsplash

Aux prémices de la pandémie, les plus jeunes semblaient étrangement épargnés par ce virus venu de Chine. Puis, au fur et à mesure que le coronavirus a gagné du terrain, certains cas d'enfants malades ont fait leur apparition. Mais les contaminations chez les moins de 10 ans sont restées faibles, et tout porte à croire que les enfants sont moins susceptibles d'être infectés par le coronavirus.

Le récent rapport de Santé Publique France daté du 17 août confirme cette hypothèse : moins de 5 % de l'ensemble des cas Covid-19 signalés dans l'Union européenne, l'Espace économique européen et au Royaume-Uni concerne des personnes de 18 ans et moins.

Les scientifiques ne savent cependant toujours pas pourquoi les enfants semblent moins infectés que les adultes. Certains ont émis l'hypothèse d'une immunité croisée entre le nouveau coronavirus et d'autres coronavirus qui ne causent eux qu'un petit rhume. Les enfants étant plus souvent enrhumés que les adultes, ils se pourraient qu'ils aient développé des anticorps les protégeant du Covid-19. Des études sont en cours dans différents pays pour étudier la dynamique de l’infection et de la production des anticorps chez les enfants.

Le Covid-19 a-t-il les mêmes effets sur un enfant que sur un adulte ?

Kelly Sikkema/Unsplash

Un autre facteur explique également le taux plus faible de cas de Covid-19 déclarés chez les enfants : ces derniers sont généralement asymptomatiques ou présentent des formes légères de la maladie, l'infection est donc plus rarement diagnostiquée et recensée.

Les enfants positifs au Covid-19 sont en effet "beaucoup moins susceptibles d'être hospitalisés ou d'avoir une issue fatale que les adultes", rapporte Santé Publique France. Une étude américaine réalisée entre mars et juillet 2020 et publiée mi-août confirme ce constat : elle montre que le taux d'hospitalisation des enfants était 20 fois moins important que celui des adultes.

Lorsque les enfants présentent des symptômes, il s'agit des mêmes que chez un adulte qui ferait une forme légère du Covid-19 : fièvre, toux, nez qui coule, et parfois une perte de l’odorat ou du goût.

Le peu d'enfants ayant développé une forme grave du Covid-19 avaient déjà des facteurs aggravants, comme une maladie inflammatoire infantile.

Les enfants sont-ils plus contagieux ?

CDC/Unsplash

C'est LA question qui divise les scientifiques. Si on sait que les enfants sont plus souvent asymptomatiques, leur contagiosité ne fait pas encore consensus.

Certains avancent que les enfants présentant des symptômes seraient plus contagieux que des adultes, car il est plus difficile de respecter les gestes barrières à un jeune âge. Et une nouvelle étude publiée le 28 août suggère que les enfants pourraient être contagieux jusqu'à trois semaines, même lorsqu'ils sont asymptomatiques.

Une chose est sûre : "lorsqu'ils présentent des symptômes, les enfants excrètent la même quantité de virus que les adultes et sont donc contaminants comme le sont les adultes", rappelle Santé Publique France.

Mais dans les faits, ce ne sont pas les enfants qui contaminent leurs proches. Plusieurs études ont montré que la transmission du coronavirus se fait plutôt d'un adulte vers un enfant, les transmissions d'enfant à adulte ou d'enfant à enfant sont rares. Une étude de l'Institut Pasteur publiée en juin dernier montre que les écoliers positifs au Covid-19 avant la fermeture des écoles en mars n’ont transmis l’infection ni aux élèves, ni aux enseignants et ni aux autres personnels des établissements scolaires.

C'est donc aux enseignants et personnels des écoles, collèges et lycées de se montrer très prudents et de respecter les gestes barrières, car ils sont plus susceptibles de transmettre le coronavirus à un enfant que la situation inverse.

Doit-on s'attendre à une augmentation des cas avec la rentrée scolaire ?

Taylor Wilcox/Unsplash

Les établissements scolaires en eux-mêmes ne sont pas plus risqués que tout autre lieu rassemblant un nombre important de personnes, comme les entreprises ou les centres commerciaux. "Si la distanciation physique et les mesures d'hygiène sont appliquées, il est peu probable que les écoles constituent des environnements de propagation du virus plus favorables que les environnements professionnels ou de loisirs avec des densités de population similaires", affirme ainsi Santé Publique France.

Cependant, de nombreux enfants sont restés dans leur famille cet été et n'ont pas été en collectivité avec d'autres jeunes. Le retour à l'école pourrait donc bien faire augmenter le taux de contaminations. Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, a déclaré sur franceinfo le 24 août qu'il y aurait probablement des cas "d’écoles clusters, peut-être de classes clusters."

Mais il s'est voulu rassurant : "il y aura des contaminations à l’école, des enfants vont se contaminer, probablement quelques enseignants aussi mais on va le gérer" et a insisté sur le fait qu'il était "fondamental que l'école reprenne" pour les enfants et les adolescents.

A lire aussi — Des médecins français affirment avoir découvert le premier cas d'un enfant ayant contracté le Covid-19 de sa mère dans l'utérus

Découvrir plus d'articles sur :