Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Contagiosité, symptômes... Ce que l'on sait du Covid-19 chez les enfants

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Les parents le redoutaient, les épidémiologistes, eux, le recommandaient depuis plusieurs semaines déjà, c’est désormais chose faite. Les écoles ont de nouveau fermé leurs portes en France métropolitaine depuis lundi 5 avril, et pour au moins trois semaines, comme l’a annoncé Emmanuel Macron lors de son allocution du 31 mars. Le protocole sanitaire dans les établissements scolaires, imposant notamment le port du masque dès 6 ans, n’aura donc pas suffit à freiner suffisamment la propagation du virus.

L’arrivée des variants anglais, brésilien ou encore sud-africain, plus contagieux que le Covid-19, s’est fait ressentir dans les cours de récré. Le taux d’incidence a fortement augmenté chez les moins de 14 ans ces dernières semaines, même s’il reste plus faible que chez les adultes. Alors que le virus continue d’évoluer, les enfants réservent toujours leur part de mystère et d'interrogations. S'ils semblent moins touchés par la maladie, sont-ils pour autant moins contagieux ? La fermeture des écoles aura-t-elle l’effet escompté sur l'épidémie ?

On fait le point en quatre questions-réponses.

À lire aussi — Un futur vaccin intranasal contre le Covid-19 pourrait arrêter la transmission, en particulier chez les enfants

Les enfants sont-ils moins infectés que les adultes ?

Ashton Bingham/Unsplash

Aux prémices de la pandémie, les plus jeunes semblaient étrangement épargnés par ce virus venu de Chine. Puis, au fur et à mesure que le coronavirus a gagné du terrain, certains cas d'enfants malades ont fait leur apparition. Mais les contaminations chez les moins de 10 ans sont restées faibles, ce qui portait à croire que les enfants sont moins susceptibles d'être infectés par le coronavirus.

Le rapport de Santé Publique France, daté du 29 octobre 2020, semble confirmer cette hypothèse. Les données de surveillance montrent que "les enfants sont moins touchés par la COVID-19 et représentent moins de 1% des patients hospitalisés et des décès."

Les scientifiques ne savent cependant toujours pas avec certitude pourquoi les enfants semblent moins infectés que les adultes. Certains ont émis l'hypothèse d'une immunité croisée entre le nouveau coronavirus et d'autres coronavirus qui ne causent eux qu'un petit rhume. Les enfants étant plus souvent enrhumés que les adultes, ils se pourraient qu'ils aient développé des anticorps les protégeant du Covid-19.

Une récente étude, publiée le 22 mars 2021 au Journal of the American Medical Association montre que la réponse immunitaire face au Covid-19 diffère selon l’âge : les enfants produisent plus d’anticorps, ce qui expliquerait leur plus faible taux d’infection et leurs symptômes moins sévères. Selon les résultats de l’étude, les enfants de 1 à 10 ans avaient un niveau d’immunoglobulines G (IgG) deux fois plus élevé que les 11-18 ans et la différence était encore plus importante avec les 19-24 ans.

Le Covid-19 a-t-il les mêmes effets sur un enfant que sur un adulte ?

Kelly Sikkema/Unsplash

Un autre facteur explique également le taux plus faible de cas de Covid-19 déclarés chez les enfants : ces derniers sont généralement asymptomatiques ou présentent des formes légères de la maladie, l'infection est donc plus rarement diagnostiquée et recensée.

Les enfants positifs au Covid-19 sont en effet "beaucoup moins susceptibles d'être hospitalisés ou d'avoir une issue fatale que les adultes", rapporte Santé Publique France. Une étude américaine réalisée entre mars et juillet 2020 et publiée mi-août confirme ce constat : elle montre que le taux d'hospitalisation des enfants était 20 fois moins important que celui des adultes.

Mercredi 4 novembre, l'AFP a une fois de plus confirmé cette observation : "L'absence de symptômes est fréquente chez les enfants infectés par le Covid-19. Et la seule certitude qu'on ait, c'est qu'ils font nettement moins de formes graves que les adultes."

Lorsque les enfants présentent des symptômes, il s'agit des mêmes que chez un adulte qui ferait une forme légère du Covid-19 : fièvre, toux, nez qui coule, et parfois une perte de l’odorat ou du goût.

Le peu d'enfants ayant développé une forme grave du Covid-19 avaient déjà des facteurs aggravants, comme une maladie inflammatoire infantile.

Les enfants sont-ils plus contagieux ?

CDC/Unsplash

C'est LA question qui divise les scientifiques. Si on sait que les enfants sont plus souvent asymptomatiques, leur contagiosité ne fait pas encore consensus.

L'hypothèse selon laquelle les enfants contamineraient peu leurs proches est de plus en plus débattue, notamment parce que la plupart des études allant dans ce sens "ont été réalisées pendant des périodes de confinement" et donc de faible circulation du virus, ce qui peut fausser leurs résultats, a estimé l'épidémiologiste Zoë Hyde dans un article publié fin octobre par la revue Medical Journal of Australia, comme le rapporte l'AFP.

Des études sorties à l'automne avancent cependant que les enfants seraient aussi contagieux que les adultes. Une étude réalisée aux États-Unis d'avril à septembre et publiée le 30 octobre par les Centres de prévention et de contrôle (CDC) américains conclut par exemple que "la transmission du SARS-CoV-2" au sein d'un foyer "était fréquente, que ce soit par les enfants ou les adultes".

Mais l'AFP relève qu'une autre étude de la London School of Hygiene and Tropical Medicine et de l'université d'Oxford estime que "le fait de vivre avec des enfants de 0 à 11 ans n'est pas associé à une augmentation du risque d'être infecté par le SARS-CoV-2". L'étude précise cependant que ce risque augmente légèrement si les enfants ont entre 12 à 18 ans.

En clair, les jeunes enfants seraient moins contagieux que les adolescents, et ces derniers pourraient transmettre le virus autant que des adultes. Certains lient cette hypothèse avec le fait qu'il est plus difficile de respecter les gestes barrières à un jeune âge. Et une étude publiée le 28 août suggère que les enfants pourraient être contagieux jusqu'à trois semaines, même lorsqu'ils sont asymptomatiques.

Une chose est sûre : "lorsqu'ils présentent des symptômes, les enfants excrètent la même quantité de virus que les adultes et sont donc contaminants comme le sont les adultes", rappelle Santé Publique France.

Fermer les écoles diminue-t-il les risques de contamination ?

Taylor Wilcox/Unsplash

Face aux incertitudes qui entourent la contagiosité des enfants, le maintien de l'ouverture des écoles pendant le deuxième confinement avait fait débat. Lors de son allocution du 31 mars 2021, Emmanuel Macron s’est félicité que la France ait gardé ses écoles ouvertes depuis septembre 2020. Il a cependant rappelé que "oui, le virus circule dans les établissements scolaires", tout en ajoutant "mais pas plus qu’ailleurs."

Certaines études confirment ses propos et avancent que la transmission du coronavirus se fait plutôt d'un adulte vers un enfant, les transmissions d'enfant à adulte ou d'enfant à enfant sont rares. Une étude de l'Institut Pasteur publiée en juin dernier montre que les écoliers positifs au Covid-19 avant le premier confinement en mars n’ont transmis l’infection ni aux élèves, ni aux enseignants, ni aux autres personnels des établissements scolaires.

En février dernier, l'Institut Pasteur expliquait également que “les écoles ne semblent pas être des amplificateurs de transmission et que les cas dans les écoles reflètent simplement la prévalence dans la communauté locale.”

Cependant, ces dernières semaines en France, le taux d’incidence chez les enfants a augmenté plus fortement que chez les adultes. L’augmentation la plus importante a été observée chez les 0-14 ans : +31% selon le rapport épidémiologique du 1er avril 2021 de Santé Publique France. Ce chiffre s’explique en partie par l’accélération de la campagne de dépistage des enfants, mais les variants sont également responsables. Les enfants semblent en effet plus contaminés, donc plus contaminants, par les différents variants — anglais, sud-africain ou encore brésilien — que par le Covid-19 d’origine.

La fermeture des écoles à partir du lundi 5 avril et le changement de calendrier des vacances scolaires doit ainsi permettre de faire baisser ce taux d’incidence chez les plus jeunes, pour limiter la propagation du virus et de ses variants à plus grande échelle.

À lire aussi — Écoles fermées, garde d'enfants et télétravail : ce qu'il faut savoir

Découvrir plus d'articles sur :