Publicité

Les équipes performantes au travail racontent des ragots et disent des gros mots

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les équipes performantes au travail racontent des ragots et disent des gros mots
Un esprit de camaraderie engendrerait de meilleures performances © Chris Haston/Getty Images
Publicité

La constitution d'équipes performantes — une priorité absolue pour les employeurs comme pour les managers eux-mêmes — a longtemps été considérée comme un mélange d'art et de science de la gestion. Il suffit de réunir un groupe de personnes possédant la bonne combinaison de talents et de compétences professionnelles, de favoriser une bonne communication, d'entretenir la confiance, et voilà ! Mais à quoi tout cela ressemble-t-il en termes de comportements quotidiens ? Une nouvelle enquête menée auprès de plus de 1 100 employés de bureau américains fournit des indices.

L'enquête, réalisée par Ignite80, une société de formation et de développement, révèle que les équipes les plus performantes sont plus susceptibles de plaisanter, d'utiliser des GIF et des émojis dans leurs messages, de taquiner leurs coéquipiers et de dire des gros mots que les équipes les moins performantes.

À lire aussi — 7 tendances que la pandémie a enclenchées ou accélérées dans le monde du travail

Les membres de l'équipe sont également plus susceptibles de discuter de sujets non liés au travail. Par exemple, ils parlent de livres, racontent des ragots et sortent prendre un café ou un verre. En bref, ils se comportent davantage comme des amis que comme des collègues.

À l'heure où les organisations du monde entier s'efforcent de définir les meilleures pratiques pour le travail en équipe en virtuel, en hybride et en présentiel, les résultats de l'étude montrent comment les responsables peuvent tirer le meilleur parti de leurs collaborateurs.

Selon Ron Friedman, psychologue et chercheur principal de l'étude, ce n'est pas nécessairement le fait de jurer ou de bavarder qui renforce les relations. "C'est que les relations étroites suscitent une foule de comportements qui, à première vue, ne ressemblent pas du tout à un travail acharné", a-t-il explicité.

Cette constatation est conforme aux recherches antérieures sur les performances des équipes, qui montrent que plus les gens se sentent proches de leurs collègues, plus ils sont productifs. "C'est parce que nous avons tous un besoin psychologique fondamental de relation et d'appartenance", a déclaré Ron Friedman avant d’ajouter : "La plupart des lieux de travail se concentrent sur le recrutement des meilleurs talents et traitent les liens humains et les relations comme une réflexion après coup. C'est une erreur."

À lire aussi — Pourquoi travailler au bureau serait plus efficace que le télétravail en situation d'urgence

"Nous avons tous besoin de liens d'appartenance", affirme Rob Cross YouTube / Office Space

Leçons pour les managers

Être valorisé et valoriser les autres est une habitude caractéristique des équipes performantes, selon l'enquête, qui a été menée pour le compte de Front, une société de communication avec les clients. Les membres des équipes performantes sont plus susceptibles d'exprimer et de recevoir de la considération pour leurs contributions que les équipes moins performantes.

Les patrons jouent un rôle essentiel pour encourager ce comportement, selon Jack Wiley, psychologue organisationnel et auteur du livre à paraître "The Employee-Centric Manager" (Le manager focalisé sur ses employés). L'empathie est essentielle, surtout lorsque les équipes ne sont pas toutes physiquement réunies au même endroit.

"Les managers peuvent lancer des relations étroites entre les membres de leur équipe en montrant comment apporter leur soutien", a-t-il expliqué. "Ils doivent féliciter les autres pour leurs bonnes idées, complimenter le bon travail et s'efforcer de reconnaître l'engagement des personnes à accomplir le travail. Cela permet aux gens de rester motivés pour leurs prochaines missions."

Les résultats soulignent également des différences distinctes entre les équipes les plus performantes et les moins performantes en termes de cadence, de fréquence et de contenu de la communication. Les équipes performantes, par exemple, communiquent plus fréquemment dans l'ensemble et utilisent plus souvent la voix et la vidéo que leurs collègues moins performants. Elles sont également plus susceptibles de consulter leurs mails le soir, le week-end et pendant les vacances.

À lire aussi — J’ai essayé la technique d’Elon Musk pour booster sa productivité

Des recherches antérieures montrent que des niveaux modérément élevés de connexion entre les membres d'une équipe permettent de prédire des performances élevées. Toutefois, il y a aussi le danger de trop profiter d'une bonne chose. L'épuisement professionnel est un risque, et la culture entourant la façon dont les équipes utilisent les outils de communication comme Slack ou Zoom fait souvent la différence”, a précisé Rob Cross, professeur au Babson College, et auteur du livre à paraître, "Beyond Collaboration Overload : How to Work Smarter, Get Ahead, and Restore Your Well-Being" (Au-delà de l’overdose de collaboration : comment travailler plus intelligemment, aller de l’avant et restaurer votre bien-être).

"La messagerie instantanée est idéale pour obtenir rapidement des informations auprès d'un coéquipier ou pour partager une boutade qui détend l'atmosphère et permet aux membres de l'équipe de se sentir plus proches les uns des autres", a encore affirmé Rob Cross avant d’ajouter : "Mais poussée à l'extrême, elle peut devenir un outil qui favorise une mentalité malsaine, toujours présente, où les gens ont l'impression de devoir répondre immédiatement et à toute heure."

Les managers doivent trouver le bon équilibre entre cultiver des relations étroites et s'assurer également que les gens sentent qu'ils peuvent se déconnecter. L'un des moyens d'y parvenir est de créer des normes et des attentes en matière de communication intra-équipe. Par exemple, les patrons devraient imposer un moratoire sur les mails professionnels envoyés tard le soir. Au lieu de cela, les mails devraient être envoyés en différé afin qu'ils arrivent le lendemain matin. L'objectif, dit-il, est que les managers encouragent la "collaboration volontaire".

Version originale : Rebecca Knight / Insider

À lire aussi — Voici 11 erreurs à ne pas faire lorsque vous postulez pour un job en télétravail

Découvrir plus d'articles sur :