Le département américain du Commerce a offert lundi un répit à Huawei en revenant sur une partie des restrictions qu'il a imposées au groupe chinois. Il l'a en effet autorisé temporairement, jusqu'au 19 août, à conserver ses réseaux existants et à fournir des mises à jour logicielles pour les possesseurs de ses téléphones. C'est donc d'un sursis de trois mois dont dispose le géant des télécoms. Google avait décidé, en application du décret signé par Donald Trump, de cesser ses relations commerciales avec Huawei. L'entreprise américaine ne devait plus fournir de logiciel, de matériel informatique et de service technique à Huawei à l'exception des services disponibles en open source. Huawei a néanmoins déclaré lundi qu'il allait continuer à fournir des mises à jour et services après-vente à tous les smartphones et tablettes de ses marques Huawei et Honor.

Ce délai vise à donner du temps aux opérateurs télécoms utilisant du matériel Huawei pour trouver des solutions alternatives, a déclaré le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, dans un communiqué. Le département du Commerce a indiqué qu'il étudierait la possibilité de prolonger ou non ce délai au-delà de 90 jours. En revanche, il est toujours interdit à Huawei de se procurer des composants et des pièces électroniques pour fabriquer de nouveaux produits sans recevoir une autorisation préalable de l'administration américaine — que celle-ci devrait vraisemblablement refuser le cas échéant.

Lire aussi — Si vous avez un smartphone Huawei ou Honor, pas de raison de paniquer

Huawei pense que les États-Unis sous-estiment ses capacités

Le fondateur de Huawei, Ren Zhengfei, a déclaré que la décision américaine avait peu de signification pour la firme, qui s'était préparée à faire face aux restrictions imposées par les Etats-Unis. Il a assuré que le groupe était déjà "en discussion" avec Google pour trouver des solutions. L'administration américaine sous-estime les capacités de Huawei, a-t-il ajouté dans un entretien à la chaîne de télévision publique chinoise CCTV. "La 5G de Huawei ne sera absolument pas affectée. En matière de technologie 5G, ce n'est pas en deux-trois ans que les autres entreprises pourront rattraper Huawei", a-t-il aussi affirmé.

Donald Trump a signé mercredi dernier un décret interdisant aux entreprises américaines d'utiliser du matériel de télécommunication fabriqué par des entreprises présentant un risque pour la sécurité nationale, ce qui revient à interdire aux groupes américains de faire affaire avec Huawei, et son administration a placé la firme chinoise sur une liste noire rendant presque impossible l'achat de produits fabriqués aux Etats-Unis.

Contacté par Reuters, Google n'était pas joignable pour une demande de commentaire après l'annonce du département du Commerce.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : On a essayé les smartphones pliables de Huawei et de Samsung. Notre comparatif