La joie de Federica Brignone après sa seconde place au Slalom Géant de Soelden en Autriche, le 27 octobre 2018. REUTERS/Lisi Niesner

C'est une première depuis quatre ans: le nombre de très petites entreprises créées et dirigées par des femmes est en baisse. 

C'est ce qui ressort des données 2017 de près de six millions de TPE, issues de l'INSEE, du RNCS et de sources privées et analysées par Manageo, spécialiste de l'activation de données et filiale d'Altarès.

Les résultats de ce 5e baromètre indiquent que seules 35,3% des TPE créés en 2017 l'ont été par des femmes, contre 37,5% en 2016

Même tendance quant aux TPE dirigées par des femmes. Cela concernait 32,3% des TPE en 2017, soit un taux en baisse de 0,1 point par rapport à 2016. Une diminution qui marque un coup d'arrêt à une progression continue enregistrée depuis 2013. A l'époque, 27,1% des TPE avaient une femme à leur tête.

Des entreprises plus pérennes 

Or "si les hommes sont toujours bien plus nombreux que les femmes à diriger des TPE, le constat est encore une fois le même pour cette dernière édition du baromètre: une TPE dirigée par une femme présente un risque moins important de déposer le bilan", rappelle Manageo.

"Ce constat s'est même renforcé en 2017 puisqu'une TPE dirigée par une femme a 40% de risque en moins de déposer le bilan, alors que ce taux s'élevait à 38% en 2016", écrivent les auteurs de l'étude.

Précisément en 2017, 2,6% des TPE dirigées par une femme sont entrées en défaillance alors que dans le même temps, contre 4,3% des TPE dirigées par un homme.

Manageo a par ailleurs élaboré un score de solvabilité qui mesure le risque qu'a une entreprise d'entrer en défaillance. Ce score permet de déterminer si une entreprise présente un risque très faible, faible, moyen et élevé.

Il en ressort que 56% des TPE dirigées par une femme présentent un risque faible ou très faible d'entrer en défaillance. En parallèle, 49% des TPE masculines présentent les mêmes risques.

On constate aussi que 23% des TPE dirigées par un homme ont un risque élevé d'entrer en défaillance contre 17% chez les femmes.

En parallèle, le baromètre Manageo met en avant des disparités régionales et l'Ouest de la France semble plus propice aux femmes pour créer et diriger une TPE. La proportion de femmes à la tête d'une TPE est ainsi plus importante en Bretagne (34,12%), Nouvelle-Aquitaine (33,6%) et Occitanie (33,4%). A contrario de l'Ile-de-France (30,7%), les DOM-TOM (30,7%) et la Bourgogne-Franche-Comté (31,5%) sont les régions dans lesquelles il y a le moins de femmes dirigeantes.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La Californie vient d'obliger les entreprises cotées à nommer des femmes à leur conseil d’administration — et c'est en partie parce que cela améliore la productivité

VIDEO: Câlineur professionnel est un vrai métier — on a testé une séance de câlins