Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les fondateurs de Big Mamma lancent Sunday, une appli pour payer son addition en moins de 10 secondes

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les fondateurs de Big Mamma lancent Sunday, une appli pour payer son addition en moins de 10 secondes
Sunday est une solution de de paiement par QR code. © Big Mamma/Twitter

Les fondateurs des restaurants italiens Big Mamma, Tigrane Seydoux et Victor Lugger, associés à l'ex-directrice des opérations de Mano Mano Christine de Wendel, ont levé 20 millions d'euros auprès d'investisseurs pour développer Sunday, une solution de paiement par QR Code "conçue par des restaurateurs pour des restaurateurs". Parmi les participants au tour de table : le fonds d'investissement américain Coatue, New Wave, la société de capital-risque cofondée par Xavier Niel, le principal actionnaire d'Iliad/Free et des investisseurs venus de "l'hôtellerie, la restauration et la tech", a précisé Victor Lugger à l'AFP.

Lancé ce mercredi, Sunday doit permettre de payer son addition au restaurant "en moins de 10 secondes" via un QR code. Ses créateurs espèrent un développement rapide aux États-Unis — où est basée Christine de Wendel, passée par les sociétés de vente en ligne Mano Mano (bricolage) et Zalando (vêtements) — et en Europe, grâce à sa connexion avec des systèmes de caisse tels qu'"Oracle Micros, Brinks, Tiller, Zelty, Revo, CashPad".

À lire aussi — Tous Anti Covid : 5 questions/réponses sur le QR code prévu pour la réouverture des restaurants

Quelque 80 personnes auront été recrutées fin mai pour déployer ce service qui se veut "plus simple, plus rapide et deux à trois fois moins cher" — il en coûte au restaurateur 0,5% du montant de l'addition en moyenne — que ceux existants, selon Victor Lugger. En France, il sera "disponible dans des milliers" de restaurants, dont ceux du groupe Bertrand, le numéro deux du secteur, lorsque ceux-ci rouvriront.

Des tests convaincants pour un succès commercial

Lors du test de Sunday dans 14 restaurants Big Mamma l'an dernier, "on a été époustouflés par l'engouement de nos clients : 90% des paiements passaient par là", affirme Victor Lugger. En outre, "il n'y a pas de concurrence : il n'y a que des micro-initiatives qui coûtent ultra cher aux restaurateurs", assure-t-il.

Six ans après avoir ouvert leur premier établissement parisien, les trentenaires Tigrane Seydoux et Victor Lugger, qui se sont rencontrés sur les bancs de HEC, sont à la tête de 24 établissements, dont 14 restaurants situés dans la capitale, comme le plus grand, Felicita, qui compte un millier de places assises, mais aussi à Lille, Lyon, Bordeaux, Londres et Madrid.

Ils ont aussi lancé, pendant le confinement, dix cuisines Napoli Gang (cinq à Paris, quatre à Londres, une à Lille), dédiées à la livraison de plats italiens, avec l'ambition de "désindustrialiser la pizza en livraison avec un rapport qualité-prix imbattable". En 2021, le tandem ouvrira Palatino, un restaurant de 200 places à Bordeaux.

À lire aussi — Tout savoir sur les dark kitchen, ces restaurants 'fantôme' qui font polémique

Découvrir plus d'articles sur :