Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les Français ont consommé encore plus de Nutella pendant le confinement

Les Français ont consommé encore plus de Nutella pendant le confinement
© Unsplash/Inna Podolska

La période de confinement a été particulière pour la consommation des Français, avec de gros pics de ventes mi-mars et des périodes plus creuses ensuite. Le groupe agroalimentaire Ferrero ne fait pas exception, certains de ses produits ayant connu des difficultés quand d'autres s'écoulaient comme des petits pains. Le grand gagnant de la période pour le groupe est sans conteste le Nutella. La demande de pâte à tartiner aurait même explosé pendant le confinement, avec des pics d'augmentation à 50%, selon les informations des Échos.

Nutella aurait ainsi gagné un million de nouveaux consommateurs sur la période, lui permettant de reprendre une partie des parts de marché que la célèbre pâte à tartiner avait perdu face à la multiplication de ses concurrents ces derniers mois, comme par exemple Milka. Et ainsi de repasser la barre des 70% de parts de marché. Ce succès s'explique notamment par une évolution des modes de consommation pendant le confinement. "Les familles avaient du temps pour le petit-déjeuner et le goûter. Beaucoup se sont découvert des capacités à faire de la pâtisserie (...)" indique Jean-Baptiste Santoul, président et directeur général de Ferrero France.

Lancement réussi pour les biscuits KinderCards, les chocolats font grise mine

Nutella n'est pas le seul produit de Ferrero a avoir tiré son épingle du jeu pendant le confinement : KinderCards, le nouveau biscuit du groupe a été vendu dans 800 00 foyers pendant la période. Un pari pourtant compliqué à gagner pour cette nouvelle référence lancée en plein confinement. Ces bons résultats, ainsi que les ventes de Nutella Biscuit qui cartonnent depuis son lancement début 2019, ont permis à Ferrero de gagner 10% du marché des biscuits en France. Une réelle performance sur un marché de 2,2 miliards d'euros dominé par l'américain Mondelez (Lu, Oreo, Mikado...) qui contrôlerait 35% des ventes.

À lire aussi — WWF distingue Ferrero et son Nutella pour l'utilisation d'huile de palme durable

Malgré ces bonnes nouvelles, la crise n'a pourtant pas épargné Ferrero en France : les ventes du groupe auraient ainsi chuté de 7% en début d'année, et de 3% entre le 15 mars et le 17 mai, toujours selon Les Échos. "Cette décélération reflète les difficultés qu'ont rencontrées les chocolatiers au moment des fêtes de Pâques", explique ainsi Jean-Baptiste Santoul. Sans pouvoir organiser de réunions de famille à cause du confinement, la demande de chocolats a chuté en France, plongeant même de 40% pendant la semaine de Pâques. Ferrero a limité la casse à ce moment-là avec une baisse des ventes de ses chocolats de 30% seulement.

"Les ventes globales de chocolat ont fini en baisse de 20%. Ferrero à -10%, gagnant 5% de part de marché", indique le PDG. Des résultats finalement corrects quand on sait que certaines lignes de production du groupe, pour la fabrication des grands sachets de Kinder Bueno notamment, ont dû être fermées pour respecter les consignes sanitaires. Ferrero peut en tout cas dire merci au Nutella !

À lire aussi — Nutella, Tic Tac... Voici Giovanni Ferrero, le milliardaire qui a bâti une fortune de 32 Mds$ grâce aux confiseries

Découvrir plus d'articles sur :