Publicité

Les futurs avions Air Force One accusent un nouveau retard

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les futurs avions Air Force One accusent un nouveau retard
L'actuel Air Force One, en service depuis 1990. © White House/Wikimedia Commons
Publicité

Boeing a demandé au gouvernement américain à renégocier le prix du contrat de deux exemplaires de l'avion présidentiel Air Force One et a prévenu qu'il aurait probablement un an de retard sur la livraison, a indiqué mardi une responsable du ministère de la Défense. Le constructeur s'est engagé en 2018 à fournir pour fin 2024 deux avions 747-8 prêts à transporter le locataire de la Maison Blanche pour 3,9 milliards de dollars (environ 3,2 milliards d'euros). Mais l'un de ses sous-traitants a fait faillite et la pandémie a affecté la production, ce qui avait déjà conduit Boeing à passer dans ses comptes une charge de 318 millions de dollars (261 millions d'euros) au premier trimestre.

Le groupe a déjà prévenu qu'il aurait probablement douze mois de retard sur le calendrier initial, a indiqué lors d'une audition parlementaire Darlene Costello, ministre adjointe en charge des acquisitions, des technologies et de la logistique de l'US Air Force.

À lire aussi — Joe Biden sera le premier président à utiliser le nouvel Air Force One, l'avion à 5,3Mds$

Les services du gouvernement sont actuellement en train d'évaluer s'il faut vraiment modifier le calendrier, a-t-elle souligné. Boeing a par ailleurs "soumis une lettre d'intention" pour demander une révision du prix du contrat, a ajouté Darlene Costello.

Elle était interrogée par un parlementaire démocrate, Joe Courtney, qui a estimé que ce retard et cette demande de révision du contrat étaient "une déception". "Nous pensions que pour une fois, sur ce programme, le gouvernement avait fait une bonne affaire", a-t-il regretté.

L'ancien président américain Donald Trump avait protesté à son arrivée à la Maison-Blanche contre le prix initial du contrat pour des appareils destinés à remplacer ceux utilisés actuellement, qu'il jugeait prohibitif. Pour faire baisser le montant, Boeing avait proposé à l'US Air Force de lui vendre deux 747-8 initialement destinés à la compagnie aérienne russe Transaero, qui avait fait faillite.

À lire aussi — La famille royale britannique va se séparer de ses avions

Découvrir plus d'articles sur :