Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les humains dormaient déjà dans des 'lits' il y a 200 000 ans

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les humains dormaient déjà dans des 'lits' il y a 200 000 ans
Vue de la "Border Cave", près de la frontière entre l'Afrique du Sud et le Swaziland, où des lits humains vieux de plus de 200 000 ont été découverts. © Androstachys/Wikimedia Commons

Comment dormaient nos ancêtres ? Dans des grottes, à même la pierre ? En réalité, ils se ménageaient davantage de confort : des scientifiques de la "Border Cave" — "Grotte de la frontière" entre l'Afrique du Sud et l'Eswatini — ont trouvé des preuves suggérant que les premiers hommes modernes concoctaient déjà des matelas il y a 200 000 ans, rapporte l'Université Wits de Johannesburg. Ils étaient a priori composés d’une couche de cendres végétales, couverte d’herbes séchées servant à éloigner les insectes. "Nous pensons que la couche d'herbe sur les cendres était une stratégie délibérée, non seulement pour créer une base isolée et exempte de saleté pour le lit, mais aussi pour repousser les insectes rampants", explique la professeure sud-africaine Lyn Wadley, chercheuse et autrice principale de l'étude, sur le site de l'université.

"Parfois, la base cendrée provient d'anciennes herbes du lit, brûlées pour nettoyer la grotte et se débarrasser les insectes nuisibles. En d'autres occasions, la cendre de bois des feux de camp a également été utilisée comme surface propre pour une nouvelle couche", poursuit Lyn Wadley. L'étude révèle que différentes cultures utilisaient la cendre, où il est difficile pour un insecte d'évoluer, afin de s'en prémunir. A l'intérieur des "matelas", la cendre était associée à différents herbes, également dans l'objectif de repousser les insectes. L'étude révèle par exemple que des feuilles de camphrier, "toujours utilisée pour éloigner les insectes dans les régions rurales d'Afrique de l'Est", ont été identifiées sur la plus ancienne couche de la grotte.

La "Border Cave" se situe dans la chaîne de montagne du Lebombo, en Afrique du Sud, à flanc de falaise. Au pied de celle-ci débute l'Eswatini (ex-Swatziland), petite monarchie enclavée. Le site est connu pour ses vestiges archéologiques relativement bien conservés grâce à l'air sec à l'intérieur de la grotte. L'étude de la "Border Cave" est menée par une équipe internationale et multidisciplinaire, dont font partie des chercheurs du CNRS (Université de Bordeaux) et de l'Université Côte d'Azur.

A lire aussi — Des scientifiques ont diagnostiqué un cancer chez un dinosaure pour la première fois

Découvrir plus d'articles sur :