Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les hypermarchés et la Fnac ne sont plus autorisés à vendre des livres pendant le confinement

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les hypermarchés et la Fnac ne sont plus autorisés à vendre des livres pendant le confinement
© Yann Gar/Flickr

Si Fnac-Darty a obtenu le droit de laisser ses magasins ouverts pendant ce nouveau confinement, l'enseigne devra, comme l'ensemble de la grande distribution, fermer ses rayons livres dès ce vendredi soir, a appris BFMTV. Le gouvernement a pris cette décision dans la mesure où les librairies sont, de leur côté, contraintes de laisser leurs portes closes — elles peuvent toutefois mettre en place un système de retrait de commande. Cette mesure fait suite à une réunion qui s'est tenue à Bercy avec le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, ainsi que les acteurs de la grande distribution, les éditeurs, des représentants des libraires indépendants et la Fnac.

"Face au constat de l'impossibilité d'une ouverture de l'ensemble des acteurs de la vente de livres, souhaitée et soutenue par la Fnac, et dans un souci de responsabilité, j'ai décidé la fermeture de l'ensemble des rayons culture de nos magasins Fnac dans toute la France à compter de demain (samedi, ndlr) et pour les 15 prochains jours", a assuré de son côté Enrique Martinez, le PDG de la Fnac dans une note consultée par Europe 1.

L'ouverture de l'enseigne pendant que les librairies devaient rester fermées suscitaient l'incompréhension et la colère des libraires, déjà très affectés par la crise. Les règles pourraient toutefois encore évoluer pendant ce reconfinement, décrété au moins jusqu'au 1er décembre par le président de la République, Emmanuel Macron, en fonction de l'évolution de l'épidémie en France. "Dans quinze jours, nous regarderons où nous en sommes pour tous les commerces, pas uniquement les libraires", a effectivement précisé le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

En attendant, les librairies restent bien exclues de la liste des commerces autorisés à ouvrir. Et les rayons de la Fnac et des grandes surfaces sont donc logés à la même enseigne.

Carrefour voulait tendre la main aux libraires

Carrefour semblait pourtant vouloir apporter un début de solution aux libraires. Le patron du distributeur, Alexandre Bompard, a posté vendredi 30 octobre, dans l'après-midi, un message sur Twitter qui leur était destiné. Il leur suggérait de contacter l'enseigne pour "identifier les meilleures solutions locales". Carrefour comptait en fait mettre "à disposition des libraires indépendants des espaces de ventes dans ses hyper", précisait alors Alexandre Bompard sur le réseau social.

Après avoir réalisé de belles ventes au troisième trimestre, l'enseigne semble vouloir soigner son image pour la fin de l'année, que les Français risquent de passer en grande partie confinés. Le groupe a également annoncé ce vendredi, dans un communiqué, qu'il allait bloquer les prix de toutes ses références jusqu'à la fin de l'année, "hors promotions, hors produits frais (poissonnerie, boucherie, fruits et légumes…) et produits agricoles".

Sont ainsi concernés environ 50 000 références dans ses hypermarchés et 20 000 dans ses supermarchés. "Quand la demande augmente, le prix a tendance à augmenter aussi. Nous souhaitons que l'acte d'achat soit plus serein, c'est un acte de solidarité", a assuré Rami Baitieh, le nouveau patron de Carrefour en France, selon Le Figaro. Même si les achats de paquets de pâtes sont massifs, leur prix restera donc inchangé.

À lire aussi — Carrefour a réalisé ses meilleures ventes 'depuis au moins 20 ans' au troisième trimestre

Découvrir plus d'articles sur :