Benoît Hamon lors du premier débat de la primaire de la gauche, le 12 janvier 2017. REUTERS/Philippe Wojazer

Le sujet du numérique avait été très peu abordé dans les débats de la primaire de la droite à l'automne.

Hier, pour le premier débat de la primaire de la gauche, plusieurs candidats ont donné leurs points de vue sur ce thème sous l'angle du droit du travail et de la fiscalité.

Mais c'est surtout Benoit Hamon qui a été remarqué par les internautes sur ce sujet.

Certains ont tout simplement apprécié son choix de porter ce thème dès les premières minutes de l'émission.

Après son propos liminaire, l'ancien ministre délégué chargé de l'économie sociale et solidaire (2012-2014) a été interrogé sur sa proposition de revenu universel. Pour expliquer sa position, il a fait le choix de lier numérique et précarité. 

"La révolution numérique change d'ores et déjà notre rapport à l’emploi. Personne ne peut plus contester que la révolution numérique est une formidable opportunité mais qu’elle peut avoir des conséquences sur l’emploi" a-t-il déclaré.

Sur Twitter, les réactions des internautes étaient partagées sur cet angle d'attaque.

Autre déclaration de Benoit Hamon qui a fait réagir les internautes, entre ironie et sérieux, sa proposition d'une taxe sur les robots.

"Dès lors qu’un robot se substitue dans une entreprise de service à du travail humain, il me semble légitime que nous nous engagions dans une réforme de la fiscalité, qu’elle pèse sur la valeur ajoutée de l’entreprise et non plus sur les salariés".

https://twitter.com/ddaminuss/status/819643912025415680

A la fin de la séquence sur la fiscalité et le numérique, un internaute préférait avoir une pensée pour Axelle Lemaire, la secrétaire d'Etat du Numérique, connue pour son engagement en faveur de la french tech et plus largement de la place du numérique dans la société.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Benoît Hamon explique ce qu'il veut dire par 'taxer les robots' — et cela révèle quelque chose d'inquiétant pour l'emploi

La startup qui vient de séduire des investisseurs de la Silicon Valley a fait une erreur au début que beaucoup d'entrepreneurs français commettent