Publicité

Les jeunes déjà contaminés par le Covid-19 ne sont pas toujours protégés contre une réinfection, selon une étude

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les jeunes déjà contaminés par le Covid-19 ne sont pas toujours protégés contre une réinfection, selon une étude
Des membres de l'U.S. Air Force se préparent à recevoir une première dose du vaccin Moderna contre le coronavirus. © United States Forces Korea/Getty Images
Publicité

Un test positif au coronavirus s'accompagne d'une mince consolation : vous êtes en théorie protégé contre une nouvelle contamination, au moins pendant quelques mois. Mais des recherches récentes, publiées jeudi 15 avril dans The Lancet Respiratory Medicine, ont montré que la protection contre une réinfection n'est pas toujours garantie.

Une étude d'observation portant sur plus de 3 000 recrues des Marines américains en bonne santé a révélé qu'il est possible pour les jeunes de contracter le Covid-19 deux fois, bien que ceux qui l'ont déjà eu auparavant présentent un risque d'infection plus faible. Environ 10% des recrues qui avaient déjà contracté la maladie ont été réinfectées pendant une période d'observation de six semaines. En comparaison, 50% des recrues qui n'avaient pas été infectées auparavant ont été testées positives pendant l'étude.

À lire aussi — Une troisième dose du vaccin Pfizer pourrait être nécessaire selon le PDG du groupe pharmaceutique

Les conditions de vie surpeuplées des bases militaires où les observations ont eu lieu ont probablement contribué à un taux d'infection global plus élevé, mais les auteurs de l'étude ont déclaré que le risque de réinfection s'applique aux jeunes gens partout dans le monde.

Les anticorps offrent une certaine protection

Parmi les recrues — pour la plupart des hommes âgés de 18 à 20 ans — 189 sont entrées dans l'étude en étant séropositives, ce qui signifie qu'elles avaient déjà été infectées par le coronavirus et que des anticorps étaient présents dans leur sang.

La plupart des gens ont une réponse d'anticorps à l'infection, le système immunitaire produisant des protéines pour combattre des intrus spécifiques s'ils reviennent à l'avenir. Les anticorps peuvent diminuer dans les mois qui suivent l'infection, mais le système immunitaire a mis en place d'autres mesures de protection.

Le commandant Andrew Letizia, médecin spécialiste des maladies infectieuses et chercheur principal de l'étude, a déclaré à Insider que l'équipe avait mesuré les anticorps comme preuve d'une infection antérieure. Il a cependant ajouté que certaines recrues avaient déjà été testées positives mais ne présentaient plus d'anticorps détectables au moment de l'étude, de sorte que le taux de réinfection de 10% pourrait être sous-estimé.

Les personnes réinfectées par le coronavirus présentaient des taux d'anticorps plus faibles que celles qui avaient déjà été malades et qui n'ont pas été réinfectées. "Les anticorps sont certainement protecteurs, mais ils ne signifient pas que vous allez être entièrement immunisé", a souligné Andrew Letizia. "Vous pouvez toujours potentiellement être réinfecté."

À lire aussi — Les vaccins d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson ont un point commun qui pourrait expliquer les rares cas de thrombose

La réinfection environ cinq fois moins probable qu'une primo-infection

Sur la base de l'étude des recrues des Marines, les auteurs ont conclu que les jeunes qui ont des anticorps sont environ cinq fois moins susceptibles d'être infectés que ceux qui n'en ont pas. Des études menées sur d'autres populations ont abouti à des résultats similaires.

Une étude portant sur des soignants britanniques, qui n'a pas encore été examinée, a révélé que les personnes qui n'avaient pas été infectées auparavant par le Covid-19 avaient un risque cinq fois plus élevé d'être infectées que les personnes qui avaient déjà été contaminées.

Une autre étude portant sur 4 millions de personnes au Danemark a révélé que l'infection par le coronavirus conférait aux personnes de moins de 65 ans une immunité protectrice d'environ 80% après six mois. Les personnes plus âgées n'étaient protégées qu'à 47% contre une réinfection.

Version originale : Andrea Michelson/Insider

À lire aussi — Le vaccin russe Spoutnik V en 4 questions-réponses

Découvrir plus d'articles sur :