Publicité

Les Néandertaliens auraient disparu après une inversion des pôles, selon une nouvelle étude

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Publicité

Les scientifiques sont au courant de ce retournement depuis la fin des années 1960. Les pôles magnétiques de la Terre ne sont pas statiques — ils sont générés par les courants électriques du noyau externe liquide de la planète, qui est constamment en mouvement. Ces derniers temps, le pôle Nord magnétique de la Terre a considérablement erré sur un chemin menant au nord de la Russie. Mais pour la plupart, les scientifiques ne pensaient pas que le dernier basculement du pôle avait un impact environnemental majeur. Certes, le champ magnétique de la planète s'est affaibli, permettant à davantage de rayons cosmiques de pénétrer dans l'atmosphère, mais on ne sait pas si la vie végétale et animale a été grandement affectée.

Une nouvelle étude suggère maintenant qu'un phénomène plus dramatique s'est produit : les rayons cosmiques supplémentaires pourraient avoir réduit les concentrations d'ozone, ouvrant ainsi la voie à une plus grande quantité de rayons ultraviolets dans l'atmosphère. Les changements climatiques ont peut-être élargi la couche de glace au-dessus de l'Amérique du Nord et asséché l'Australie, provoquant l'extinction de nombreuses espèces de grands mammifères. Une tempête solaire, quant à elle, aurait pu pousser les anciens humains à chercher refuge dans des grottes. La concurrence pour les ressources s'étant accrue, notre parent humain le plus proche, le Néandertalien, a peut-être disparu.

À lire aussi — Des squelettes découverts en France révèlent pourquoi l'Homme de Néandertal était cannibale

"Cela aurait été une période incroyablement effrayante, presque comme la fin des jours", a déclaré Chris Turney, un scientifique de la Terre de l'Université de Nouvelle-Galles du Sud, dans une vidéo décrivant les nouvelles recherches.

Les scientifiques ne sont pas parvenus à s'entendre sur une théorie définitive quant aux raisons de la disparition des Néandertaliens. Certaines recherches suggèrent que leur extinction s'est produite naturellement, car les Néandertaliens se sont accouplés avec des humains modernes ou la population est devenue trop petite pour chasser, s'accoupler et élever des enfants. D'autres scientifiques ont avancé l'hypothèse que les Néandertaliens ont peut-être été dépassés en termes de ressources lorsque les humains modernes ont commencé à peupler l'Europe. Mais ce n'est probablement pas une coïncidence si les Néandertaliens ont disparu à la suite d'un déplacement majeur des pôles magnétiques de la Terre, suggère l'étude de Turney. "Ce n'est que lorsque vous commencez à relier entre eux les différents domaines de la science, que vous pouvez voir les liens", a déclaré son co-auteur, Alan Cooper. "Avant cela, aucun des différents champs n'avait pu voir les liens. Ce qui s'est passé il y a 42 000 ans était l'événement clé."

Les arbres anciens et les grottes contiennent des indices sur une possible catastrophe climatique

Un scientifique effectue des mesures dans la grotte de Bruniquel, dans le sud-ouest de la France Reuters

Pour savoir ce qu'il est advenu du climat de la Terre il y a 42 000 ans, les scientifiques ont demandé à un Néo-Zélandais qui vivait à l'époque : l'arbre kauri. Les anneaux de l'arbre servent à enregistrer les niveaux de radiocarbone — un isotope radioactif — dans l'atmosphère sur des dizaines de milliers d'années. En effet, les anneaux ont montré des preuves de l'augmentation du radiocarbone au moment où les champs magnétiques se sont inversés, un événement connu sous le nom de "excursion de Laschamps".

Cet événement n'est pas unique dans l'histoire de notre planète : le British Geological Survey estime que quatre ou cinq inversions de pôles se produisent tous les millions d'années. Au cours de ces inversions, le bouclier magnétique qui protège notre planète du vent solaire (particules chargées qui s'écoulent du soleil) s'affaiblit. Les pôles magnétiques Nord et Sud de la Terre — à ne pas confondre avec les points géographiques les plus au nord et au sud de la planète — changent de place. L'excursion de Laschamps, l'exemple le plus récent de ce retournement magnétique, s'est probablement déroulée sur une période de 1000 ans. C'est un revirement dans la vie de la Terre, mais suffisamment long pour modifier le destin des habitants de la planète. "Dans ce processus de retournement du Nord au Sud et du Sud au Nord, le champ magnétique de la Terre a en fait presque disparu", a déclaré M. Turney. "Et cela a ouvert la planète à toutes ces particules de haute énergie venant de l'espace."

Si le soleil a craché des niveaux de radiation très élevés lors d'une tempête solaire pendant cette période, les Néandertaliens ont peut-être dû se mettre à l'abri. En effet, l'excursion de Laschamps a coïncidé avec une augmentation de l'utilisation des grottes en Europe et en Asie du Sud-Est. Les chercheurs ont notamment trouvé des empreintes de mains ocre rouge dans les grottes de ces régions, qui datent de quelque 40 000 ans. Selon la nouvelle étude, ce pigment pourrait avoir servi d'ancienne forme de protection solaire.

Des traces de pigments ocres relevées dans la grotte d'El Castillo en Espagne. Paul Pettitt/Gobierno de Cantabria

Une autre inversion magnétique pourrait être "imminente"

Tous les chercheurs ne sont pas convaincus par l'analyse de Turney et Cooper. Chris Stringer, anthropologue au Musée d'Histoire Naturelle de Londres, a déclaré au Guardian que bien que l'excursion de Laschamps ait pu contribuer à la disparition des Néandertaliens, il est difficile de savoir exactement quand ils se sont éteints. "Ils ont survécu plus longtemps et se sont dispersés dans des régions plus vastes que l'Europe, et nous ne savons pas exactement quand ils ont disparu dans des régions d'Asie", a déclaré M. Stringer.

James Channell, géologue à l'université de Floride, a déclaré à NPR que les enregistrements historiques de carottes de glace remontant à 42 000 ans n'indiquent pas de crise climatique mondiale. Cependant, a-t-il ajouté, "il semble y avoir un lien" entre l'extinction des grands mammifères et l'affaiblissement du champ magnétique terrestre. La nouvelle étude offre au moins un indice sur ce qui pourrait se passer si le nord et le sud magnétiques se retournent à nouveau.

Les scientifiques savent que le champ magnétique terrestre s'est affaibli d'environ 9 % au cours des 170 dernières années. Le pôle Nord magnétique dérive également plus rapidement depuis les années 1990, à un rythme de 30 à 40 miles par an. Cela a "accru les spéculations sur l'imminence d'une inversion du champ", ont écrit les chercheurs. Un tel événement pourrait potentiellement faire basculer les réseaux électriques et les réseaux de satellites. Une augmentation des radiations pourrait également exposer davantage de personnes à des maladies comme le cancer.

Mais les scientifiques soupçonnent qu'une éventuelle inversion magnétique n'en serait qu'à ses débuts. Le champ magnétique de la Terre est encore beaucoup plus fort qu'il ne l'était la dernière fois que les pôles se sont inversés.

Version originale : Aria Bendix/Insider

À lire aussi — La Terre a perdu 28 000 milliards de tonnes de glace ces 23 dernières années à cause du réchauffement climatique

Découvrir plus d'articles sur :