Les Nobel de physique 2019 ont découvert la première exoplanète et ont aidé à mieux comprendre l'Univers

Photo d'archive de Didier Queloz et Michel Mayor devant l'observatoire de La Silla au Chili, qui abrite le spectrographe HARPS, le principal outil de recherche d'exoplanète du monde. L. Weinstein/Ciel et Espace Photos via ESO

Le prix Nobel de physique a été attribué, ce mardi 8 octobre 2019, à un chercheur américain en cosmologie et deux astronomes suisses pour leurs travaux sur la connaissance de l'Univers, a annoncé l'Académie royale des sciences de Stockholm. James Peebles a reçu le prix pour moitié pour ses "découvertes théoriques en cosmologie physique", tandis que l'autre moitié a été décernée conjointement à Michel Mayor et Didier Queloz pour "la découverte d'une exoplanète qui orbite autour d'une étoile du type solaire."

C'est en 1995 que les chercheurs suisses ont découvert la première exoplanète tournant autour de l'étoile 51 Pegasi, grâce au spectrographe Elodie mis en service en 1993 sur un télescope de l'Observatoire de Haute-Provence en France. L'exoplanète, faisant le tour de son étoile en 4,2 jours, a été baptisée "51 Pegasi b". Depuis, près de 4000 exoplanètes ont été recensées. Dans un communiqué publié par l'Université de Genève, les deux chercheurs suisses ont indiqué : "cette découverte est la plus excitante de toute notre carrière, et qu'elle soit récompensée par un prix Nobel, c'est tout simplement extraordinaire". 

Quant à James Peebles, il a mis au point un cadre théorique qui sert aujourd'hui de base pour la compréhension de l'histoire de l'Univers. "C'est le grand-père de la cosmologie. Il a contribué à toutes les branches de cette discipline. Ce prix était attendu et bien sûr mérité", a déclaré François Bouchet de l'Institut d'astrophysique de Paris au Monde.

Parmi les lauréats du prix Nobel de physique de l'an dernier, on peut citer le Français Gérard Mourou pour ses travaux sur les lasers optiques qui ont fait avancer la chirurgie de l'oeil.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Pourra-t-on vraiment habiter sur les planètes 'potentiellement habitables' ?

VIDEO: Ces semelles à coller sous vos pieds pourraient bien remplacer vos tongs cet été — mais elles ne sont pas très discrètes