Publicité

Les océans ont battu des records de températures en 2020

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les océans ont battu des records de températures en 2020
D'après une étude scientifique internationale, les cinq années les plus chaudes pour les océans se sont succédé depuis 2015. © Pixabay
Publicité

Malgré la chute historique des émissions de gaz à effet de serre en 2020 du fait de la pandémie, les océans continuent de se réchauffer de manière alarmante. Jamais, depuis le début des relevés, les eaux n'ont été aussi chaudes que l'année passée. D'après une étude menée par une équipe internationale de chercheurs et publiée mercredi 13 janvier par la revue Advances in Atmospheric Sciences, les cinq années les plus chaudes pour les océans se sont succédé depuis 2015.

Les eaux jouent un rôle clé dans le maintien d'une température acceptable sur Terre : selon les chercheurs, plus de 90% de l'excès de chaleur présent dans le CO2 est absorbé par les océans. Cette hausse de la température moyenne, qui provoque non seulement une hausse du niveau de la mer causée par la fonte des glaces, est également un facteur aggravant dans la formation des catastrophes climatiques.

À lire aussi — Les catastrophes climatiques ont causé 210 Mds$ de dégâts en 2020

Les tempêtes, ouragans et cyclones sont ainsi plus nombreux, et plus violents : 29 tempêtes ont été enregistrées dans l'Atlantique l'année passée, un autre record. La multiplicité de ces tempêtes "aggrave le risque d'inondations et de dommages importants", écrivent les vingt auteurs issus de quatorze instituts internationaux.

Les données compilées par les scientifiques se sont focalisées sur une profondeur de 2 000 mètres. Depuis 1986, le taux de réchauffement de ce segment des océans a été huit fois supérieur à celui de la période 1960-1985. La hausse du niveau de la mer pourrait atteindre un mètre d'ici à la fin du siècle, selon les chercheurs, menaçant directement 150 millions de personnes installées sur les littoraux à travers le monde.

Une eau plus chaude est aussi moins propice à absorber du dioxyde de carbone et donc contribuer à limiter les effets du réchauffement climatique. 30% du CO2 est aujourd'hui capté par les océans. D'après l'étude, l'océan Austral a "absorbé la plus grande partie de la chaleur anthropique au cours du siècle dernier (...) parallèlement à un réchauffement significatif de l'océan depuis 1958."

L'urgence climatique a poussé de nombreux gouvernements à s'engager sur la voie de la neutralité carbone dans les décennies à venir. Infléchir la courbe de la température des océans représentera un défi autrement plus ardu selon les scientifiques : "L'excès de chaleur déjà présent dans l'océan et la chaleur susceptible de pénétrer dans l'océan au cours des prochaines années continueront à affecter les évolutions climatiques, le niveau de la mer et la biodiversité océanique pendant un certain temps, même dans des conditions d'émissions de carbone nulles"

La température moyenne sur Terre en 2020 était supérieure de 1,2°C par rapport à la période pré-industrielle, selon l'Organisation météorologique mondiale — un chiffre extrêmement proche du seuil de 1,5°C fixé par l'Accord de Paris.

En France, l'année 2020 a été la plus chaude enregistrée depuis le début des mesures, en 1900, selon Météo-France.

À lire aussi — Les 10 pays qui comptent le plus de déplacés climatiques sur le premier semestre 2020

Découvrir plus d'articles sur :