Publicité

Les performances des nouveaux sous-marins russes inquiètent des hauts gradés de l'armée américaine

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Le sous-marin russe de classe Yasen Kazan à Severomorsk, sur la côte arctique de la Russie, le 1er juin 2021. © Lev Fedoseyev\TASS via Getty Images
Publicité

Le commandant américain responsable de l'Amérique du Nord et des officiers supérieurs de l'US Navy ont mis en garde les autorités ce mois-ci contre les sous-marins russes de plus en plus performants et actifs, qui, selon eux, opèrent plus près des côtes américaines. Le général Glen VanHerck, de l'US Air Force et l'amiral Michael Gilday, de l'US Navy, sont les derniers responsables en date à exprimer leur inquiétude au sujet de la flotte de sous-marins de la Russie, qui est plus petite qu'à l'époque soviétique mais qui s'est considérablement améliorée ces dernières années.

Interrogé sur les menaces "en-dessous du seuil nucléaire" lors d'une audition de la sous-commission des services armés de la Chambre des représentants le 15 juin, le général Glen VanHerck — qui dirige le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD) — a déclaré que la Russie et la Chine "développent des capacités" en-dessous de ce seuil "pour mettre en danger la patrie". "Ces capacités comprendraient des sous-marins très silencieux", a déclaré Glen VanHerck. "La Russie vient de mettre en service son deuxième sous-marin de classe Sev, qui est à égalité avec le nôtre."

À lire aussi — Les 10 plus gros sous-marins du monde

Sous-marin russe de classe Yasen K-560 Severodvinsk.  Russian Ministry of Defense

Glen VanHerck semblait faire référence aux sous-marins d'attaque à propulsion nucléaire russes de la classe Yasen, que l'OTAN appelle la classe Severodvinsk. Le deuxième bateau de la classe Yasen, Kazan, a été mis en service le 7 mai. Le Kazan est également le premier sous-marin de la sous-classe Yasen-M, qui bénéficie d'améliorations telles que des technologies furtives et un réacteur plus silencieux. La Russie prévoit d'ajouter cinq autres Yasen-M à sa flotte d'ici la fin de la décennie.

'Une menace persistante et proche' au large des côtes américaines

"D'ici cinq ans environ, ils auront huit ou neuf de ces sous-marins, qui constitueront une menace persistante et proche au large de nos côtes est et ouest, ce que nous n'avons jamais eu par le passé", a déclaré Glen VanHerck. Lors d'une audience de la commission des services armés de la Chambre des représentants, le 17 juin, l'amiral Michael Gilday, qui est chef des opérations navales, a défendu la demande de huit nouveaux navires en 2022 pour l'US Navy, en citant l'activité des sous-marins russes.

Quatre de ces navires, dont le premier nouveau navire de surveillance des océans de classe TAGOS, sont des navires de soutien "que nous ne pouvons plus attendre", a déclaré Michael Gilday. Les navires TAGOS ont "une capacité unique de recherche de sous-marins sur une vaste zone", a-t-il ajouté. "Si je regarde la Russie de nos jours, eh bien, il n'y a pas si longtemps, la Russie ne faisait fonctionner ses sous-marins que pendant une certaine période de l'année. Aujourd'hui, ils constituent une menace assez persistante contre la côte Est des États-Unis, et ce type de capacités devient donc de plus en plus important."

La demande de l'US Navy comprend également deux sous-marins d'attaque de classe Virginia, qui sont conçus pour chasser les sous-marins ennemis et sont armés de missiles de croisière capables de frapper à longue distance.

À lire aussi — Certains sous-marins américains se détériorent plus tôt que prévu, les autorités inquiètes

Le navire américain de surveillance des océans USNS Effective en cale sèche à Yokosuka, au Japon, le 13 septembre 2007. US Navye/Maître de corvette Bryan Reckard

Le vice-amiral Daryl L. Caudle, commandant des forces sous-marines, et le vice-amiral Andrew Lewis, responsable de la côte Est en tant que chef de la 2ème flotte, ont exprimé des préoccupations similaires, avertissant que les États-Unis ne sont plus "un sanctuaire" et que la côte Est n'est plus "un havre de paix". Cette inquiétude est motivée par le développement du missile de croisière Kalibr, qui donne aux sous-marins russes une capacité d'attaque terrestre.

Des ports américains et européens à portée de tirs

La portée du Kalibr, comprise entre 1 600 et 2 400 kilomètres environ, permettrait aux sous-marins russes de frapper des cibles stratégiques, telles que des ports, aux États-Unis et en Europe. "La Russie a développé une capacité grâce aux missiles de croisière à longue portée qui ont une section transversale radar très faible et qui sont incroyablement difficiles à détecter", a déclaré Glen VanHerck lors de l'audition du 15 juin, en réponse à une question sur les menaces liées aux missiles de croisière.

En plus d'utiliser des bombardiers et des navires de surface, "la Russie a développé des capacités sous-marines avec leurs sous-marins avancés, très silencieux, presque à égalité avec nos sous-marins pour mettre en œuvre cette capacité", a ajouté Glen VanHerck, sans mentionner spécifiquement le Kalibr. "Je suis donc très préoccupé par la défense de la patrie par les missiles de croisière."

À lire aussi — Voici les sous-marins russes qui remplaceront les lanceurs de missiles balistiques de l'ère soviétique

Les sous-marins russes Veliky Novgorod et Kolpino tirent des missiles de croisière Kalibr sur des bases ISIS en Syrie, le 14 septembre 2017.  Vadim Savitsky\TASS via Getty Images

Lors d'une audience en avril, Glen VanHerck avait déclaré que le commandement du Nord ne voyait pas "d'indications" comme quoi un concurrent serait susceptible d'attaquer les États-Unis "en ce moment". Mais, avait-il ajouté, les capacités que ces concurrents développent pourraient "influencer la capacité de l'armée américaine à projeter sa puissance sur notre calendrier".

Depuis la fin de la guerre froide, les États-Unis n'ont pas eu à "beaucoup réfléchir" à des menaces telles que celles posées par les missiles de croisière lancés depuis l'air ou la mer, ou par de nouvelles armes comme les missiles hypersoniques, a déclaré Mark Gunzinger, expert au Mitchell Institute for Aerospace Studies. "Ce sont les types de menaces qui empêchent nos commandants de dormir la nuit", indiqué Mark Gunzinger à Insider en octobre.

Version originale : Christopher Woody/Insider

À lire aussi — Pourquoi la nouvelle classe de sous-marins russes inquiète la Marine américaine

Découvrir plus d'articles sur :