Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les pilotes de chasse chinois affrontent des appareils dotés d'une IA lors de simulations de combat

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


La Chine utilise l'intelligence artificielle pour affiner les compétences de ses pilotes de chasse. © STR/AFP via Getty Images

Des pilotes de chasse chinois affrontent des avions pilotés par des intelligences artificielles lors de simulations de combat afin de renforcer leurs compétences en matière de combat, rapportent les médias chinois. Selon le PLA Daily, le journal officiel de l'armée chinoise, Fang Guoyu, chef d'équipe de vol d'une brigade de l'Armée de libération du peuple, a récemment avoir été "abattu" par une IA lors d'une simulation de combat aérien. Il a déclaré qu'au début de l'entraînement, il était facile de vaincre l'adversaire IA. Mais à chaque tour de combat, l'IA aurait appris de son adversaire humain. Après un combat que Fang Guoyu a remporté grâce à un pilotage habile, l'IA est revenue et a utilisé les mêmes tactiques contre lui, battant le pilote humain.

"C'est comme un pilote qui excelle dans l'apprentissage, l'assimilation, la révision et la recherche", a déclaré Guoyu Fang. "Le coup avec lequel vous l'avez vaincu aujourd'hui sera entre ses mains demain". Du Jianfeng, le commandant de la brigade, a déclaré au PLA Daily que l'IA est de plus en plus intégrée à la formation. Elle "est habile à manier l'avion et prend des décisions tactiques sans faille", a-t-il déclaré, caractérisant l'adversaire IA comme un outil utile pour "aiguiser l'épée", car il oblige les pilotes chinois à être plus créatifs.

À lire aussi — La Chine s'est entraînée à tirer de nuit des missiles 'tueurs de porte-avions'

'Aiguiser l'épée'

Des avions de chasse chinois J-15 lors d'un défilé militaire.  Simon Song/South China Morning Post via Getty Images

La Chine s'efforce de mettre en place une armée moderne capable de combattre et de gagner des guerres d'ici le milieu du siècle. Elle a progressé ces dernières années dans l'amélioration de ses éléments de combat aérien, allant même jusqu'à développer un chasseur furtif de cinquième génération.

Mais il est bien plus difficile et long de combler le fossé technologique que de cultiver les connaissances et l'expérience essentielles requises pour faire fonctionner efficacement une force de combat moderne.

Les médias chinois n'ont pas vraiment offert de détails sur cette IA, qui a été développée par l'armée en coopération avec des instituts de recherche, de sorte que certaines questions subsistent quant à savoir si l'adversaire IA fournit ou non un entraînement suffisamment réaliste nécessaire pour préparer les pilotes au combat aérien à bord d'avions pilotés.

"Si c'est le cas, c'est plutôt bien", a déclaré à Insider le commandant de la marine américaine Guy Snodgrass, ancien instructeur de Topgun (école de pilotage de l'armée) et expert en intelligence artificielle.

"Si ce n'est pas le cas, a-t-il poursuivi, vous ne faites en réalité qu'entraîner des opérateurs humains à combattre l'IA, et ce n'est probablement pas ce qu'ils vont affronter", car il n'existe actuellement aucun avion de combat autonome piloté par l'IA qu'ils devraient être prêts à combattre.

"Il pourrait y avoir une divergence entre les capacités réelles dans un combat aérien et ce que l'IA présente", a-t-il ajouté. "Si c'est le cas, ce pourrait être un gaspillage d'efforts".

S'il s'agit d'un simulateur d'entraînement de haute fidélité, le coût de l'entraînement au combat aérien peut être réduit, car "vous êtes en mesure d'obtenir cet entraînement à un prix bien inférieur à celui des avions réels", a explique Guy Snodgrass. Cela réduit également les risques.

Le dirigeant chinois Xi Jinping a souligné à plusieurs reprises la nécessité d'un entraînement au combat réaliste, y compris des simulations, pour aider les militaires chinois à surmonter leur manque d'expérience au combat, mais on ne sait pas exactement dans quelle mesure son programme a été mis en œuvre avec des simulateurs d'entraînement tels que ceux utilisés par les pilotes de la Force aérienne chinoise.

À lire aussi — Voici ce que l'on sait déjà du nouveau porte-avions chinois dont les photos ont fuité

'L'IA apprend et s'améliore'

Des chasseurs furtifs J-20 de l'armée de l'air de l'APL lors du salon aéronautique de Zhuhai.  REUTERS/Stringer

Que les pilotes apprennent ou non quelque chose d'utile, le souvenir que Fang Guoyu garde de ses engagements avec son adversaire démontre que l'IA le fait.

"L'IA a besoin d'un retour d'information", a déclaré Guy Snodgrass. "Et c'est exactement le genre de voie que vous voudriez emprunter, pour l'utiliser afin de former vos pilotes, mais comme vos pilotes se battent contre elle, l'IA apprend et s'améliore."

L'étape suivante, a-t-il expliqué, pourrait alors consister à dire : "Ce système a donné d'excellents résultats dans un environnement virtuel. Mettons-le dans un avion de combat habité".

La Chine a beaucoup investi dans la recherche sur l'IA et, comme les États-Unis, elle a envisagé des moyens d'intégrer l'IA — qui peut traiter des informations rapidement et acquérir des années d'expérience en très peu de temps — dans les cockpits de ses avions.

Yang Wei, concepteur en chef du J-20, le premier avion de combat furtif chinois de cinquième génération, a déclaré l'année dernière que la prochaine génération d'avions de combat pourrait être équipée de systèmes d'IA capables d'aider les pilotes à prendre des décisions afin d'accroître leur efficacité globale au combat, selon le Global Times, un journal affilié à l'État.

L'armée de l'air américaine a exprimé des idées similaires. Steven Rogers, un scientifique principal au laboratoire de recherche de l'US Air Force, a déclaré à Inside Defense en 2018 que les as du pilotage ont des milliers d'heures d'expérience. "Que se passe-t-il si je peux augmenter leur capacité avec un système qui peut avoir littéralement des millions d'heures d'entraînement ?"

Guy Snodgrass explique qu'il existe plusieurs façons différentes d'utiliser l'IA pour augmenter les capacités d'un pilote.

Par exemple, l'intelligence artificielle pourrait être utilisée pour surveiller les systèmes de l'avion afin de réduire la saturation des tâches, en particulier pour les avions à pilote unique, pour recueillir des informations sur le champ de bataille et pour gérer la hiérarchisation des cibles. L'IA pourrait même potentiellement tracer des trajectoires de vol pour minimiser la détection grâce à l'analyse du spectre électromagnétique.

Les États-Unis poursuivent actuellement plusieurs pistes pour exploiter l'IA.

L'été dernier, la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA, l'agence en charge chargée du développement de nouvelles technologies destinées à un usage militaire ndlt) a mis un algorithme d'IA en concurrence avec un pilote humain expérimenté dans une situation de "combat aérien simulé à portée de vue".

L'intelligence artificielle, qui avait déjà battu d'autres "pilotes" IA dans des combats simulés et accumulé des années d'expérience en quelques mois, a remporté une victoire sans faille, gagnant cinq matchs consécutifs sans que l'humain, un pilote de F-16 de l'US Air Force, ne marque le moindre point.

Le scénario de combat aérien simulé avait pour but de faire avancer le programme Air Combat Evolution de la DARPA. L'agence a déclaré précédemment qu'elle envisageait "un avenir dans lequel l'IA gère les manœuvres à la seconde près pendant les combats aériens à portée de vue, ce qui rendrait les pilotes plus sûrs et plus efficaces".

On ne sait pas exactement combien de temps il faudrait pour réaliser la vision de l'agence pour l'avenir, mais Guy Snodgrass a précédemment déclaré à Insider qu'il "ne parierait jamais contre le progrès technologique", surtout si l'on considère "toutes les avancées qui ont eu lieu au cours de la dernière décennie, et au cours des cent dernières années."

Version originale : Ryan Pickrell/Insider

À lire aussi — Comment la Chine tente de résoudre le plus gros problème de ses avions de chasse

Découvrir plus d'articles sur :