Les pilotes de l'avion Lion Air qui s'est écrasé avaient appuyé sur le bon bouton mais sans aller au bout de la procédure

 

Les pilotes du Lion Air 737 Max 8 qui s'est écrasé l'année dernière auraient actionné à plusieurs reprises un interrupteur de priorité pour tenter de sauver l'avion, sans savoir qu'ils devaient prendre trois mesures supplémentaires. Selon des sources qui ont enquêté sur l'accident et qui ont parlé au New York Times, les pilotes de l'avion de Boeing ont déclenché à plusieurs reprises un interrupteur destiné à désactiver un logiciel appelé Système d'augmentation des caractéristiques de manoeuvre (MCAS), qui forçait l'avion à plonger vers l'avant.

L'avion s'est écrasé moins de 15 minutes après son décollage de l'aéroport international Soekarno-Hatta de Jakarta, tuant les 189 personnes qui se trouvaient à bord de l'appareil. Bien que l'enquête officielle n'ait pas encore abouti, les sources indiquent la possibilité que les pilotes n'aient pas suivi toutes les mesures à prendre pour sauver l'avion. Même si appuyer sur l'interrupteur du MCAS était un premier bon réflexe à avoir, il y avait trois autres mesures qui auraient pu éviter la catastrophe, dont l'arrêt de plusieurs moteurs. 

Les pilotes de l'avion Lion Air qui s'est écrasé avaient appuyé sur le bon bouton mais sans aller au bout de la procédure

Un avion de Lion Air décolle de l'aéroport de Soekarno-Hatta à Jakarta, Indonésie, le 18 mars 2013. Reuters

Selon les enquêteurs, le processus complet aurait dû être le suivant :

  • relancer le logiciel MCAS ;
  • appuyer sur un interrupteur pour arrêter un moteur qui contrôle l'angle du nez de l'appareil ;
  • appuyer sur un deuxième interrupteur pour confirmer l'arrêt du moteur ;
  • tourner une roue pour réajuster l'angle du nez de l'avion et arrêter la plongée.

L'avion a passé neuf minutes dans une plongée continue avant d'atteindre la mer, selon de Reuters qui cite des sources proches de l'enquête. L'enregistrement audio capté par le poste de pilotage a montré que les pilotes ont consulté un manuel technique de l'avion pour trouver une solution, mais que le temps leur a manqué. L'enquête officielle à propos de l'accident est toujours en cours et ne devrait pas conclure avant août 2019.

À lire aussi : Sur les 737 Max 8, un voyant lumineux qui aurait pu permettre d'éviter le crash était proposé en option par Boeing

Il a pris une toute autre ampleur depuis qu'un 737 Max opéré par Ethiopian Airlines s'est écrasé dans des circonstances que les autorités qualifient de "similaires" à celles de l'accident de Lion Air. Boeing devrait procéder à une mise à jour du logiciel afin de donner aux pilotes plus de contrôle sur le MCAS et ainsi réduire les risques de mauvais fonctionnement de ce dernier. Après l'accident d'Ethiopian Airlines, de nombreux pays ont interdit le 737 Max, dont la Chine, les États-Unis et toute l'Union européenne.

Version originale : Bill Bostock / Business Insider 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Airbus, EDF, BNP Paribas... Les grands gagnants de la venue de Xi Jinping en France

Contenu Sponsorisé

3 questions aux vainqueurs du concours d'innovation L’Oréal Brandstorm 2019

  1. Qualitatif

    Les personnes qui ont validé l'industrialisation de ce système avec ce foutu processus doivent rendre des comptes.

Laisser un commentaire