Publicité

Les principaux avocats de Trump jettent l'éponge à une semaine de son procès en destitution

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les principaux avocats de Trump jettent l'éponge à une semaine de son procès en destitution
Le président américain sortant Donald Trump s'adresse aux invités de la base d'Andrews le 20 janvier 2021. © Alex Edelman/AFP via Getty Images
Publicité

Cinq avocats ont abandonné l'équipe de défense de l'ancien président Donald Trump à quelques jours de son procès au Sénat, rapporte CNN samedi soir. Les départs se seraient produits après des désaccords quant à la stratégie de défense. L'ancien président américain voulait que son équipe juridique se concentre sur les fausses allégations selon lesquelles l'élection lui avait été volée, plutôt que sur la question de savoir s'il était légal de condamner un président qui n'est plus en fonction, rapportent CNN et le New York Times, citant des sources familières avec le sujet. Le Times ajoute qu'une personne proche de Donald Trump a contesté cette caractérisation.

L'ancien conseiller de campagne de Donald Trump, Jason Miller, a répondu à la nouvelle des départs samedi, en tweetant que l'équipe juridique n'avait pas encore été finalisée. "Nous avons beaucoup travaillé, mais nous n'avons pas encore pris de décision finale sur notre équipe juridique, qui sera prise prochainement", a-t-il déclaré.

À lire aussi — 'QAnon chaman' se dit prêt à témoigner au procès en destitution de Trump — contre l'ancien président

CNN a identifié les avocats "disparus" comme étant Butch Bowers, Deborah Barbier, Johnny Gasser, Greg Harris de Caroline du Sud et Josh Howard de Caroline du Nord. Butch Bowers et Deborah Barbier se sont séparés de l'équipe de la défense suite à une "décision mutuelle", selon l'Associated Press, citant une personne bien informée sur le sujet. La Chambre des représentants a mis en accusation Trump par un vote de 232 voix contre 197 le 13 janvier pour incitation à l'insurrection du Capitole américain le 6 janvier.

Donald Trump a depuis lors eu du mal à attirer des avocats de la défense, en partie à cause de ses allégations sans fondement de fraude électorale généralisée et de ses actions pendant le siège du Capitole.

Mais les démocrates du Sénat doivent encore faire face à une bataille difficile dans leur effort pour faire condamner Donald Trump. Seuls cinq sénateurs républicains se sont joints à eux pour voter en faveur de la mise en accusation prévue pour le 9 février.

Version originale : Michelle Mark/Business Insider

À lire aussi — La Russie cultive Donald Trump comme un atout depuis 40 ans, selon un ancien espion du KGB

Découvrir plus d'articles sur :