Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les prix des billets SNCF n'augmenteront pas pour les vacances d'été promet le ministre des Transports

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Malgré un manque à gagner de 3 milliards d'euros, les prix des billets de train ne devraient pas augmenter. © Erich Westendarp/Pixabay

"Les Français pourront partir en vacances en France au mois de juillet et au mois d'août", annonçait Edouard Philippe le 14 mai. Et pas seulement les plus riches. "Il n’y aura pas d’inflation tarifaire" à la SNCF, assure le ministre des Transports, ce mardi 19 mai. "Les prix pratiqués à l’occasion de cette reprise ne seront pas supérieurs à ceux que les Français connaissent habituellement", poursuit Jean-Baptiste Djebbari. Il y avait en effet des raisons de craindre une hausse des prix des billets : la pandémie de Covid-19, consécutive à la grève des cheminots, a fortement amputé les finances de la SNCF.

La SNCF ne pourra donc pas se refaire une santé économique sur le dos des estivants. A la suite de l'annonce du gouvernement sur les vacances d'été, l'entreprise a d'ailleurs rouvert ses réservations pour juillet et août. Pris d'assaut, le site de la compagnie ferroviaire a enregistré 140 000 ventes de billets en trois jours, assure Alain Krakovitch, directeur de SNCF Voyages. Soit deux fois plus que lors des deux derniers mois cumulés, rapporte l'AFP. La plupart vers des destinations touristiques prisées des Français, dans le sud du pays notamment.

Ce "retour à un rythme de croisière" ne sera toutefois pas suffisant pour combler le manque à gagner de 3 milliards d'euros accumulé par la SNCF. Plombée par les grèves et la pandémie, la compagnie s'en remet à l'exécutif, qui tarde à intervenir. "L’Etat, évidemment, aidera la SNCF", promet Jean-Baptiste Djebbari. Le gouvernement attendrait la fin de la crise pour agir, afin d'avoir "une vision assez juste de ce qui s’est passé sur le plan financier."

Moins de services dans les trains

Alors que le trafic reprend progressivement sur le réseau, des mesures sont mises en oeuvre pour favoriser la distanciation sociale. Les voyageurs sont tenus de porter un masque dans les gares et les trains — la compagnie ferroviaire a annoncé qu'elle n'en fournirait pas. Les contrevenants s'exposent à une amende de 135 euros. De plus, le taux d'occupation est bloqué à 50% dans les TGV inOui, Ouigo et Intercités. Chaque passager dispose donc de deux sièges.

Des marquages au sol sur les quais et devant les bornes et guichets ont également été apposés. Afin de limiter la propagation du virus, la SNCF a en outre été forcée de suspendre plusieurs de ses services. Point de wagon-bar, donc. Ni de service "Domicile-Train" et de salons "Grand Voyageur". Actuellement indisponible, le service d'accompagnement d'enfants "Junior & Cie" devrait reprendre dès les vacances d'été, assure la compagnie.

A lire aussi — Masques, TGV remplis à moitié, prix... Voici le plan de la SNCF pour le déconfinement

Découvrir plus d'articles sur :