Le Monde a obtenu accès aux archives d'Edward Snowden. L'ex-analyste de la NSA parle ici en visioconférence à l'université de Buenos Aires, Argentine, le 14 novembre 2016. REUTERS/Marcos Brindicci

Le Monde a obtenu accès aux archives d'Edward Snowden. L'ex-analyste de la NSA parle ici en visioconférence à l'université de Buenos Aires, Argentine, le 14 novembre 2016. REUTERS/Marcos Brindicci

Les services de renseignements américains et britanniques ont mis au point un programme pour intercepter les communications mobiles de passagers d'Air France. C'est ce que révèle le journal Le Monde, après analyse de documents exposés par l'ancien analyste de la NSA Edward Snowden. 

Ces programmes d'interception ont été mis en place entre 2005 et 2013. Les données récupérées sur les téléphones de passagers concernent de nombreuses applications: voix, data, SMS, webmail, Facebook, Twitter, Google Maps, applis d'info, Skype, BitTorrent — entre autres.

La NSA et le GCHQ, respectivement services de renseignement américain et britannique, visaient les communications mobiles sur les avions commerciaux mais se sont — semble-t-il — intéressés dès 2005 à la France. 

Le Monde explique qu'il suffit d'être à une altitude de croisière de 10.000 pieds pour pouvoir espionner un téléphone: 

"Le signal transitant par satellite, la technique d’interception se fait par des stations secrètes d’antennes au sol. Le seul fait que le téléphone soit allumé suffit à le localiser, l’interception peut alors être croisée avec le registre des listes de passagers et les numéros des avions, pour mettre un nom sur l’utilisateur du smartphone. Le GCHQ peut même, à distance, perturber le fonctionnement d’un téléphone de sorte que son utilisateur soit contraint de le redémarrer avec ses codes d’accès: les services britanniques interceptent du même coup ses identifiants."

Ce programme avait été mis en place après les attentats du 11 septembre 2001, où des avions avaient été utilisés comme armes par des terroristes.

Interrogée par Le Monde, Air France indique: "Nous ne sommes pas les seuls, visiblement, à avoir été visés et nous ne disposons d’aucun élément sur ces pratiques."

La compagnie avait testé puis mis en place dès 2007 un système permettant à ses passagers d'effectuer des communications mobiles en plein vol. 

Retrouvez l'intégralité des révélations du Monde ici.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Un logiciel malveillant a infecté plus d'un million d'appareils Android — voici comment vérifier si votre smartphone est concerné

VIDEO: Ce robot qui semble vivant pourrait sortir tout droit d'un film de science fiction — ça nous a vraiment fait peur