Publicité

Les résidents désertent Mar-a-Lago depuis que Donald Trump l'a rendu 'triste' en s'y établissant

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Mar-a-Lago est devenu un "endroit triste" depuis l'arrivée de Donald Trump, selon Laurence Leamer. © Getty Images
Publicité

Le retour de l'ancien président Donald Trump dans sa station balnéaire de Floride — Mar-a-Lago — n'aurait pas été accueilli en fanfare par les riches membres du club. L'ambiance de Mar-a-Lago est "déprimante" et les gens annulent leur adhésion, a déclaré l'auteur d'un livre sur le club à MSNBC.

"J'ai parlé à un tas de gens ces deux derniers jours", raconte Laurence Leamer à la chaîne câblée. "Beaucoup d'entre eux ont quitté Mar-a-Lago." L'auteur de "Mar-a-Lago : Inside the Gates of Power at Donald Trump's Presidential Palace" explique que les membres quittent l'endroit par crainte de faire l'objet d'articles de presse.

A lire aussi — Voici la dernière image du président Donald Trump quittant la Maison Blanche

Selon Laurence Leamer, la baisse de popularité de Donald Trump aurait également découragé les membres. Il l'a dit à MSNBC : "Ils ne veulent rien avoir à faire avec Donald Trump. Beaucoup de membres n'y vont pas très souvent parce que c'est un endroit très décourageant".

"C'est un endroit triste où traîne Donald Trump. Ce n'est plus ce que c'était", a-t-il poursuivi. "Ils s'éloignent de lui. Même ici, les gens ne l'aiment pas."

Les membres, qui paient 200 000 dollars (164 277 euros) pour rejoindre le club, ont exprimé leur inquiétude quant au retour de Donald Trump à Mar-a-Lago. Selon le Washington Post, ses voisins ont engagé des poursuites judiciaires pour tenter d'empêcher son établissement permanent.

Les voisins ont écrit une lettre secrète aux autorités de Palm Beach et aux Secret Service américain, arguant que Donald Trump n'avait aucun droit légal de vivre à Mar-a-Lago à plein temps, rapporte le Washington Post.

Le journal rapporte que les autorités devraient informer Donald Trump qu'il n'est pas autorisé à devenir résident permanent afin d'éviter une "situation embarrassante" qui aboutirait à son expulsion.

Version originale : Joshua Zitser/Business Insider

A lire aussi — Donald Trump gracie un trafiquant de serpents, l'homme qui a trahi Google pour Uber et un cyber-harceleur

Découvrir plus d'articles sur :