Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les salariés des supermarchés pas assurés de toucher la prime de 1000 euros qu'on leur avait promis


Allées d'un supermarché de région parisienne samedi 18 avril 2020. © Business Insider France/Claire Sicard

"Le virus ne proratise pas ses victimes en fonction de leur contrat de travail". Chez les syndicats d'Auchan, c'est l'incompréhension qui dominait ces derniers jours. L'enseigne de grande distribution avait pourtant annoncé le 22 mars dernier que "l’ensemble des collaborateurs des magasins, entrepôts, drives, services de livraison à domicile et site de e-commerce, se verront verser, dans les semaines qui viennent, une prime forfaitaire de 1 000 euros" — prenant en compte les difficultés des conditions de travail liées à l'épidémie de coronavirus. Mais la semaine dernière c'est la douche froide pour les employés : la fameuse prime sera finalement proportionnelle au temps de travail.

Contactée par l'AFP mardi 15 avril dernier, la direction du distributeur l'avait confirmé en précisant que la prime serait versée "au prorata du temps de travail effectif", sans donner les dates de début et de fin de période pour la calculer, ni les tranches. Toujours selon la direction d'Auchan, "il est normal d'associer le temps de travail en entreprise" pour la calculer. 65 000 salariés en bénéficieront bien avec un "acompte" sur la paie du mois d'avril en attendant les "ajustements réglementaires", a-t-elle précisé.

'On est loin de la promesse faite en mars'

De leur côté, les syndicats dénoncent ces mesures, affirmant que certains personnels de caisse ne pourraient toucher que 50 euros. Selon la CFDT et FO, les salariés ayant travaillé en magasin plus de 28 heures par semaine du 15 mars au 18 avril 2020 toucheront bien 1 000 euros. Ceux qui ont travaillé entre 10 et 28 heures toucheront une prime au prorata des heures travaillées, et ceux ayant fait moins de 10 heures, comme les étudiants le week-end, 50 euros seulement.

À lire aussi — Évitez de faire vos courses le vendredi si vous voulez croiser le moins de monde possible en supermarché

"Les règles d'attribution de la prime annoncées le 10 avril sont profondément discriminantes et inspirent un réel sentiment d'injustice pour beaucoup de salariés qui se sentent floués" dénoncent la CFDT. "On est loin de la promesse faite en mars de 1 000 euros pour 65 000 salariés" estime aussi Pierre Fostier, délégué syndical FO. Contactée par Business Insider France, la direction d'Auchan confirme que la position du distributeur n'a pas évolué depuis la semaine dernière mais que "des discussions sont actuellement en cours avec les partenaires sociaux".

Indécision aussi chez Casino et Leclerc

Une indécision qui pèse aussi chez le concurrent Casino. Jean-Charles Naouri, PDG du groupe, l'avait pourtant annoncé fin mars lors de la présentation des résultats : "nous allons naturellement octroyer une prime". Avec une nuance cependant : "Il est naturel qu'elle ne soit pas la même pour quelqu'un en télétravail ou en caisse". Selon Laurence Gilardo, déléguée syndicale FO citée par France Info, l'attente est longue pour les salariés et elle créée de nombreuses rumeurs : "notamment que le personnel qui met en rayons de nuit chez Casino n'aura pas la prime puisqu'ils ne sont pas exposés aux clients".

Les salariés s'interrogent donc et s'inquiètent parce qu'ils "ne savent plus s'ils vont pouvoir l'avoir dans leur intégralité ou partiellement" affirme-t-elle. Selon nos informations, des éclaircissements devraient être rapidement donnés aux employés de Casino. Et la primeur des informations devrait être laissée aux représentants syndicaux.

Du côté de Leclerc, les choses ne semblent pas plus claires. Si les salariés des entrepôts et des bases logistiques semblent assurés de recevoir un prime, pour le reste des employés des magasins cela dépendra de la décision de la direction de chaque point de vente, les supermarchés étant franchisés. Une salariée de l'enseigne, qui souhaite rester anonyme, témoigne pour France Info et s'interroge : "On travaille tous pour la même enseigne, mais pourquoi favoriser des plateformes logistiques et non des caissières, des vendeurs à la coupe ?". La direction de Leclerc n'a pour le moment pas répondu à nos sollicitations.

À date, aucune prime n'aurait encore été versée aux salariés de la grande distribution malgré les annonces faites en grande pompe fin mars par les principaux acteurs du secteur.

À lire aussi — Voici les produits qui connaissent les plus grosses ruptures de stock en livraison et en drive

Business Insider (avec AFP)
Découvrir plus d'articles sur :