Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les salariés d'un hypermarché Carrefour exercent leur droit de retrait car ils s'estiment insuffisamment protégés

Les salariés d'un hypermarché Carrefour exercent leur droit de retrait car ils s'estiment insuffisamment protégés
Un supermarché Carrefour, le 13 mars 2020. © Bloomberg/Getty Images

L'inquiétude monte chez des travailleurs dans la grande distribution. Des employés d'un hypermarché Carrefour de Vitrolles, dans les Bouches-du-Rhône, ont exercé lundi 30 mars leur droit de retrait, exigeant la mise en place de "mesures d'hygiène et de protection" jusqu'ici défaillantes, selon la CGT, après la contamination de deux salariés au Covid-19. "Nous ne changerons pas de position tant que les mesures sanitaires et notamment la désinfection totale du magasin ne sera pas effectuée. Nous ne pouvons pas continuer à aller au charbon en risquant notre vie", a prévenu Fati Poucel, représentante CGT, évoquant notamment la vitesse de propagation du virus sur les chariots du magasin.

La direction du groupe Carrefour a de son côté assuré à l'AFP que cette désinfection avait été réalisée suivant un "protocole strict" jeudi à 11h. Lundi matin, une cinquantaine d'employés étaient rassemblés à l'entrée du magasin et dans le centre commercial à exercer le droit de retrait, a constaté un journaliste de l'AFP. Selon Reda Longar, responsable CGT, deux personnes du magasin — un du service de sécurité, hospitalisé en réanimation, et le boucher — ont été diagnostiquées porteuses du Covid-19. Plusieurs autres personnes présentant des symptômes seraient également en attente des résultats du test, selon lui.

Menace de grève

"Nous avons demandé la désinfection du laboratoire du boucher, mais nous n'avons aucune preuve que cela a été fait. De même, nous attendons toujours des masques que la direction nous promet chaque jour. Les gels hydroalcooliques arrivent à épuisement, tout comme les gants", a déploré Fati Poucel. Depuis lundi, les caissières ont toutefois reçu des visières pour se protéger.

"Notre priorité depuis le début est la sécurité sanitaire de nos équipes et de nos clients", a souligné la direction de Carrefour qui assure mettre "tout en oeuvre pour faire respecter les mesures de protection". L'enseigne explique avoir reçu lundi deux millions de masques pour ses différents sites et entrepôts.

À lire aussi — Le coronavirus pourrait avoir circulé de manière inoffensive chez les humains avant la pandémie

Selon Fati Poucel, les employés ont aussi demandé la fermeture du rayon électroménager et bricolage qui ne sont pas des rayons de première nécessité, ce qui leur a été refusé: "C'est le business avant tout". "Si notre droit de retrait nous est refusé, alors nous exercerons notre droit de grève", ont mis en garde les responsables CGT. Le magasin était toutefois ouvert lundi, avec quatre caisses tenues par des personnes en CDD, selon le syndicat.

"La direction a une obligation de moyens et de résultats sur la santé des salariés qui n'a pas de prix", a aussi dénoncé la CFDT dans un communiqué, déplorant la recherche d'un "accroissement du chiffre d'affaires exponentiel" et le "développement des amplitudes de travail".

À lire aussi — Les grands patrons devraient réduire d'un quart leur rémunération pendant que leurs salariés sont au chômage partiel

Découvrir plus d'articles sur :